Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Brésil : Les LGBT entre violences et droits civiques

Avec les avancées législatives récentes et une nouvelle proposition de loi qui criminalise l'homophobie au sénat brésilien, les cas de violences contre les LGBT (Lesbiennes, gays, bisexuels et transgenres) et l'expression de préjugés ainsi que l’hétérosexisme sont sous surveillance. L'arène internet a été utilisée pour exposer de nombreuses réflexions sur le droit à une orientation sexuelle différente dans le pays.

Des crimes d'homophobie en augmentation

Au Brésil, les pratiques sexuelles différentes de l'hétérosexualité sont souvent soumises aux préjugés et à la violence. L'homophobie, d'après l’Association des jeunes LGBT [en portugais], “est la crainte et les conséquences qui en résultent que certains individus ressentent à l'égard des homosexuels”, qui les conduisent à adopter des attitudes de rejet envers les homosexuels.

A tribute to LGBTs murdered in Brazil, Rio de janeiro, 10/11/2010. Photo from André Gomes de Melo (Flickr user SEASDH). Creative Commons 2.0.

Hommage aux victimes LGBT au Brésil, Rio de Janeiro, 10/11/2010. Photo d'André Gomes de Melo (utilisateur de Flickr SEASDH). Creative Commons 2.0.

Au début de 2011, de nombreuses agressions d'homosexuels sur l'Avenida Paulista, la plus importante avenue de  São Paulo, ont été signalées. Des membres d'associations de gays ont été battus et attaqués aux lampes fluorescentes à cause de leur orientation sexuelle et même, dans certains cas, pour avoir marché la main dans la main.

Selon des données du gouvernement fédéral et d'Ong de défense des droits des LGBT, chaque année le nombre de crimes homophobes a augmenté à un rythme effroyable. Au cours des cinq dernières années, le nombre de meurtres motivés par la haine contre cette minorité a augmenté de 113%.

Au total 198 homicides ayant pour motivation l'homophobie ont été enregistrés en 2009, selon le journaliste Renato Rovai, citant l'Association brésilienne des lesbiennes, gays, bisexuels et transsexuels.

En 2006, au moins 260 gays, lesbiennes et travestis, sont morts à cause de telles motivations. Le Groupe de gays de Bahia (GGB), une des plus grandes organisations de défense des droits des LGBT, a dénoncé les chiffres :

Dentre os mortos, 140 gays (54%), 110 travestis (42%) e 10 lésbicas (4%). O Brasil confirma sua posição de campeão mundial de assassinatos de homossexuais: nos Estados Unidos, com 100 milhões a mais de habitantes que nosso país, foram registrados 14 assassinatos de travestis em 2010, enquanto no Brasil, foram 110 homicídios.O risco de um homossexual ser assassinado no Brasil é 785% maior que nos Estados Unidos.

Parmi les décès, [il y a eu] 140 gays (soit 54 pour cent), 110 travestis (42 pour cent) et 10 lesbiennes (4 pour cent). Le Brésil se confirme comme champion du monde d'assassinats d'homosexuels: en 2010, aux États-Unis, qui ont 100 millions d'habitants de plus que notre pays, 14 meurtres de travestis ont été signalés, alors qu'au Brésil il y en avait eu 110. La probabilité qu'un homosexuel soit assassiné au Brésil est 785 pour cent plus élevée qu'aux États-Unis.

Les chiffres concernant la violence homophobe, cependant, sont probablement plus élevés [en portugais], comme de nombreuses victimes d'abus gardent le silence et ne dénoncent jamais à la police ce qui leur arrive.

“Certains préjugés finissent seulement avec la loi”

"Some prejudices only end by law" - Act in repudiation of the homophobic crimes in Sao Paulo's Gay Parade, 2009. Photo by Marcel Maia in Flickr, Creative Commons 2.0

"Certains préjugés peuvent prendre fin seulement avec la loi" – une loi qui punissent les crimes dus à l'homophobie à São Paulo

Certains des droits que réclament les associations des LGBT au Brésil ont enregistré des progrès sensibles ces dernières années.

Récemment, l'Institut national d'assurance a reconnu aux homosexuels le droit d'indiquer leurs partenaires stables comme personnes à charge pour bénéficier des avantages de la sécurité sociale, comme la pension de réversibilité à leur décès.

En février de cette année, le député fédéral Jean Wyllys [en portugais] -le premier membre du parlement brésilien à déclarer publiquement son homosexualité – a dit dans son discours d'investiture qu'il allait présenter un amendement constitutionnel (PEC) garantissant le droit au mariage civil aux personnes de même sexe. Actuellement au Brésil, le mariage entre des personnes de même sexe n'existe pas légalement, même lorsqu'il a a été célébré dans un pays qui le reconnaît.

Depuis 2006, à l'ordre du jour au congrès national, il y a la proposition de loi No 122 (PLC 122) qui criminalise l'homophobie. Cette proposition, d'après le site web Não Homofobia (Non à l'omophobie) [en portugais], doit amender la “Loi no 7.716, du 5 janvier 1989, définissant le préjudice ou la discrimination basée sur le genre, le sexe, l'orientation sexuelle et l'égalité des sexes comme crime”:

Isto quer dizer que todo cidadão ou cidadã que sofrer discriminação por causa de sua orientação sexual e identidade de gênero poderá prestar queixa formal na delegacia.

Cela veut dire que chaque citoyen qui subit une discrimination à cause de son orientation sexuelle ou l'identité de genre peut présenter une plainte formelle auprès d'un commissariat de police.

En ce qui concerne l'historique du PLC 122, le blogueur Felipe Shikama observe:

Aprovado por unanimidade pela Câmara Federal em setembro de 2006, o PLC que está no Senado desde fevereiro de 2007, com nº122, determina “sanções às práticas discriminatórias em razão da orientação sexual das pessoas”. No entanto, o projeto foi retirado para “reexame”, diante das pressões promovidas por representações dos segmentos mais conservadores.

Unanimement approuvé par le congrès en septembre 2006, le PLC qui est au sénat depuis février 2007, No. 122, spécifie “les sanctions contre les pratiques discriminatoires basées sur l'orientation sexuelle des personnes.” Cependant, le projet a été retiré pour “réexamen”, vu les pressions des représentants des milieux les plus conservateurs.

L'attention croissante pour les sujets liés aux LBGT, comme les avancées sur le plan législatif, ont mis la lumière sur les cas d'homophobie depuis le début de l'année, dit Nilton Luz, le coordinateur de Rede Nacional de Negras e Negros LGBT, (Réseau national des LBGT d'hommes et de femmes noirs), qui croit que les agressions de l'Avenida Paulista au début de 2011 n'étaient pas dues qu'à des coïncidences. Luz s'explique :

O crescimento da pauta LGBT na agenda pública brasileira teve o efeito colateral de organizar a oposição reacionária aos direitos dessa parcela da sociedade. Tornou-se a principal bandeira da bancada evangélica, obrigou um retrocesso na campanha de 2010 e tem tomado o espaço midiático que tiveram as cotas raciais na década passada.

L'attention croissante pour les LBGT au sein du public au Brésil a eu comme effet l'organisation de l'opposition réactionnaire contre les droits de ce segment de la société. Elle est devenue le flambeau des évangélistes, elle a forcé le retrait lors de la campagne électorale de 2010 et a pris la place qu'avait l'intégration raciale dans les médias au cours de la décennie écoulée.
Image from the blog of the project Eu Sou Gay (I Am Gay)

Image du blog du projet Eu Sou Gay (Je suis gay)

D'un côté, des associations religieuses et d'autres d’extrême droite s'opposent au progrès dans la législation sur l'homosexualité en général et au PLC 122 en particulier, soutenant qu'on commence à voir au Brésil la “Dictature des gays”.

De l'autre côté,en même temps que les actes de violences homophobes se multiplient dans le pays, l'opposition à ces attaques est immédiate. La campagne #EuSouGay (Je suis gay) a provoqué les réactions sur le cas cas d'une fille qui a été assassinée par la famille de sa petite amie à São Paulo. La société civile s'est mobilisée pour demander l'approbation de la PLC122 pour que la communauté LGBT ne vive plus dans la peur permanente.

Ces faits et bien d'autres jetant une lumière sur la réalité des groupes LGBT et le droit à son orientation sexuelle personnelle au Brésil seront traités dans une série de billets sur Global Voices. Nous vous informerons des différents points de vue des internautes, sur des problèmes allant des préjugés à l'acceptation et comment ils sont représentés et comment ils protestent en ligne.

Le billet d'origine a été révisé par Marta Cooper.

2 commentaires

  • […] Brésil : Les LGBT entre violences et droits civiques · Global Voices en Français L'attention croissante pour les sujets liés aux LBGT, comme les avancées sur le plan législatif, ont mis la lumière sur les cas d'homophobie depuis le début de l'année, dit Nilton Luz, le coordinateur de Rede Nacional de Negras e Negros LGBT , (Réseau national des LBGT d'hommes et de femmes noirs), qui croit que les agressions de l'Avenida Paulista au début de 2011 n'étaient pas dues qu'à des coïncidences. Luz s'explique : O crescimento da pauta LGBT na agenda pública brasileira teve o efeito colateral de organizar a oposição reacionária aos direitos dessa parcela da sociedade. Tornou-se a principal bandeira da bancada evangélica, obrigou um retrocesso na campanha de 2010 e tem tomado o espaço midiático que tiveram as cotas raciais na década passada. Unanimement approuvé par le congrès en septembre 2006, le PLC qui est au sénat depuis février 2007, No. 122, spécifie “les sanctions contre les pratiques discriminatoires basées sur l'orientation sexuelle des personnes.” […]

  • […] Au Brésil, les pratiques sexuelles différentes de l'hétérosexualité sont souvent soumises aux préjugés et à la violence. Brésil : Les LGBT entre violences et droits civiques · Global Voices en Français […]

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site