Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Côte d'Ivoire : A Abidjan, le régime Gbagbo vit ses dernières heures

Ces deux derniers jours ont été fertiles en retournements pour la Côte d'Ivoire.

Les forces loyales à Alassane Dramane Ouattara, le président internationalement reconnu de la Côte d'Ivoire, et Guillaume Soro, premier ministre de celui-ci, ont lancé l’offensive contre le Sud et l'Ouest du pays, et ont réussi en moins de trois jours à s'emparer de Douékoué pour atteindre Yamoussoukro le 30 mars.

Les Forces Républicaines de Côte d'Ivoire ont fait leur entrée dans Abidjan, la capitale économique de la Côte d'Ivoire où le président sortant, Laurent Gbagbo, qui avait refusé de se retirer le 10 décembre 2010 après avoir perdu l'élection présidentielle, se trouve peut-être encore.

Les internautes ivoiriens ont commenté ces événements, et voici une brève revue de quelques échanges.

Les détenus de la MACA font peur

Cocoloposo a écrit sur Twitter:

La MACA (Maison d'Arrêt et de Correction d'Abidjan) est la prison d'Abidjan. Après cette annonce, les internautes ont commencé à craindre que les détenus ne reçoivent des armes :

Abidjannais225 répond à Cocoloposo:

Sanders225 a confirmé que des détenus de la MACA, et de deux autres prisons avaient été libérés :

MACA, BASSAM et Tiassale confirmées pour les détenus

L'information a ensuite été confirmée par une dépêche d'agence.

Où est Laurent Gbagbo ?

Guillaume Soro, le premier ministre, a annoncé que Laurent Gbagbo avait jusqu'à 19 h GMT le 31 mars 2011 pour démissionner [en anglais]. Les réactions ironiques se sont multipliées sur le fil Twitter des informations sur la Côte d'Ivoire, #civ2010:

Un quart d'heure avant l'expiration de l'ultimatum, @Malko7 écrivait :

Heure H-15 minutes

Et le délai atteint, Attou_225 s'est exclamé :

c'est l'heuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuure!!!!

@Nnenna d'ajouter :

Il est 19h ici chez moi. On dit koi?

Pendant ce temps, de violents affrontements [en anglais] avaient lieu à la Radio Télévision Ivoirienne, jusqu'à hier sous le contrôle des pro-Gbagbo.
Entre 21 h et 22h40, la même vidéo était diffusée en boucle : Laurent Gbagbo et son épouse Simone, entourés de leurs proches et en conversation dans le jardin de la résidence présidentielle à Cocody. Laurent Gbagbo paraît préoccupé, et Simone ne semble pas comprendre la réalité de la situation à Abidjan, comme il ressort de cette vidéo, mise en ligne par abidjannetTV, le compte YouTube du site d'information ivoirien.

Le signal de la RTI a finalement cessé à 22h40 GMT, comme le montre cette photo de @batelier59 :

Fin de transmission du signal de la RTI cc Batelier59 sur Twitpic

Pour SenamBeheton sur Twitter, ces images étaient montrées pendant que les FRCI de Ouattara prenaient le contrôle de la télévision publique :

Les propriétaires sont peut-être arrivés. La recréation est terminée?

Selon des informations récentes [en anglais], Laurent Gbagbo et son épouse pourraient toujours se trouver dans leur palais de Cocody, encerclé par les FRCI de Ouattara.

La Côte d'Ivoire en tête de tendance

Les derniers événements de Côte d'Ivoire ont été suivis de près sur Twitter, où #civ2010 et Laurent Gbagbo sont en tête de tendance en France :


1 commentaire

  • Cet histoire-là a trop de ressemblance à ce qui s’est passé à Madagascar fin 2008 et debut 2009. Trop pour que je pense que le cerveau du coup à la Cote d’Ivoire de ce moment n’est autre que le cerveau du coup d’Etat à Madagascar en 2009

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site