Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Japon : Le tsunami, Dieu et l'homme

Ce billet fait partie de notre dossier spécial sur le tremblement de terre au Japon en  2011.

“Le tsunami a été une punition du ciel.” Qui a dit cela ? Un représentant européen de l'Eglise catholique ou un politicien asiatique gaffeur ? Eh bien, les deux !
Quelques jours après la catastrophe qui a tué plus de dix mille personnes, l'Italien Roberto De Mattei, vice-président du Conseil National de la Recherche (CNR) et le gouverneur de Tokyo Shintaro ont laissé pantois les blogueurs italians et japonais en déclarant que le cataclysme avait été une manifestation de la volonté divine.

Tsunami devastation in Sendai's Wakabayashi district, Japan, 14 March, 2011. By Flickr user robertodevido (CC BY-NC-ND 2.0).

Le quartier Wakabayashi de Sendai ravagé par le tsunami, 14 mars 2011. Photo sur Flickr de robertodevido (CC BY-NC-ND 2.0).

Présentateur d'une émission sur Radio Maria, la station de radio du Vatican, le professeur De Mattei a évoqué le tremblement de terre et le tsunami en citant (avec les verbes au présent) les paroles prononcées au début du 20ème siècle par un archevêque dans un bourg du sud de l'Italie.

[…] osserva l'arcivescovo di Rossano calabro, le catastrofi sono talora esigenza della giustizia di dio, della quale sono giusti castighi.
E un giorno […] ci accorgeremo che per molte di quelle vittime che oggi compiangiamo il terremoto è stato un battesimo di sofferenza che ha purificato la loro anima da tutte le macchie anche le più lievi, e grazie a questa morte tragica, la loro anima è volata al cielo dio ha voluto risparmiarle un triste avvenire.

Comme l'observe l'archevêque de Rossano Calabro, les catastrophes sont parfois une preuve de la justice de Dieu, dont elles sont les justes punitions.
Et un jour, […] nous comprendrons que pour beaucoup de ces victimes que nous pleurons aujourd'hui le tremblement de terre a été un baptême de souffrance qui a purifié leur âme de toutes les taches même les plus légères, et grâce à cette mort tragique, leur âme s'est envolée au ciel parce que Dieu a voulu leur épargner un triste avenir.

Géographiquement très loin du Vatican, au Japon, une “bonne âme” du même acabit, le gouverneur de Tokyo Ishihara, célèbre pour ses gaffes souvent racistes et homophobes, a dit [lien en japonais] que la catastrophe était nécessaire pour restaurer l'esprit japonais. Il a ensuite présenté des excuses pour ses remarques.

我欲に縛られて政治もポピュリズムでやっている。それを(津波で)一気に押し流す必要がある。積年たまった日本人の心のあかを […] 被災者の方々はかわいそうですよ

La politique japonaise est entachée d'égoïsme et de populisme. Le tsunami doit nous servir à éradiquer l'égoïsme qui depuis longtemps déteint sur la mentalité des Japonais. […] Néanmoins je suis navré pour les victimes de la catastrophe.

Consternés par le cynisme des propos tenus par des autorités aussi bien du monde scientifique italien que de la scène politique japonaise, les blogueurs des deux pays ont réagi.

Une pétition en ligne circule pour exiger la démission du vice-président du Conseil National de la Recherche .

Chiediamo al Consiglio Nazionale delle Ricerche le dimissioni del Prof. Roberto de Mattei, vicepresidente del CNR per l'evidente incompatibilità con l'incarico conferitogli e le sue affermazioni che lo pongono al di fuori del pensiero razionale e esperienza e comprensione del mondo mediata dal metodo scientifico.

Nous demandons au Conseil National de la Recherche (CNR), la démission du professeur et vice-président du CNR Roberto de Mattei pour l'évidente incompatibilité entre son poste et ses affirmations, qui le placent au-delà de la pensée rationnelle, de l'expérience et de la compréhension du monde par le moyen de la méthode scientifique.

Le blogueur Giovanni Boaga, qui défend la pétition, a dit que le professeur De Mattei peut penser à titre personnel ce qu'il veut, mais devrait être conscient des responsabilités conférées par son rôle public.

La preoccupazione è grande e chi di noi, nonostante tutti i tentativi demolitori messi in campo dall’attuale classe dirigente, guarda alla cultura scientifica come al solo strumento efficace di navigazione e orientamento nel difficile mare di questi problemi, si aspetta che dagli esponenti di punta della ricerca italiana venga una ventata di razionalità e intelligenza che spinga la barca delle nostre traballanti convinzioni nella direzione giusta.

La préoccupation est grande chez ceux d'entre nous qui, malgré toutes les tentatives de notre classe dirigeante actuelle  pour démolir la culture scientifique comme seul instrument efficace pour naviguer et nous orienter dans la mer difficile de ces problèmes, attendons des représentants les plus éminents de la recherche italienne une bouffée de rationalité et d'intelligence pour guider dans la bonne direction la barque de nos convictions chancelantes.

Si rimane, quindi, letteralmente senza fiato nell’ascoltare le parole del vicepresidente del CNR Roberto De Mattei che, ai microfoni di Radio Maria, ha commentato le terribili notizie che arrivano dal Giappone. Con voce calma propria di chi sembra riflettere prima di parlare, apparentemente consapevole del ruolo centrale che il Consiglio Nazionale delle Ricerche, la più grande struttura pubblica con compiti scientifici nel nostro paese, ha nella società italiana, De Mattei ha ritenuto di non dover affrontare le questioni scientifico-tecnologiche legate alla tragedia giapponese. Ha preferito non parlare delle soluzioni che la comunità al lavoro sotto la sua direzione è in grado di fornire per assicurare all’Italia un approvvigionamento energetico con rischi limitati e ai cittadini di questo paese gli strumenti per non rimanere vittime delle conseguenze di un terremoto. Certo De Mattei non parlava dai microfoni di Radio3 Scienza, ma poteva essere l’occasione, comunque, d’informare un pubblico sempre piuttosto digiuno di questioni scientifiche.

Nous avons donc eu, littéralement, le souffle coupé en écoutant le vice-président du CNR Roberto de Mattei commenter au micro de Radio Maria les terribles informations venues du Japon. Avec la voix calme de celui qui semble réfléchir avant de parler, et apparemment conscient du rôle central qu'a le Conseil National de la Recherche,  la plus grande institution publique de compétences scientifiques de notre pays, dans la société italienne, De Mattei a cru bon de ne pas affronter les questions scientifico-technologiques liées à la tragédie japonais. Il a préféré ne pas parler des solutions que la communauté qui travaille sous sa direction est en mesure d'apporter pour assurer à l'Italie un approvisionnement énergétique avec des risques limités, et aux citoyens de ce pays les instruments qui leur permettront de pas rester victimes des conséquences d'un tremblement de terre. Certes De Mattei ne parlait pas au micro de Radio3 Scienza, mais ceci n'en était pas moins une occasion d'informer un public plutôt à jeun sur les questions scientifiques.

Prêtre et professeur d'anthropologie théologique à l'université, Marco Statzu a exprimé son incrédulité :

in effetti le parole di De Mattei hanno fatto rivoltare anche me…

En réalité les propos de De Mattei m'ont écoeuré moi aussi…

Si des commentaires analogues sur les catastrophes naturelles, avertissements divins, ont aussi été proférés par des personnalités comme l'animateur de télévision étatsunien Glenn Beck, de nombreux Japonais, étrangers au concept de châtiment de la doctrine chrétienne ont été abasourdis d'entendre la même rhétorique de la bouche d'un homme politique de leur pays.

D'aucuns ont dit que les propos de M. Ishihara avaient été mal compris, mais il n'en a pas moins réussi à irriter de nombreux blogueurs, d'avis qu'un homme dans sa position devrait peser ses mots avec grand soin, surtout dans une période de deuil national comme celle-ci.

Ichinose, par exemple, a écrit qu'une telle déclaration blesse ceux qui luttent pour leur survie.

天罰?
はぁ!?
おまえ何様やねん。
国民は玩具でも下僕でもないんやぞ、みんな必死に生きてんねん!!おまえらの給料と待遇に多くの罪のない国民が亡くなってるんや。
かわいそう?
はぁ!?
おまえがそれを言えるんか?
確かに心が腐ったような人間もいたかも知れへん
でも何の関係も無い、ただ幸せを手に取ろうと頑張っている人にも同じ事が言えるんか!?

Punition divine ?
Hein !?
Pour qui vous prenez-vous donc ?
Les citoyens ne sont ni des jouets ni des fonctionnaires. Nous luttons tous pour notre survie. Tant d'innocents ont perdu la vie pour vos salaires et primes à vous autres.
Dommage ?
Hein !?
Est-ce bien à vous de dire ça ?
Ouais, peut-être certains de ceux qui sont morts avaient le coeur dur, mais pouvez-vous vraiment dire la même chose de ceux qui travaillent dur et essaient d'atteindre le bonheur ?

Un autre blogueur écrit que les survivants sont des Japonais qui travaillent pour ce Japon même que critique Ishihara.

罪もない真面目な暮らしぶりであった多くの方々の尊い命が犠牲になった今回の震災、津波であった事は誰でもが容易に察しがつくところである。
このお爺さんの思考回路はどんな言い訳をしても理解出来ない。
同時に「被災者の方々、かわいそうですよ」と言ったそうだけど、その言い方も、まるで人ごとでしょう。
アンタが、そんなおごりたかぶった発言をしている間にも、自分の命を削ってまでも、日本と日本人の為に必死で闘っている人がいるんだぞ。

N'importe qui peut comprendre que tant d'innocents qui travaillaient dur ont perdu leurs vies précieuses à cause du tremblement de terre et du tsunami. La logique de pensée de ce vieil homme est inadmissible quelles que soient ses excuses.
J'ai entendu qu'il a dit ‘c'est dommage pour les victimes’, mais même cette expression laisse entendre que ce n'est pas son problème. Au moment même où vous faites ces commentaires patriotiques, les gens risquent leurs vies et se battent désespérément pour le Japon et les Japonais.

Et pour conclure, Hideaki Matsunaga a réclamé la démission du gouverneur de Tokyo.

石原都知事が言いたかったことを最大限好意的に推測するとしても、ここで天罰という言葉を使う必要は全くないし、完全に不適切な発言である。この失 言一つだけでも辞職してしかるべき大失言だ。そして、このような言葉づかいしかできないというのでは、作家としても都知事としても不適格であるのみなら ず、人間としても失格である。

Même en faisant les suppositions les plus positives possibles sur ce qu'a voulu dire le Gouverneur Ishihara, il n'y avait absolument pas de quoi utiliser les mots ‘châtiment divin’. La déclaration est complètement inappropriée, à tel point que cette déclaration vaut à elle seule sa démission. Un individu seulement capable d'une telle formulation est non seulement inapproprié comme écrivain ou Gouverneur, il est disqualifié comme être humain.

Ce billet fait partie de notre dossier spécial sur le séisme au Japon en  2011.

L'auteur remercie Rino Yamamoto pour sa contribution à ce billet.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site