Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Zambie : Pour la distribution de préservatifs dans les prisons

Les sujets du VIH/SIDA et de l'homosexualité sont très sensibles en Zambie. Le SIDA a pris beaucoup de vies au cours des vingt-cinq années passées. Quant à l'homosexualité, les Zambiens n'osent pas en parler en public.

Récemment, par exemple, le dirigeant du plus grand parti d'opposition a osé déclarer que les lois zambiennes reconnaissaient l'homosexualité [en anglais] et le parti majoritaire MMD, ainsi que des associations pro-gouvernement et de chrétiens ont utilisé cette déclaration pour essayer de le discréditer auprès de son électorat.

Ce qui rend le sujet de l'homosexualité si délicat est le fait que la Zambie est une nation  très chrétienne, et que la religion est inscrite dans le préambule de la constitution. Mais sur Twitter, certains Zambiens ont abordé l'homosexualité sous un angle particulier : la distribution de préservatifs dans les prisons zambiennes, où l'on sait que des relations sexuelles homosexuelles sont courantes.

Voici ci-dessous une conversation sur Twitter entre Zambiens sur l'homosexualité, le vih/sida et la distribution de préservatifs dans les prisons zambiennes.

@missbwalya:

On ne peut pas demander plus de fonds contre le VIH et ignorer le sort des prisonniers, qui courent plus de risques pour leur santé.

@missbwalya:

Descendez de vos grands chevaux de la morale et regardez la réalité, l'explosion du VIH dans les prisons chez les détenus. Ils sont humains, eux aussi.

@damyna:

@missbwalya c'est vrai, mais tu parles de la Zed? [Zambie]

A condom on the obelisk of Buenos Aires, Argentina to commemorate World Aids Day. Image by Flickr user Erik Stattin (CC BY-SA 2.0).

Un préservatif géant sur l'obélisque de Buenos Aires, en Argentine, lors de la Journée mondiale contre le SIDA . Photo sur Flickr de Erik Stattin (CC BY-SA 2.0).

@senkwe:

D'où sors-tu ça, Bwalwa ?  De quelle juridiction tu parles ?

@missbwalya:

ça vient de Zambiens qui se drapent dans leur pruderie, qui ne veulent pas admettre l'existence de l'homosexualité en prison et le manque de prévention du VIH.


@senkwe:

C'est un sujet délicat. L'homosexualité n'est-elle pas toujours illégale en Zambie ?


@senkwe
:

Connaissant bien la Zambie, jusqu'à ce qu'elle soit dépénalisée, ils continueront à détourner les yeux et à dire  “ni zabo” (c'est leur problème). On peut pas gagner.

@missbwalya:

M'étonnerait que ça arrive. Oublie pas qu'ils brulent encore de prétendues sorcières et magiciens. On va pas quitter l'âge de pierre de sitôt.

@senkwe:

Exactement. Distribuer des préservatifs en prison, ça serait vu comme une admission tacite de l'existence de l'homosexualité en Zambie. Il faudra beaucoup de courage.

@missbwalya:

LPM [feu le président zambien Levy Mwanawasa] a parlé publiquement du problème et appelé au changement. Sais pas vraiment sur quoi ça a débouché.

@senkwe:

Ils ont donné d'autres infos ? Pour ce que nous en savons, ils peuvent avoir proposé de désenvouter les prisonniers de leurs démons homos. #bwafya [c'est un problème]

@missbwalya:

Je me rappelle pas de tout, mais c'était déjà bien qu'il en ait parlé, vu d'où on part !

@damyna:

ça vaut pour la Zambie comme d'autres pays, où le déni est dangereux et coute beaucoup de  vies.

Pour la Zambie, cette conversation sur Twitter est étonnante et importante, il faut le souligner. On suppose que des relations homosexuelles sont courantes dans les prisons zambiennes. La plupart de ces prisons ont été construites avant l'indépendance du pays, en 1964, quand la Zambie comptait moins de quatre millions d'habitants. Aujourd'hui, la population du pays est de presque 14 millions d'habitants, et les prisons dans toute la Zambie sont surpeuplées.

Les anciens détenus des prisons zambiennes sortent de détention malades, souffrant de VIH/SIDA, de tuberculose et de maladies de la peau. Ils décèdent souvent peu après leur libération.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site