Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Etats-Unis : la Fondation Nationale pour les Sciences (NSF) censure le site Global Voices Advocacy

Global Voices a récemment été informé que notre site Advocacy(https://advocacy.globalvoicesonline.org) est inaccessible depuis les ordinateurs du siège de la National Science Foundation (NSF), situé à Washington D.C. Comme beaucoup d'entreprises et d'institutions, la NSF utilise des logiciels de filtrage pour bloquer l'accès à certains sites web. Ces logiciels de filtrage visent principalement les sites pornographiques et ceux dont les contenus sont illégaux, mais beaucoup d'institutions vont plus loin.

Dans ce cas précis, le directeur exécutif  de Global Voices, Ivan Sigal, a écrit à la NSF pour demander les raisons de ce blocage. Voici l'explication qu'il a reçu :

L'adresse URL de ce site a été soumise à la commission d'évaluation du [logiciel de filtrage]  Blue Coat pour le faire passer de la catégorie “contournement de cybercensure”, une catégorie de sites qui est bloquée, à la catégorie  “Politique/Activisme”, qui n'est pas actuellement bloquée. Cependant, la commission a rejeté la demande, expliquant que le site contenait un verbiage donnant des instructions sur comment contourner le filtrage automatique de sites web, ce qui viole clairement notre politique de sécurité, et le site restera donc bloqué.

Enfin, pour des raisons de sécurité, la NSF ne divulgue pas d'informations sur ses infrastructures, matériels, systèmes et politiques, ou celles d'autres agences du gouvernement fédéral, à des sources externes, à moins qu'elles n'émanent spécifiquement du Bureau de l'Inspecteur général et/ou du Chef du bureau d'information, ou de leurs représentants mandatés.

En d'autres termes, la NSF utilise le logiciel payant de filtrage Blue Coat pour bloquer les proxies et les outils de contournement de la censure, ainsi que les sites qui parlent ou proposent un lien vers des proxies ou des outils de contournement (ce que ce site fait effectivement).

Comme l'écrit  Ethan Zuckerman, co-fondateur de Global Voices, sur son blog, la situation est assez ironique, étant donné que le gouvernement des États-Unis (en particulier, le Bureau pour la démocratie, les droits humains, le travail du Département d'état) finance directement des technologies pour contourner la censure du web. Ethan  Zuckerman ajoute :

Je suis assez surpris d'apprendre que les scientifiques de la NSF travaillent dans un environnement Internet filtré, et que ce filtrage est si agressif qu'il est impossible de discuter du filtrage et du contournement des outils de filtrage. On peut se demander si le Département d'État pourrait envisager la possibilité d'offrir des formations à la National Science Foundation, pour que ses employés apprennent, aux cotés des dissidents chinois, comment contourner le filtrage et être informés des recherches sur le filtrage d'Internet que le Département d'Etat finance. Peut-être pourrions-nous nous glisser dans l'immeuble, avec TOR sur des clés USB, pour les faire passer clandestinement  aux scientifiques américains opprimés.

A Global Voices, nous aimerions  savoir quels autres bureaux du gouvernement américain ont mis en place un filtrage envahissant, et quel logiciel est utilisé. Nous savons que les bureaux de Radio Free Europe/Radio Liberty utilise Websense pour bloquer les sites, mais pouvez-vous nous faire parvenir d'autres informations ?  Vous pouvez laisser un commentaire ci-dessous, et si vous avez fait une capture du message de blocage sur un écran, merci de nous envoyer le lien.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site