Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Macédoine : Nouvelles lois défavorables au patrimoine culturel

[Liens en macédonien sauf mention contraire] De nouvelles lois en Macédoine devraient avoir un impact négatif sur l'héritage culturel du pays. Vasilka Dimitrovska, auteure de l'acclamé blog Archaeological Diary, a réagi à la  mise en place précipitée [de ces lois – lien en anglais] d'un point de vue professionnel :

L'état a adopté le Projet de Loi sur “le traitement des objets construit illégalement”, plus connu sous le nom de Loi pour la légalisation des constructions illégales, qui portera probablement le coup final à l'héritage culturel de la République de Macédoine (RM). Il est bien connu que la plupart des sites archéologiques sont dans des zones rurales, mais il y en a beaucoup dans des environnements urbains – en pleine ville. Sur la plupart de ces sites se trouvent aussi des bâtiments construit sans permis, qui ont toujours détruit les villes antiques se trouvant en-dessous. Selon la Archaeological Map of RM (Volume 2, publiée par l’ Académie Macédonienne des Sciences et des Arts [en anglais] en 1995), sur le seul territoire de la ville de Skopje on recense plus de 150 sites archéologiques. Ces zones recoupent des poches bien connues d'urbanisation sauvage dans [les villages/banlieues de] Volkovo, Zlokukjani, Pripor…

Par exemple, les villas de la riche élite à Zlokukjani ont empiété sur bien 40 hectares couvrant les restes de l'antique ville romaine de Scupi, détruisant à jamais l'histoire qui appartient aux citoyens de la Macédoine et du monde entier.

Je voulais écrire un billet plus long et plus documenté à ce propos, mais il est inutile de tarder. En légalisant la construction illégale autour et à l'intérieur des zones des sites archéologiques, nous perdrons une grande partie de l'héritage culturel macédonien. Cela comprend certaines cités antiques importantes, telles que Scupi, Heraclea, Lychnidos, etc. Cette administration a investi des sommes énormes dans des fouilles archéologiques qui, cependant, ont échoué à produire une seule publication [approuvée par la communauté scientifique], même après toutes ces années. Cette actuelle loi sur la légalisation des constructions illégales détruira les fruits de tous leurs investissements dans l'archéologie.

Roman tombstones and sarcophagi from Scupi in front of Skopje City Museum

Pierres tombales et sarcophage romains de Scupi devant le Musée de la Ville de Skopje, exposés aux éléments et à la pollution ambiante. Photo: Filip Stojanovski, disponible sous licence CC-BY

En tant qu'archéologue, Mme Dimitrovska a déclaré qu'elle est obligée de se soucier de tout l'héritage culturel, sans considérer la période historique de construction. Le premier pas, à son avis, serait de mettre à jour et d'exécuter la défunte Loi sur l'Héritage Culturel.

Un lecteur, Aleksandar, a commenté sous son billet :

Il est évident que ceux qui ont écrit la Loi n'ont consulté personne – un vieux problème bien connu en Macédoine. Le point de vue du Cabinet est quelque peu limité… C'est triste à dire, mais les gens sont indifférents à beaucoup d'autres choses qui affectent leurs vies plus directement, alors, ils resteront apathiques sur ça aussi. Et de nouveau nous en revenons au problème de l'éducation, etc.,  etc…

Global Voices a récemment rapporté les plaintes d'un autre blogueur, qui protestait [en français] contre la construction d'un nouveau bâtiment d'état sur de probables sites archéologiques dans le centre de la capitale macédonienne.

Avec la nouvelle loi, les occupants de sites où se trouvent des constructions illégales sont invités à payer 1€/m² de droits de propriété pour être légalisés. Comme d'habitude, le gouvernement a démarré une coûteuse campagne de publicité pour rendre la loi populaire, avec des vidéos diffusées sur des stations TV favorables au régime. Cette tentative pour renflouer le budget famélique de l'état est présenté comme une manière pour les  classes populaires urbaines et rurales, qui ont investi dans la construction de maisons sans permis ou n'ayant pas tous les permis nécessaires, de gagner un vrai droit de propriété à bon marché. C'est également une loi utile pour les potentats locaux qui ont construit des demeures dans des zones en principe protégées, comme les parcs nationaux.

Pierre tombale de Vitalis, un ancien officier de la cavalerie romaine, exposée devant le Musée de la Ville de Skopje. Photo: Filip Stojanovski, CC-BY.

Pour accroître le bénéfice culturel, voici plus d'informations sur les sites archéologiques de la Macédoine mentionnés dans ce billet, avec des liens vers les articles Wikipedia appropriés [liens principalement en français]:

  • Scupi [en anglais] était le précurseur romain de la capitale actuelle Skopje. Camp militaire fondé en 168 av. JC, elle s'est développée en une cité prospère, qui fut détruite dans le séisme de 518 ap. JC. La population se déplaça de plusieurs kilomètres vers la rivière et utilisa même un peu du marbre ancien pour construire l'actuelle “vieille ville”, c'est-à-dire la forteresse Kale, théâtre d'un récent incident. Certaines des pierres tombales de ses cimetières peuvent être vues dans le centre de Skopje près du Musée de la Ville, alors que le site réel se trouve près de la route vers Kosovo, fermé aux visiteurs.
  • Heraclea Lyncestis [en anglais] se trouve près de Bitola, la deuxième plus grande ville de la République de Macédoine. Fondée par le Roi Phillip II de Macédoine au IVe siècle av. JC, cette “Citée d’Héraclès sur la terre du Lynx” comporte toujours d'importants restes romains et byzantins, incluant les fameux mosaïques et théâtre. Il y a plusieurs années, le gouvernement a décoré ses marches [en macédonien] avec plusieurs sculptures romaines de ce site.
  • Lychnidos est l'ancien nom grec d’Ohrid. Cette zone intacte et stratégiquement importante fut habitée sans interruption pendant plusieurs milliers d'années, et est bien connue pour son architecture, ses icônes et ses trésors préservés des périodes médiévale et ottomane. De nouvelles fouilles sous cette couche, réalisées au cours des deux dernières décennies, ont donné des artefacts des temps antiques, dont un amphithéâtre, qui est encore utilisé pour des concerts; et des tombes d'anciens macédoniens allégués guerriers/généraux (masques et armes en or) et des dames de la noblesse (bijoux sophistiqués).

1 commentaire

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site