Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Iran : premières réactions de blogueurs à la mort de Ben Laden

Plusieurs blogueurs iraniens ont réagi à la mort de Ben Laden. Certains sur un ton très sérieux, quelques uns avec des questions, et d'autres avec ironie.

En Iran, le blogueur Machin Hesab se demande [farsi] pourquoi Ben Laden a été tué d'une balle dans la tête.

Mohmmad Moini écrit [en farsi] que Ben Laden symbolise une idéologie, et que la mort d'Oussama ne signifie pas que ses idées sont mortes. Une idéologie contre les humains, et qui manipule la religion. Aux yeux de Ben Laden,  seule son interprétation de la religion était légitime, mais, pour le blogueur, il aurait du revoir ses convictions avant d'être abattu.

Several bloggers such as Azarkhan published Osama's photo (above) with his family in Sweden in 1971.

Plusieurs blogueurs iraniens dont Azarkhan ont commenté la mort de Ben Laden

Ladan streetSur le site Balatarin, un site iranien populaire où l'on partage des liens,  une  fausse photo a été publiée et annonce : “Maintenant, la municipalité de Téhéran va rebaptiser la rue Ladan en Rue du martyr Ben Laden.”

Floret, un autre membre de Balatarin, écrit [farsi] qu'il est temps pour les Iraniens de fêter la mort de Oussama dans les rues iraniennes.

Uniirani estime [farsi] qu'avec la mort de Ben Laden, le monde compte une  personne maléfique en moins. Il l'appelle “Un véritable terroriste”.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site