Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Thaïlande : Scandale pour des seins nus

[Lien en anglais ou en thaï] La semaine dernière, en Thaïlande, le vrai sujet de scandale (avant les accrochages frontaliers avec les soldats cambodgiens) a été celui des adolescentes dansant seins nus lors de la fête de l'eau, Songkran (le Nouvel an thaï).

Les photos et vidéos de trois jeunes filles dansant torse nu à Silom, à Bangkok, ont rapidement fait le tour du web et fait éclater un intense débat sur la culture thaï et la moralité. Les jeunes filles ont reçu des amendes de 500 Baht (environ 15 euros). La personne qui a téléchargé la vidéo, de son côté, a été condamnée à une amende de  100 000 Baht (environ 2700 euros) et risque jusqu'à cinq ans de prison aux termes de la loi thaïlandaise sur les délits informatiques.

Le Ministre de la culture thaïlandaise a condamné les jeunes filles pour avoir “détruit l'image” de la Thaïlande, et à la suite de cet incident, le Ministre distribuera des manuels destinés à éduquer la jeunesse sur la culture thaï.

Le Ministère de la culture s'apprête à diffuser un manuel pour que la jeunesse prenne consciences des véritables valeurs de la fête de Songkran, après les attitudes scandaleuses dont nous avons été témoins durant les célébrations du nouvel an thaï.

Les internautes thailandais ont aussitôt rappelé au ministère que des femmes aux seins nus figuraient sur son  site internet et qu'elles ont mystérieusement disparu depuis l'affaire de la fête de Songkran.

Avant/après : capture d'écran du site du ministère, par Richard Barrow

Catherine demande au ministère de remettre en ligne la reproduction du tableau qui a disparu, celui de Nang Songkran (déesse thaï de Songkran).

Bon, je voudrais intervenir brièvement sur le besoin de préserver la culture thaïlandaise. Et demander à la Thaïlande de remettre les dames aux seins nus de Songkran sur le site web du ministère de la culture, là où elles devraient être. C'est tout.

Sompop Budtarad est l'artiste qui a réalisé le tableau inspiré par la légende de Nang Songkran.

Thai Connoisseur observe que les trois ados ne faisaient que “célébrer les aspects les plus traditionnels, et oubliés, de Songkran”

…trois jeunes filles thaïlandaises, célébrant les aspects les plus traditionnels, et oubliés, de la fête de Songkran, en dansant à peu près comme leurs arrières grand-mères le faisaient à l'époque du royaume de Siam. En d'autres termes, en dansant les seins nus ! Qui peut leur en vouloir ? Je crois que c'est une bonne chose que les jeunes fassent revivre les traditions oubliées de leurs ancêtres.

Saksith a interviewé Kaewmala, qui décrit le Ministère de la culture comme  “les Talibans culturels de la Thailande”

Beaucoup de Thaïlandais et de non Thaïlandais savent qu'il y a encore un siècle, les femmes thaïlandaises se promenaient les seins nus. Alors, d'où sort ce faux “modèle” puritain de la culture thaï ? Certainement pas des traditions anciennes et communes de la Thaïlande.

Harrison George, sur le blog Prachatai, souligne l'hypocrisie des autorités.

Là où ces jeunes filles se sont trompées, c'est qu'elles le faisaient gratuitement. Leur péché est un péché économique, pas moral. Si elles avaient fait la même chose dans un bar à quelques centaines de mètres de là (et menti sur leur âge, ce qui est automatique dans ce business), elles n'auraient jamais été embêtées par la loi. Et elles auraient été payées pour ça.

Isaan Style liste d'autres activités et attitudes qui nuisent davantage à l'image de la Thaïlande.

Cette image nuit à l'image de la Thaïlande! Oh non, s'il vous plait ! Et les centaines de bars qui proposent des prostituées, des sex-shows live, des bars à fellations, des massages avec des “conclusions joyeuses”, des bars karaoké avec des hôtesses aux seins nus dans les salles du fond, les ateliers où travaillent des esclaves, ainsi de suite, et on pourrait continuer longtemps.

Et les manifestations sanglantes, les morts incessantes de personnes innocentes dans le sud, le bilan effroyable des accidents de la route, la corruption qui s'affiche partout. Est-ce que ça ne nuit pas à l'image de la Thaïlande ?

Les étrangers sont toujours convaincus que  Songkran est juste une fête où on s'arrose avec de l'eau. Je dirais, sans me tromper beaucoup, que 90% d'entre eux le croient et viennent juste pour ça.

Ce qui me stupéfie, c'est le ministère de la culture et d'autres agences gouvernementales hurlent au scandale, mais ils tolèrent très bien le vrai côté trash de la Thaïlande, les ventes d'enfants aux pédophiles en plein jour, et pas qu'un seul, le mensonge selon lequel il n'y a pas de prostitution en Thaïlande, seulement des filles qui acceptent d'accompagner des hommes, et si ceux-ci veulent avoir des rapports sexuels avec elles et les payer, et bien, tout va bien.

Les jeunes filles ont été arrêtées par la police et présentées aux médias. Maja Cubarrubia demande la protection de la vie privée et des droits de ces jeunes filles.

Au lieu de tenter de déguiser l'identité de ces jeunes filles, est-ce que la police aurait pu ne pas tenir une conférence de presse, pour ne pas augmenter le risque de violer les droits de ces mineure à la confidentialité de leur identité et à la dignité, en accord avec les droits stipulés dans la Convention internationale sur les droits de l'enfant, que la Thailande a ratifiée, et en accord avec les lois thaïlandaises sur la protection des mineurs ?

The Lost Boy s'interroge plus avant sur ce scandale :

Toute cette histoire est bien sûr une farce, mais ce qui me gêne, c'est que les gens semblent s'indigner pour ce qui n'en vaut pas la peine. Personne ne se demande pourquoi les trois ados étaient là, pour commencer, où si elles couraient un danger. Les utilisateurs de Twitter, en Thailande, ne semblaient pas choqués par le fait que trois lycéennes à moitié nues dansaient devant une foule énorme d'hommes saouls. Elles auraient pu facilement se trouver dans une situation où elles risquaient d'être violées, c'est évident.

Political Prisoners in Thailand fustige le “manque de sens moral de l'élite”

Quelques jeunes filles enlèvent leur haut, et l'élite est scandalisée. Tuer des Chemises rouge autour de la date de Songkhran (en 2009 et 2010) semblent provoquer de la joie et de l'enthousiasme dans l'élite. Où était le scandale dans l'élite, quand l'armée a tué des manifestants ? Peut-être que cet incident servira a rappeler le manque de moralité de l'élite royaliste.

Voici quelques réactions sur Twitter à Bangkok :

@freakingcat Pendant que la Thailande s'émeut de 3 ados dansant topless, les DVD pornos avec des enfants continuent à être vendus sur Sukhumvit & tout le monde s'en fout.

@qandrew Pas surpris d'apprendre que  3 danseuses de Songkran sont liées aux bars et casinos clandestins que possèdent politiciens  & police, qui les ont poussées à danser topless.

@weirdwern “Les Thaï ont besoin d'un bouc émissaire. Plus facile que de résoudre les problèmes du pays.” – Prof.Chalidaporn, sur l'incident des 3 danseuses topless

1 commentaire

  • Jutharat Michel

    S’il est un point à retenir de cette histoire de seins nus, c’est le reord du monde de ce pays quand à l’HYPOCRISIE. Pas un pays au monde ne tire autant de revenus sexe du que la Thailande, et la grande majorité des mâles thais passe le plus clair de ses loisirs dans les go-go, body-massages, karaokés sexuels et autres bordels. Y compris ceux qui semblent s’indigner de la soit-disant “perte de moralité des thais” ! Il ya de quoi rêver !

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site