Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Egypte : Le “Vendredi de la purification” place Tahrir relance la révolution

Ce billet fait partie du dossier spécial de Global Voices sur la révolution en Egypte 2011.

A la dixième semaine depuis le début de la révolution égyptienne, le 25 janvier 2011, les Cairotes se sont rendus en masse place Tahrir, au coeur de la ville, pour une manifestation pacifique contre les barons corrompus du régime toujours à leur place et de solidarité avec les révoltes arabes. Le “Vendredi de la purification” place Tahrir a été twitté en direct par de nombreux particuliers aussi bien que journalistes professionnels, en anglais et en arabe, de même que pour chaque manifestation depuis les débuts de la révolution égyptienne. Comme dans les précédents épisodes de cette révolution photogénique, c'est un déluge de photos du rassemblement de vendredi qui a inondé les divers services de mise en ligne.

Postes d'observation sur la révolution

L'exultation était à nouveau au programme place Tahrir, avec ce qu'y appportent aux révolutionnaires les manifestations hebdomadaires du vendredi en occasions de se mettre au courant, évoquer des souvenirs et revendiquer. Deena Adel a résumé l'humeur de bonne heure dans un appel très lu à l'action sur Twitter:

@deena_adel: En semaine, nous travaillons à remettre sur pied notre économie. Mais les week-ends, nous travaillons à réaliser la démocratie. Allez place #tahrir aujourd'hui et réclamez vos droits.

et plus tard s'est vantée, espiègle, depuis son perchoir :

Je me la joue une seconde ? Moi avec des centaines de milliers d'#Egyptiens place #tahrir. #FIÈRE (Faites pas attention aux cheveux)

Lilian Wagdy a parcouru les rues, et mis en ligne un portfolio de photos sur Flickr et une vidéo prise d'au-dessus sur YouTube, tout en informant sur Twitter toute la journée et la soirée.

"Les gens affluent de partout vers la place #Tahrir" – Photo Lilian Wagdy sur Flickr, licence CC-BY

Le correspondant d'Al Jazeera Adam Makary et d'autres ont aussi eu une vue aérienne de la place bondée toute la journée :

"L'appel à la prière retentit au-dessus de Tahrir, la place est bondée comme vous voyez" – Photo Adam Makary sur Yfrog

tandis que la journaliste Lauren Bohn, récemment rentrée de Syrie où elle publiait des reportages de rue sur la révolte naissante, a regardé en l'air :

"Joyeux Vendredi de Tahrir" – Photo Lauren Bohn sur Twitpic

Tarek Shalaby, propriétaire du Motel de la Liberté (Bansyon el Horreya) place Tahrir pendant la révolution – portrait ici avec son co-propriétaire Waleed Fateem- a eu se remettre à niveau sur la révolution à son retour d'un voyage de solidarité en Libye :

"Rattrapage de quelques-uns des 18 jours" – Photo Tarek Shalaby sur Twitpic

Le “vétéran” de Tahrir Mosa'ab Elshamy -dont le profil Twitter indique “Je me suis révolté et ai renversé un dictateur”- a lui aussi mis en ligne des séries de photos sur Flickr, ainsi qu'une vidéo des célébrations :

tandis que le photojournaliste Hossam Hamalawy mettait en ligne sur YouTube des vidéos d’anciens prisonniers politiques protestant contre les tribunaux militaires et d'ouvriers des arsenaux réclamant des syndicats libres.

La peur  été vaincue il y a longtemps place Tahrir, en avoir conscience reste exaltant pour les révolutionnaires,

@norashalaby: J'adore voir les manifestants grimper dans ce kiosque de police qui est depuis si longtemps sur le pont pour intimider quiconque osait passer à côté

Mais il n'y a pas que des souvenirs joyeux de la révolution :

@NadiaE: Certaines parties du centre du Caire me rappellent des souvenirs douloureux depuis la révolution #jan25

Absents

Tahrir n'a pas oublié Mohamed Bouazizi et Khaled Said, les deux jeunes dont la mort a allumé les révolutions tunisienne et égyptienne :

@mosaaberizing: Des livres sur les révolutions tunisienne & égyptienne et leurs inspirateurs, Bouazizi & Khaled Saeed, vendus à Tahrir.

Livres sur les révolutions tunisienne & égyptienne et leurs inspirateurs – Photo Mosa'ab Elshamy sur Twitpic

Beaucoup de jeunes révolutionnaires égyptiens sont devenus les idoles des activistes et de la presse à travers le monde, mais tous n'ont pas pu cette fois se joindre à la manifestation. L'intrépide militante Mona Seif, qui téléphonait des dépêches passionnées à Al Jazeera en Anglais pendant les derniers jours au pouvoir de Moubarak, a tweeté lors de son départ pour un court voyage :

@monasosh: Vais à l'aéroport. Petit aller-retour solitaire de 48 heures à Berlin. Je n'arrive pas à croire que je vais rater demain. 1er vendredi que je manque depuis #Jan25

et Gigi Ibrahim, la passionara et “visage de la révolution” en tournée mondiale de conférences, a crié sa nostalgie de Tahrir depuis Boulder, Colorado :

@GSquare86: #Tahrir a l'air tellement fantastique .. je voudrais teeellement y être en ce moment précis :( ,,allez l'Egypte !

Solidarité arabe et interreligieuse

Un fort courant de solidarité interreligieuse, marqué dès les débuts de la révolution, mais aussi pour les autres soulèvements arabes, a couru à travers le rassemblement :

@adamakary: Entendre l'assemblée sur #tahrir scander ‘ya allah’ ‘amen’ à l'unisson est tout simplement indescriptible.

@ianlee: Tahrir est plutôt la place de la révolution. Il flotte des drapeaux de presque tous les pays arabes en révolte #egypt

@obeidanahas: Reviens de la place #Tahrir au #Cairo, #Egypt: banderoles et slogans en soutien à la révolte #Syria

@3arabawy: wouah quelqu'un scande au micro pour la fraternité et la solidarité africaines. On n'entend pas ça souvent sauf pour le football

Le drapeau syrien pour la première fois à Tahrir #Solidarity – Photo Mosa'ab Elshamy sur Twitpic

Le sentiment de solidarité pour la Palestine, en particulier, était fort. Une foule s'est massée pour la première fois devant l'ambassade israélienne, pour protester contre les exportations de gaz en Israël à conditions préférentielles et l'agression militaire en cours contre Gaza, qui aurait fait 14 morts, en représailles à un missile, attribué au Hamas, lancé sur un bus scolaire.

@alla: youpii manifestation devant l'ambassade israélienne au caire, c'était presque irréalisable à l'ère moubarak #Jan25 #Gaza

@mosaaberizing: On voit plus de drapeaux palestiniens que jamais auparavant, après les récentes attaques israéliennes sur Gaza. Les manifestations réclament la levée du siège. #Tahrir

@sandmonkey: cher gouvernement israélien, ce n'est pas le meilleur moment pour attaquer ghaza. Il y a maintenant des manifestations monstres se dirigeant vers votre ambassade au caire. #jan25

@tarekshalaby: Je ne vois pas l'intérêt de brûler le drapeau d'#Israel. C'est beaucoup plus fort de scander pour la solidarité arabe et de réclamer la fermeture de l'ambassade

Des tonnes de drapeaux palestiniens sur la place Tahrir – Photo Mohamed A. Hamama sur Twitpic

L'armée reste une énigme

La colère contre l'armée -et en particulier son chef, le maréchal Tantaoui- qui a interdit les manifestations, n'a pas arrêté Moubarak ni enquêté sur la torture des activistes et les tests forcés de virginité, était un thème majeur de la manifestation. Malgré la stricte interdiction, des soldats se sont aussi joints à la protestation, et ont été protégés par la foule, réaffirmant la solidarité sous-jacente de fractions de l'armée avec le peuple.

@adamakary: Plusieurs banderoles rouges & blanches à #tahrir, interrogeant la loyauté de l'armée à la révolution

@LaraGibaly: La première fois aujourd'hui que j'entends des slogans contre tantawi, rude contraste avec vendredi dernier quand les gens disaient qu'ils voulaient seulement que l'armée aille plus vite #tahrir

@ianlee: 3 soldats en uniforme se dirigent vers l'estrade à Tahrir, défiant l'ordre aux soldats de ne pas y être. #Egypt

@mand0z: Des officiers de l'armée à #Tahrir réclamant l'abolition de la corruption à l'intérieur de l'armée. Protégés par des cordons de civils.

@mar3e: J'en pleure, ces officiers sont tellement bien, il faut que je rentre mais je ne pouvais pas les laisser tranquilles

@ianinegypt: Les manifestants ont chassé la police militaire qui essayait d'arrêter les soldats qui se joignaient au rassemblement à Tahrir. #egypt

@ianinegypt: La situation à Tahrir est tendue alors que les manifestants disent vouloir rester pour protéger les soldats qui les ont rejoints aujourd'hui. #Egypt

@mosaaberizing: Emotions mêlées à propos des militaires qui ont rejoint les manifestations aujourd'hui ; très fier de leur courage, mais épouvanté par leur sort.

Des militaires sur un podium à Tahrir – Photo Amr El Beleidy sur Twitpic

Symboles d'une corruption persistante

Le dictateur déposé Hosni Moubarak, qui se trouverait toujours dans le pays, a été soumis à des parodies de procès, et les manifestants se sont vantés d'aller le chercher dans sa résidence de Sharm al-Sheikh pour le traduire en justice si l'armée et les juges ne le faisaient pas :

@mosaaberizing: Un procès symbolique de Moubarak, sa famille & ses hommes est en cours. Le premier témoin était Khaled Saeed (Paix à son âme). Tout le monde scandait “Nous sommes tous Khaled !”.

@adamakary: Viens de rencontrer la maman de Khalid Saeed, un personnage très emblématique de la révolution de l'Egypte, elle aussi veut un procès Moubarak #jan25 #april8 #tahrir

@3arabawy: slogans contre le procureur public depuis l'estrade principale à #Tahrir

@yasserseif: #Tahrir aujourd'hui en résumé : “Ramenez Moubarak au Caire pour son procès, ou nous irons le chercher nous-mêmes à Sharm.” #Jan25

Une effigie de Moubarak en habits de détenu et des figurines le représentant en cage figuraient au nombre des attractions du jour.

E

Effigie de Moubarak en survêtement orange de prisonnier – Photo Lubna Olama sur Yfrog

Moubarak en cage place #tahrir – Photo Lara El Gibaly sur Yfrog

L’ “arbre de la corruption”, escaladé par un bûcheron à l'équilibre précaire, symbolisait la lutte difficile qui attend les révolutionnaires.

La meilleure oeuvre d'art de la place Tahrir aujourd'hui : l'arbre de la corruption – Photo Yasser Seif sur Yfrog

L'esprit de Tahrir relancé

The Arabist, qui a aussi mis en ligne sur Flickr son portfolio de la manifestation, a caractérisé le pouls de ce vendredi particulier de Tahrir :

@arabist: Je reviens juste de la place #Tahrir bondée. Foule très différente : plus grande, plus pauvre, plus religieuse. Mais toujours le même ressentiment contre l'armée, surtout Tantaoui.

et Lilian Wagdy pa formulé une reconnaissance renouvelée et éclatante de Twitter comme plate-forme de militantisme :

@lilianwagdy: Il est indéniable que twitter a fait faire au concept de Journalisme Citoyen un saut qualitatif. #Egypt #Tahrir #Jan25 #Apr8

A mesure que la nuit avançait, la manifestation reprenait le chemin de la place et une occupation nocturne tendue semblait vouloir s'installer. Peut-être pour la première fois depuis la déchéance de Moubarak, l'esprit de Tahrir paraissait de retour à son lieu de naissance.

@deena_adel: #tahrir à cette heure a des airs de fête foraine. Des quantités de vendeurs de nourriture. Des dizaines de milliers de gens encore là, mais beaucoup moins de foule qu'avant.

@occupiedcairo: Et le balayage de rue enthousiaste a démarré #jan25

@ianinegypt: Une noce vient d'entrer place Tahrir. Hé, pas la nuit habituelle. #egypt

@lilianwagdy: Ce qui m'a le mieux plu à #Tahrir aujourd'hui était son cosmopolitisme : un vrai melting pot :))

@deena_adel: Viens de parler à deux personnes à #tahrir qui ont l'intention de passer la nuit. Ils disaient que des tas de gens passaient aussi la nuit.

@AmrBassiouny: les gens sur #tahrir montent des barricades pour la nuit. Deux bus pleins de policiers militaires cachés à proximité. #jan25 #egypt

@estr4ng3d: J'espère que #tahrir passera une nuit tranquille.

Tahrir at night. Youth cleaning the square after a long day - Twitpic photo by Lilian Wagdy

Tahrir de nuit. Les jeunes nettoient la place après une longue journée – Photo Lilian Wagdy sur Twitpic

Ce billet fait partie du dossier spécial de Global Voices sur la révolution en Egypte 2011.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site