Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Monde Arabe : Le manuel du despote arabe

Le manuel du despote arabe vient de sortir sur… Twitter. Iyad Elbaghdadi, rejoint par d'autres utilisateurs de Twitter, compile toutes les excuses prétextées par les dictateurs arabes depuis la révolte tunisienne pour réprimer.

Bien qu'elles sonnent comme tout droit tirées d'une bande dessinée, nous les avons malheureusement toutes entendues et elles ont été enregistrées et publiées par la presse. Les chefs de gouvernement et leurs représentants continuent de les répéter, et ils ont encore chacun dans leur pays un public qui les soutient. Tout le monde a ainsi pu observer les sympathisants de Kadhafi acclamer et applaudir ses harangues alors qu'il promettait d'annihiler le soulèvement libyen contre son régime qui dure depuis 42 ans. Une histoire similaire se répète dans toute la région.

Voici certains extraits du Manuel du despote arabe :

[Ce qui suit est la traduction d'une sélection de tweets portant le hashtag #ArabTyrantManual]

Par Iyad Elbaghdadi :

Dites que les contestations ont commencées en tant que mouvement de la jeunesse mais ont été “détournées” par un autre pays.

Utilisez la religion. Appelez votre mufti d'état et promettez lui une augmentation en échange de la fatwa appropriée.

Prétendez que les jeunes ont été manipulés par X (KFC, Nescafé, les drogues, le sexe, etc.) pour manifester.

Appelez votre célébrité lèche-botte préférée (chanteur, danseur, footballeur, etc.). Demandez lui d'exprimer son soutien pour vous à la télévision.

Ordonnez au Ministre de l'Intérieur de tous les tuer, puis limogez-le pour avoir eu la main trop lourde.

Organisez une parade militaire. Dites que c'est pour la nation. En fait, c'est pour leur montrer ce qui les attend si ils se révoltent.

Affirmez que vous avez dirigé le pays par amour et dévouement, que vous n'avez aucun désir de pouvoir, et que vous n'avez pas d'argent.

Ressortez le croque-mitaine de la génération de votre grand-père : l'impérialisme et le colonialisme.

Organisez une conférence de presse pour rameuter les journalistes, puis envoyez des brutes les tabasser et détruire leurs caméras.

Organisez des manifestations en votre faveur, mais ne distributez pas des pancartes et des drapeaux, mais plutôt 50 dollars et un AK 47.

Si des nations étrangères vous critiquent, blâmez les pour ne pas comprendre votre culture. “Dans notre culture, je dirige. Ils obéissent.”.

Tuez-en un millier. Puis affirmez que vous n'avez aucune idée de comment ils sont morts, puisque vous n'avez pas “encore” eu recours à la force.

Intérêt étranger X (où X peut être : islamisme, sionisme, Israël, Iran, USA, colonialisme, impérialisme…)

Dites que votre peuple n'est pas prêt pour la démocratie. Vous devez paver la voie en agissant comme un trou du cul.

Dites que vous comprenez enfin votre peuple. “Je vous comprends maintenant.”

Dites que vous avez “compris le message” et que vous allez “agir en conséquence bientôt”. Ne précisez pas ce que “bientôt” veut dire.

Dites-leur que si ils ne rentrent pas à la maison, le méchant bonhomme viendra prendre leur pétrole.

Envoyez votre armée dans la rue. Dites qu'ils sont là pour “protéger les jeunes”. Laissez les kidnapper et violer les jeunes à la place.

Par L_Auvergnate :

Quand les choses se compliquent, commencez par un discours d'une heure, vers minuit, pour dire à quel point vous êtes dévoué à votre pays.

Affirmez que les tirs sur les manifestants avec des hélicoptères/avions/tanks sont accidentels.

Prétendez que vous êtes ouvert au dialogue et ferez le nécessaire pendant que vous tuez les manifestants.

Investissez la rue avec votre armée pour protéger les manifestants.

Prétendez que votre pays n'est pas comme la Tunisie/l'Égypte/la Libye/le Yémen/la Syrie…

Effrayez tout le monde avec Al-Qaeda.

Mettez en place de fausses manifestations en votre faveur.

Par kissmyroti :

Parlez de soutenir les droits de l'homme en [insérer ici votre langue européenne préféré], puis torturez ceux qui les réclament.

Par QuimFont :

Accusez Israël et les États-Unis. Chèques d'Israël et des États-Unis sur un compte en Suisse.

Par defendfreespeak :

Effrayez les gens avec les Frères Musulmans.

Par studentIslam :

Les populations qui se révoltent contre vous ne sont pas en pleine possessions de leurs moyens. Al-Qaeda a du leur donner des hallucinogènes.

Informez les non-informés que votre pays n'a pas de chef et que vous êtes seulement un protecteur et un frère du peuple.

Vous n'avez jamais voulu être un dictateur. Vos services au peuple le prouvent.

Déclarez que vous êtes un leader international, roi des rois d'Afrique, et que votre statut international ne vous autorise pas à vous démettre.

Par minimaliteter :

@iyad_elbaghdadi faites des apparitions inattendues et fréquentes à la télévision pour ne rien dire du tout.

Par AmbroseandDogll :

@iyad_elbaghdadi PUIS dites-leur que si ils ne rentrent pas à la maison, le méchant bonhomme viendra enlever leur famille.

Par EG_Freedom :

Lancez une campagne gratuite contre une chaîne de fast-food comme KFC parce que, on sait jamais, ça pourrait servir.

Coupez les communications et ruinez les entreprises, même si les manifestants publieront des vidéos de toute façon dés que Internet sera rétabli.

Par imstrawman :

Si tout le reste a échoué, mettez-vous face à la caméra et jouez la “victime”.

Par chanadbh :

Faites voler des avions de chasse au dessus d'eux pour montrer que vous ne rigolez pas.

[Ci-dessous, les tweets originaux, par ordre chronologique :]

1 commentaire

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site