Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Gabon : Mouvement dans le secteur pétrolier

Alors que le monde cherche une alternative au pétrole, les pays comme le Gabon ont leur économie presque entièrement fondée sur cette richesse. Il y a quelques mois le pays a été secoué par des révoltes qui ont été peu médiatisées et qui ont vu à la fin Janvier l’auto-proclamation du principal opposant au pouvoir comme président de la république. Au-delà des enjeux politiques, le Gabon s’éveille quant aux enjeux pétroliers, qui constituent 60% de ses recettes budgétaires.

Libreville, Gabon par carlosoliveirareis sur Flickr Creative Commons License 2.0

Depuis samedi 2 avril, L'AFP explique que:

La quasi-totalité de la production pétrolière du Gabon, 4e producteur sub-saharien, était stoppée samedi, au deuxième jour de la grève des employés du secteur, alors qu'à Libreville et Port-Gentil, les stations ne disposaient plus de carburant.

Shell et Total les deux principaux acteurs dans le pays ont vu leur production complètement stoppée.

Les principales revendications concernent l’emploi d’une main d’œuvre étrangère :

L’Onep (l’organisation nationale des employés du pétrole) a lancé une grève jeudi à minuit afin d'obtenir un décret réglementant l'emploi de la main d'oeuvre étrangère. L'Onep entend à la fois lutter contre l'emploi de hauts cadres expatriés et surtout contre le recours à une main d'oeuvre africaine ou asiatique qu'elle estime peu ou pas qualifiée.

Comme l'explique Desiré Clitandre Dzonteu,  le chef de l’état avait annoncé la mise en place d’un audit du secteur pétrolier.

Cet audit a pour ambition de contrôler les flux financiers issus de l'industrie pétrolière et de renforcer sa gouvernance au Gabon. […] L'objectif au bout de cet audit, a souligné le chef de l'Etat, est de voir si les termes des contrats sont avantageux ou non pour le gouvernement gabonais.

Il semblerait qu’une volonté de rupture se dessine, que ce soit au niveau des employés, ou de l’Etat, quant à la gestion et l’organisation du secteur pétrolier au Gabon.  Serge Tchaha explique:

Il y a toujours la peur du syndrome hollandais qui guette les pays qui ont ce type de ressources. Cependant, il faut aussi admettre que ces ressources sont un réservoir pour l’amélioration de la santé économique et financière des pays .

Affaire à suivre.

1 commentaire

  • […] We do not want to cause chaos”.  ONEP, an organisation of between 4000 and 5000 members, went out on strike (fr) to obtain new regulations relating to the employment of foreign workers within the sector, who […]

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site