Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Mozambique : La police réprime brutalement une grève

Le 6 avril, des agents d'un service de police de la République du Mozambique – la Force d'Intervention Rapide  – ont usé de violence pour mettre fin à la protestation des employés de la firme de sécurité privée Group Four Security (G4S).

Il semblerait [en portugais] que G4S a illégalement réduit les salaires de ses employés, et qu'ils se plaignaient à présent d'une aggravation de la situation depuis juin 2010. A la manifestation, les travailleurs ont réclamé le paiement des salaires injustement baissés par l'employeur, ainsi que des primes de vacances et heures supplémentaires.

Screenshot from the video featuring FIRs violent intervention. Available on Youtube by verdadetruth.

Capture d'écran de la vidéo montrant l'intervention violente de la FIR, disponible sur Youtube par verdadetruth.

Sur Facebook, le juriste Hbro Chipas affirme que la grève des salariés était illégale, car elle n'avait pas respecté la procédure “prévue par la loi”. M. Chipas analyse l'affaire, prétendant qu'il y a “deux perspectives” [en portugais] sur l'assaut :

a da violência gratuita protagonizada pelos agentes da FIR, e a outra, os estragos perpetrados pelos seguranças

celle de la violence gratuite des agents de la Force d'Intervention Rapide, et l'autre, des dommages causés par les gardes de sécurité

Dans un commentaire sur la page Facebook du journal @Verdade, le photographe Hugo Costa corrobore l'observation de Chipas.

Uns acham que “fazer greve” significa que têm o direito de agir como selvagens e vandalizarem tudo o que encontram pela frente destruindo propriedade privada e agredindo quem não tem nada a ver com o que reivindicam; e os outros acham que “intervenção policial” significa ter luz verde para demonstrações de violência gratuita e abuso de autoridade gozando de plena imunidade!!

Les uns pensent que “faire grève” signifie qu'on a le droit de se comporter comme un sauvage et de vandaliser tout ce qu'on trouve en détruisant la propriété privée et en agressant ceux qui n'ont rien à voir avec ce qu'on revendique : et les autres, que “intervention policière” veut dire le feu vert à des démonstrations de violence gratuite et d'abus d'autorité jouissant d'une totale immunité” !!

Indépendamment de ces “deux perspectives”, Chipas a trouvé brutale l'action de la police contre les grévistes, et il ajoute :

espero que as autoridades competentes nao fiquem impávidas e serenas perante essa situação deveras chocante. Aquele senhor  nao constituía nenhum perigo futuro nem iminente, não fornecendo qualquer tipo de resistência.

J'espère que les autorités compétentes ne resteront pas impassibles et sereines face à cette situation vraiment choquante. Ce monsieur ne représentait aucun péril futur ni imminent, ne faisant preuve d'aucune sorte de résistance.

Sur une vidéo de TVM, on voit la riposte violente des agents de la Force d'Intervention Rapide qui assaillent un garde de sécurité de G4S alors qu'il a déjà été maîtrisé et embarqué dans le fourgon de police.

La vidéo a déchaîné de nombreuses réactions de dégoût dans les médias citoyens, et c'est surtout par Facebook que de beaucoup de Mozambicains comme d'étrangers ont montré leur indignation devant de telles violences.

Citant la déclaration [pdf] de la Liga Moçambicana de Direitos Humanos (LDH) [Ligue des Droits de l'Homme] – qui exige une enquête sur les responsables de l'assaut et le renvoi du commandant de la Force d'Intervention Rapide, le général Binda – la psychologue Linette Olofssona écrit :

inaceitável num Estado de Direito! Faz-me lembrar dos tempos da ditadura em Moçambique, 1975-1994 onde não se respeitava os Direitos Humanos; (ainda hoje são violados com se vê) O comandante da FIR deve ser demitido imediatamente. Segundo a LDH, este mesmo Comandante fez estragos na Província de Nampula. O nosso Estado ainda é dominado por militaristas camuflados de democratas! São horríveis estas cenas.

Inacceptable dans un Etat de droit ! Cela me rappelle les temps de la dictature au Mozambique, 1975-1994, quand les droits humains n'étaient pas respectés ; (même aujourd'hui ils sont violés comme on voit). Le commandant de la Force d'Intervention Rapide devrait être démis immédiatement. Selon la LDH, ce même Commandant a fait des dégâts dans la province de Nampula. Notre Etat reste dominé par des militaristes camouflés en démocrates ! Ces scènes sont horrifiantes.
Relatório da Amnistia Internacional "Licença Para Matar - Responsabilização da Polícia em Moçambique" (2008) .pdf

"Les gens ont plus peur de la police que des criminels", rapport d'Amnesty International "Permis de tuer – Demander des comptes à la police au Mozambique" (2008) .pdf

Au Mozambique, les violences commises par des policiers dont on attendrait le maintien de l'ordre légal n'ont rien de nouveau, comme l'atteste un rapport publié en 2008 par Amnesty International – Le droit de tuer. Un an plus tard, en 2009, un autre rapport d'Amnesty – “Je ne crois plus en la justice” (Já não acredito na Justiça [en portugais et anglais])- documente divers “cas d'homicides commis par la police au Mozambique”.

Une affaire similaire à celle des employés de G4S a eu lieu en avril 2009, lorsqu'un policier a ouvert le feu sur des grévistes du bâtiment [en portugais]. 

De même, pendant la révolte populaire des 1 et 2 septembre 2010 (voir article de Global Voices) la police avait tiré sur les manifestants, tuant 11 personnes, selon un rapport [en portugais] du Centre pour l'Intégrité Publique.

Ofélia Macie, une étudiante, a commenté :

Estes polícias pensam que podem fazer o que quiserem e nada é feito por eles…eu pessoalmente ja vi 2 polícias em Tete agora em fevereiro batendo em dois miudos dos seus 12 e 13 anos de idade so porque não tinham BI, aí sairam chapadas, murros, pontapés e ate bateram-lhes com a própria AKM, quando viram que os miudos ja estavam a sangrar levaram-nos para a 1ª Esquadra… eu pergunto eles estao para proteger, fazer justiça? ou para pôr terror a população?? E estes da FIR são os piores selvagens!!

Ces policiers pensent pouvoir faire tout ce qu'ils veulent et que rien ne leur sera fait… J'ai vu personnellement 2 policiers à Tete en février frapper deux gosses de 12 et 13 ans pour la seule raison qu'ils n'avaient leurs cartes d'identité, alors ils se sont fait cogner à coups de poing et de pied et ils les ont même frappés avec leurs fusils AK, et quand ils ont vu que les gosses saignaient ils les ont emmenés au commissariat… Je demande s'ils sont là pour protéger, ou faire justice ? Ou pour terroriser la population ? Et ceux de la FIR sont pires que des sauvages !!

Durant l'intervention de la police contre les travailleurs de G4S, 24 protestataires ont été gardés à vue et sont enfermés dans les cellules du 18ème district de la police. Des informations non confirmées [en portugais] indiquent qu'un travailleur de G4S a perdu la vie sous les coups violents qu'il a subis pendant l'intervention violente. A ce jour, tous les agents de la FIR restent libres de leurs mouvements.

Pour la mort présumée du garde de sécurité de l'entreprise, Inusso Mario Jojo Mutambe a appelé sur Facebook à une mobilisation

toda G4S a nível nacional deveria fazer uma marcha contre la FIR

Tous ceux de G4S au niveau national devraient faire une marche contre la FIR

Le spécialiste en communication et marketing Celso Miguel a fait connaître son indignation

até quando teremos de viver com essas impunidades??? uma vida se foi, uma mulher ficou viúva, crianças ficaram sem pai, o país perdeu um cidadão… esses polícias se esquecem que os impostos que aquele indivíduo descontava, todo santo mês, servia também para pagar o salário dele??? nunca soube! sinceramente, quem se responsabiliza????? QUEM????… é revoltante ver uma coisa destas acontecer no nosso país!!!! Quem nos devia defender é quem nos mata!!!!

Jusqu'à quand devrons-nous vivre avec cette impunité ??? Une vie disparue, une femme devenue veuve, des enfants laissés sans père, un citoyen perdu pour le pays… ces policiers oublient que les impôts payés par cet homme, chaque mois que Dieu fait, ont aussi servi à payer leurs salaires ??? ils ne l'ont jamais su ! Sincèrement, qui prendra la responsabilité ???? QUI ????… c'est révoltant de voir une chose pareille dans notre pays !!!! Ceux qui devraient nous défendre sont ceux qui nous tuent !!!!

Pour Ivone Gonçalves, il reste “beaucoup de barrières” à l'application des droits humains au Mozambique. Pessimiste pour tout ce qui a trait à la justice, elle déplore :

Infelizmente o Ministro do Interior nada vai fazer para punir os agressores e como sempre vão ficar impunes porque não existe justiça no nosso País. A justiça só funciona para o ladrão de galinha!

Malheureusement le Ministre de l'Intérieur ne fera rien pour punir les agresseurs et comme toujours ils jouiront de l'impunité parce qu'il n'existe pas de justice dans notre Pays. La justice ne fonctionne que contre les voleurs de poules !

En conclusion, Boa Matule appelle à l'unité contre l'intimidation :

Isto é resultado de uma força politizada e cujo único objectivo é intimidar as pessoas! Mas a verdade é que nós somos maiores que eles! Unidos podemos revolutionar Moz [Moçambique].

Ceci est le résultat d'une force politisée dont l'unique objectif est d'intimider les gens ! Mais la vérité est que nous sommes plus grands qu'eux ! Unis nous pouvons révolutionner le Moz[ambique].

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site