Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Côte d'Ivoire : Laurent Gbagbo est tombé

Ce billet fait partie de notre dossier spécial Côte d'Ivoire 2011

La dépêche est tombée le 11 avril 2011 à 13 heures GMT : Laurent Gbagbo arrêté dans sa résidence de Cocody, avec son épouse Simone, et son proche entourage [en anglais]. Cinq mois après son refus de céder le pouvoir au nouveau président de la Côte d'Ivoire, reconnu par la communauté internationale, Alassane Ouattara, la crise a-elle trouvé son épilogue ?

La séquence des événements des 10 et 11 avril 2011

La présidence française (@Elysée) a annoncé sur son compte Twitter que la France avait accepté de participer à une nouvelle intervention militaire en Côte d'Ivoire le 10 avril :

En accord avec le Président #Ouattara, le SG #ONU a demandé à N #Sarkozy la poursuite de la participation française aux opérations ONUCI

Par cette déclaration, l'Elysée justifiait la reprise des bombardements visant la résidence présidentielle de Cocody, où Laurent Gbagbo se retranchait, une décision qui ripostait à une attaque visant l'Hôtel du Golf, l'ancien quartier général du camp Ouattara, par les Forces de Défense et de Sécurité (FDS) de Gbagbo. Les premières bombes tombèrent à 17 heures GMT (heure d'Abidjan). La vidéo ci-après a été mise en ligne par l'utilisateur de Youtube terryko0, sous le titre “Abidjan 10-04-2001. Tirs de missiles contre la résidence de Laurent Gbagbo” :

L'offensive a grandement affaibli le camp de Laurent Gbagbo, comme en attestent les images ci-dessous, prises quelques heures après. Elles ont été mises en ligne le 10 avril 2011 par Atteby. Sur la première, on voit, blessé, Sidiki Bakaba, l'acteur ivoirien qui a récemment donné un entretien au site d'information Slate Afrique :

Sur cette vidéo, chargée sur YouTube par l'utilisateur atteby, du personnel médical est en action pour soigner des soldats dans la résidence présidentielle :

Au matin du 11 avril, cette vidéo filmée depuis Blockhaus, un village ébrié de la commune de Cocody à Abidjan, a montré des blindés appartenant à LICORNE, la force française en Côte d'Ivoire, en mouvement. Selon la télévision lgconnect qui a mis ces images en ligne sur Youtube, c'est vers la résidence de Laurent Gbagbo qu'ils se dirigeaient :

A 11 heures GMT, la chaîne internationale France24 confirma l'information sur sa page coverit Live :

Selon un article de presse publié par Reuters deux heures plus tard [en anglais], Laurent Gbagbo a ensuite été arrêté par les Forces spéciales françaises, et remis aux Forces républicaines de Ouattara. France24 écrivait en s'y référant :

La paix contre toute attente

Après son arrestation, le couple Gbagbo a été emmené à l'Hôtel du Golf, sous escorte rapprochée des Forces Internationales. Dans la vidéo ci-après, diffusée par la TCI, une chaîne de télévision réputée proche d'Alassane Ouattara, Laurent Gbagbo s'est vu remettre lors de son arrestation un gilet pare-balles pour protéger sa vie :

Alassane Ouattara, le président internationalement reconnu de Côte d'Ivoire a ordonné à ses forces de ne pas violer les droits humains de Laurent Gbagbo et son épouse Simone.

TCI a aussi publié une autre  vidéo, dans laquelle l'ex-président appelle à la fin des combats et au retour de la paix :

Je souhaite qu'on arrête les armes, qu'on rentre dans la partie civile de la crise, et qu'on la conclue rapidement pour que le pays reprenne.

Dans une adresse aux Ivoiriens et à la communauté internationale du 11 avril 2011, Alassane Ouattara a réaffirmé sa volonté d'appliquer l'état de droit, de garantir l'”intégrité physique” de Laurent Gbagbo et son épouse, et de prendre les premières mesures pour rendre justice.

Une volonté d'apaisement partagée par de nombreux Ivoiriens, tel @mymaluydealbi qui écrit sur Twitter :

Après ce qui s'est passé, j'espère que Ouattara sera le président de tous les Ivoiriens sans exception. Que la paix revienne en #civ2010

Ce billet fait partie de notre dossier spécial Côte d'Ivoire 2011

La section commentaires est fermée

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site