Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Cuba : Le Parti Communiste introduit la libre entreprise et raccourcit les mandats

A la minorité de Cubains qui en font partie, la blogosphère donne un espace pour échanger les idées. Et elles n'ont pas manqué cette semaine, avec la tenue par les frères Castro du premier Congrès du parti communiste cubain depuis 1997 (en théorie il a lieu tous les cinq ans) et l'annonce d'une limitation de la durée des mandats à la tête de l'île.

Samedi 16 avril, 2011, un défilé a eu lieu pour commémorer la victoire cubaine sur les Etats-Unis de la Baie des Cochons. Yoani Sanchez l'a regardé depuis sa terrasse [en espagnol] :

Me subo a la azotea para ver la coreografía de la guerra en toda su extensión. Mal van las cosas si el congreso del PCC comienza con esta procesión de bayonetas. Si realmente se quisiera dar una imagen de reformas, no serían estos uniformes de verde olivo los que se exhibirían en la jornada del sábado 16 de abril. ¡Cuánto desearíamos que ocurriera ese día una peregrinación de resultados, no de miedos!

Je suis montée sur la terrasse pour voir la chorégraphie de la guerre dans ses grandes largeurs. Ça va mal si le congrès du PCC commence avec cette procession de baïonnettes. Si on voulait vraiment donner une image de réformes, ce ne seraient pas ces uniformes vert olive qui s'exhiberaient la journée du samedi 16 avril. Comme nous voudrions que se produise en ce jour un cortège de résultats et non de peurs !

El Yuma y était aussi, et écrit [en anglais] :

Selon l'usage de ces démonstrations massives de fierté révolutionnaire et nationaliste, les employés d'état ont été amenés en bus au centre ville bien avant l'aube, en délégations représentant de nombreux collectifs de travail, municipalités, écoles et universités. La participation était étendue avec des Cubains de tous horizons manifestant leur engagement pour la révolution, réaffirmant son orientation socialiste, malgré (ou peut-être à cause de) la mise en oeuvre imminente de licenciements massifs dans le secteur étatique et la crainte concomitante de perdre son emploi.

Billboard propaganda, Cuba. Image by Flickr user STML (CC BY-NC-ND 2.0).

Panneau de propagande à Cuba. Photo sur Flickr de STML (CC BY-NC-ND 2.0).

Annonce d'une nouvelle direction

Le défilé a ouvert la réunion du parti, avec discours et débats sur de nouvelles politiques, y compris des mouvements dans la direction. L'annonce la plus frappante au Congrès pourrait être la limitation des durées de mandats imposée au système politique cubain [en anglais].

Or, comme le fait remarquer Uncommon Sense [en anglais], des limitations de mandats impliquent des élections libres et équitables. Le blogueur suggère qu'en les annonçant, Raul Castro réussit à laisser entendre qu'elles sont en réserve, alors qu'il n'y a en fait aucune raison de supposer que ce soit le cas. Après tout,

La déclaration de Raúl Castro aujourd'hui contredit le fait que son mandat, comme celui de son frère, a expiré depuis longtemps.

Cette annonce sur la limitation des mandats s'est accompagnée d'un mouvement à la tête du parti, avec un essai de rajeunissement. Mais, comme Babalu Blog l'a souligné [en anglais], les supposés “jeunes fusils” introduits dans le parti au Congrès de cette semaine ne sont pas si jeunes que ça.

Yoani Sanchez exprime [en espagnol] le scepticisme général envers le Congrès et les réformes qu'il pourrait apporter :

También desternillarse puede resultar una medicina preventiva para evitar las decepciones que sobrevendrán. Quizás por esa razón, cada vez que pregunto a alguien acerca de las posibles reformas que brotarán del sexto congreso del PCC, me responde con una risita, con un “jijiji” de tono irónico. Acto seguido se encojeencoge de hombros y suelta una frase como “bueno, no hay que hacerse ilusiones… va y a lo mejor autorizan comprar casas y autos

Se bidonner peut aussi être un traitement préventif pour éviter les déceptions qui vont suivre. Peut-être pour cette raison, chaque fois que j'interroge quelqu'un sur les réformes possibles qui jailliront du sixième congrès du PCC, on me répond avec un gloussement, un “hihihi” ironique. Puis on hausse les épaules et lâche une phrase du genre “bon, il ne faut pas se faire d'illusions… ça passe et au mieux ils nous laisseront acheter des maisons et des autos.”

L'emploi passe du public au privé

C'est un scepticisme égal qui a accueilli les changements dans l'économie cubaine. 1 Click 2 Cuba écrit [en anglais] :

Les propositions de M. Castro sont peut-être les changements les plus significatifs ici depuis la nationalisation des entreprises en 1968, même s'il est visible qu'il s'efforce avec ses conseillers d'établir un cours qui ne sera pas perçu comme un échec du socialisme.

Un sentiment nettement exprimé par le blog de Tomas Estrada Palma (aux USA) [en anglais] :

En résumé amigos – ne vous laissez pas exploiter ainsi par les mondialistes. Raul est en train de vous brader à présent et c'est ça que je veux vous faire comprendre. Vous recevrez un peu plus pour commencer, mais à long terme ce modèle économique ne peut pas tenir. Plus vous créerez de richesse, plus on vous en volera. Vous ne préféreriez pas être libres et simplement posséder votre temps, votre corps et les fruits de votre travail ?

Même ceux qui ne sont pas des défenseurs du socialisme se méfient. Un article d'opinion du magazine en ligne Diario de Cuba [en espagnol] entre dans les détails des encouragements à l'entreprise privée (l'autre grande réforme annoncée récemment), et explique pourquoi elle a soulevé des doutes légitimes :

Cifras oficiales pronostican que en 2015 el 50% de los cubanos trabajará en el sector privado. Esto significa que la mitad de la población activa se dedicará a los pocos oficios autorizados…Despreocupado de una amenaza así, el Partido Comunista de Cuba parece solamente interesado en la gobernabilidad de un país de lechugas y paladares.

Les chiffres officiels pronostiquent que d'ici 2015 50% des Cubains travailleront dans le secteur privé. Cela signifie que la moitié de la population active se consacrera au peu de métiers autorisés… Sans se soucier d'une telle menace, le Parti Communiste de Cuba semble ne s'intéresser qu'à la gouvernance d'un pays de laitues et de paladares [les petits restaurants privés à gestion familiale à Cuba].

De la perte des illusions aux manifestations de rues ?

Uncommon Sense note [en anglais] que, dans le sillage du Congrès, les gens pourraient s'enhardir et/ou être motivés à descendre dans les rues.

Quatre femmes cubaines, avec le nom de [Rosa Parks] pour bannière, sont descendues dans la rue pour exiger le respect de leurs droits et la liberté [en espagnol]… ces femmes, membres du Mouvement féministe Rosa Parks pour les droits civils — ont défilé à travers Santa Clara en scandant des slogans tels que, “Les rues appartiennent au peuple !” “A bas les Castro !” et “Nous ne voulons pas la faim, nous voulons la liberté !”…

Ces femmes auraient été suivies par une bande de partisans des Castro, pendant que la militante Sarah Martha Fonseca, a été emmenée de chez elle lundi [en espagnol] au motif qu'elle aurait mis devant sa maison une pancarte avec l'inscription “A bas le parti communiste” [en anglais].

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site