Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Argentine : Reconnaissance du génocide arménien

Le premier avril 2011, le juge fédéral argentin, Norberto Oyarbide [en espagnol], a prononcé un verdict historique : l'Etat turc est coupable d'avoir perpétré un génocide [en français] à l'encontre de la population arménienne.

Selon la page Miradas al Sur (Regards sur le sud), [en espagnol], tout a commencé en 2000, suite à une plainte déposée par le greffier Gregorio Hairabedian :

La causa se inició a raíz de la demanda presentada en diciembre de 2000 por el escribano Gregorio Hairabedian, descendiente de armenios asesinados, quien pidió que se investigue por la suerte de 50 familiares directos en la provincias armenias (vilayetos) de Palú y Zeitún, en poder del entonces Imperio Otomano.

A esta querella se sumó luego la colectividad armenia de Buenos Aires por la matanza de población armenia en las provincias de Trebizonda, Erzerum, Bitlis, Diarbekir, Jarput y Sivas, que de acuerdo a estimaciones históricas costó la vida a un millón y medio de armenios en el primer genocidio del siglo XX.

L'affaire a commencé à la suite d'une action intentée en justice en décembre 2000 par le greffier Gregorio Hairabedian, lui même issu d'une famille d'Arméniens assassinés, par laquelle il demande une enquête sur le sort de quelques 50 parents directs dans les provinces arméniennes (vilayets) de Palu et de Zeitoun, à l'époque sous le contrôle de l'empire ottoman.

A cette plainte, s'est rajoutée ensuite celle de la communauté arménienne de Buenos Aires pour le massacre de la population arménienne dans les provinces de Trabzon, Erzeroum, Bitlis, Diarbékir, Jarput et de Sivas. Une tuerie qui selon les estimations historiques, aurait coûté la vie à un million et demi d'Arméniens, lors de ce premier génocide du vingtième siècle.

Le site Genocidio Armenio (Génocide Arménien) relate [en espagnol], les faits qui ont conduit à cette reconnaissance du génocide :

Del 23 al 24 de Abril de 1915 fueron detenidos, deportados a Anatolia y asesinados unos 650 dirigentes armenios de Constantinopla. A partir de entonces, se dio la orden de deportación de la población civil, desde las zonas de guerra en el Cáucaso, hacia los centros de reinstalación, en los desiertos de Siria y Mesopotamia.

El mismo esquema de arresto y asesinato de los líderes y de los hombres mayores de 15 años, así como la deportación del resto de la población -mujeres, ancianos y niños-, hacia los desiertos de Siria, se repitió en todos las localidades armenias.

Du 23 au 24 avril 1915, quelques 650 Arméniens de l'élite de Constantinople [en français] ont été arrêtés, déportés en Anatolie et assassinés. Ensuite, les ordres furent donnés pour déporter la population civile depuis les zones de conflit et de guerre au Caucase,  jusqu'aux centres de réinstallation dans les déserts de la Syrie et de la Mésopotamie ( l'Irak actuellement).

Le même schéma de détention et de meurtre de l'élite et des hommes de plus de 15 ans ainsi que la déportation du reste de la population, à savoir, femmes, vieillards, enfants vers les déserts syriens se sont répétés dans toute les localités arméniennes.

Et le texte de poursuivre :

Esta larga marcha, que para muchos fue el camino hacia la muerte, era acompañada de violaciones, torturas y robo de lo poco que llevaban consigo los deportados. Los pocos que lograron sobrevivir, fueron trasladados a distintos puntos del Medio Oriente donde el hambre y las epidemias hicieron su parte.

Los hechos descriptos fueron encuadrados dentro del concepto de GENOCIDIO. Este término fue creado por Raphael Lemkin y aplicado por primera vez durante el juicio a los principales responsables del crimen contra los judios, durante la Segunda Guerra Mundial.

Ce long périple qui pour beaucoup a été le chemin vers la mort, était ponctué de viols, tortures, et vols du peu de biens que les déportés avaient emportés sur eux. Les rares survivants, ont été transférés dans différents coins du Moyen-Orient où sévissaient la faim et les épidémies.

Les faits mentionnés se recoupent avec le concept de GENOCIDE. Ce terme  inventé par Raphael Lemkin a été employé la première fois durant le procès contre les principaux responsables des crimes contre les juifs durant la seconde guerre mondiale.

Il est intéressant de souligner que l'Argentine a accueilli une notable vague d'immigrés arméniens fuyant le génocide. Les descendants de ces derniers ont préservé les coutumes et traditions regroupées sous différentes institutions et qui représentent la communauté arménienne selon Armenios On Line (Arméniens en ligne) [en espagnol] :

Actualmente la colectividad armenia de la Argentina se estima que cuenta con aproximadamente de cien a ciento veinte mil armenios. Se han establecido siete escuelas armenias, siete iglesias armenias, también iglesias católicas y Evangélicas armenias, funcionan dos diarios, tres audiciones radiales, varias organizaciones políticas, grupos de beneficencia, clubes sociales, deportivos, restaurantes, grupos culturales como ser coros, grupos de danzas folklóricas armenias, grupos de teatro, bandas musicales, numerosas agrupaciones juveniles y también funcionan tres agrupaciones scout, y otros.

Actuellement la communauté arménienne en Argentine compte environ entre cent et cent vingt mille Arméniens. Ils ont établi 7 écoles arméniennes, 6 églises orthodoxes ainsi que d'autres catholiques et protestantes, sans oublier deux journaux, 3 programmes de radios et plusieurs organisations poltiques, associations de bienfaisance, club sociaux, culturels ou encore sportifs, restaurants, chorales, troupes de danse folklorique arménienne ou de théâtre, groupes de musique et nombreux mouvements de jeunesse, notamment 3 associations de scouts ….
Memorial genocidio Armenia

Image de l'usager de Flickr pablodf, Pablo Flores (CC BY-NC-ND 2.0)

Traduction du mémorial :

Communauté arménienne de Rosario , pour la commémoration du 90ème anniversaire du génocide de 1.500.000 Arméniens perpétrés par les Turcs. 1915- 2005.

S'identifier aux origines et aux coutumes, ranimer les traditions, celles qui proviennent des récits familiaux, a été l'un des rêves de Valeria Cherekian, Argentine de naissance mais d'origine arménienne et qui relate son expérience sur le blog  Birth Right Armenia [en espagnol]” :

Cuando pienso en las razones y los sentimientos que motivaron mi viaje a Armenia para trabajar como voluntaria recuerdo a mis abuelos: Nazik y Meguerdich Cherekian y Lusin y José Dadourian. Mis abuelos me enseñaban canciones armenias, que cantábamos todos juntos en cada entrañable reunión familiar… Así crecí, entre libros de escuela, historias que mis abuelos contaban y canciones que nos acercaban a la madre patria… Entre el idioma de mi sangre y el idioma de mi barrio, entre la escuela armenia y la universidad de Buenos Aires… Si me preguntan, soy armenia y argentina. Probablemente en ese orden.

Quand je réfléchis aux raisons et aux sentiments qui m'ont motivée à voyager en Arménie, en tant que bénévole, je me souviens de mes grands-parents Nazik et Meguerdich Cherekian ainsi que Lusin et José Dadourian. Mes aïeux m'ont enseigné  des chansons arméniennes que nous chantions tous ensemble à chaque importante réunion de famille… C'est ainsi que j'ai grandi, parmi les livres d'école, les histoires que me racontaient mes grands-parents et les chansons qui nous rapprochaient de notre mère patrie… Entre ma langue d'origine et celle de mon quartier, entre l'école arménienne et l'université de Buenos Aires… Si vous me demandez, je suis arménienne et argentine. Probablement dans cet ordre.

A cause du nombre important de la communauté arménienne en Argentine, [en espagnol] et dont les membres sont dans leur grande majorité des descendants à la troisième ou quatrième génération de victimes du génocide, les déclarations et preuves avancées ont servi à engager la poursuite. Sur le blog El Magna de Lic. Baleno, on peut lire [en espanol] quelques-unes des ces déclarations de descendants arméniens et qui ont été utilisées comme base de témoignages et de preuve pour le verdict. De son côté, El Argentino.com publie [en espagnol] “La résolution déclarative des événements historiques connus comme le génocide du peuple arménien entre 1915/1923 – le verdict.”

La décision du juge Oyarbide est disponible en vidéo sur YouTube [en espagnol].

La réaction de la Turquie ne s'est pas fait attendre, selon le quotidien argentin  La Voz [en espagnol] :

Turquía fustigó ayer el fallo del juez argentino Norberto Oyarbide en el que dictaminaba que el gobierno del país euroasiático cometió genocidio en contra de armenios durante la Primera Guerra Mundial.

Según el ministro de Relaciones Exteriores de Turquía, Ahmet Davutoglu, ese fallo “es un ejemplo de cómo los nacionalistas extremos pertenecientes a la diáspora armenia abusan de los sistemas legales”.

La Turquie a fustigé hier le verdict du juge argentin Norberto Oyarbide où il prononce que le gouvernement de ce pays eurasiatique (la Turquie) a perpétré un génocide contre les Arméniens durant la première guerre mondiale.

Ahmet Davutoglu, ministre turc des affaires étrangères, croit pour sa part que ce jugement “est un exemple qui illustre comment les nationalistes extrémistes de la diaspora arménienne se jouent et abusent des systèmes judiciaires”.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site