Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Ukraine : Ce que cachent les heurts de la Fête de la Victoire à Lvov

A regarder la télevision russe cette semaine, on aurait pu croire que les commémorations annuelles de la défaite de l'Allemagne nazie le 9 mai à Lvov, ont été prises d'assaut par les meutes de nationalistes néo-nazis ukrainiens.

Les reportages télévisés montraient de jeunes  Ukrainiens cagoulés agressant les anciens combattants de la deuxième guerre mondiale, faisant le salut nazi et scandant des slogans nationalistes. Les jeunes Ukrainiens qui arrachaient les rubans de Saint Georges [en anglais] des chemises semblaient avoir oublié les effroyables sacrifices consentis par l'Union Soviétique pour vaincre l'Allemagne.

 

Supporters of the right-wing Svoboda party and people wearing St. George ribbons clash during Victory Day celebrations in Lviv, Ukraine. Photo by Pavlo Palamarhuk, copyright © Demotix (05/09/2011).

Heurts entre éléments du parti d'extrême-droite Svoboda et vétérans décorés de l'ordre de St Georges aux commémorations de la Victoire à Lvov, Ukraine. Photo Pavlo Palamarhuk, copyright © Demotix (09/05/2011).

Peu d'événements historiques soulèvent plus de passions dans le vaste espace de l'ex-Union Soviétique que la deuxième guerre mondiale, et pour une excellente raison : même les estimations basses des pertes de la guerre dépassent l'imagination : plus de 20 millions de morts.

En Russie, le 9 mai,  connu simplement comme la fête de la  Victoire [en anglais], est la journée où les Russes honorent les terribles sacrifices consentis pour défaire l'Allemagne hitlérienne dans ce qui est communément appelé la Grande Guerre Patriotique [en anglais]. Et, pour beaucoup de Russes, ces sacrifices ne représentent rien de moins que le glorieux triomphe pur et simple du bien sur le mal.

Pour les populations prises entre l'Union Soviétique et l'Allemagne, par contre, l'héritage du 9 mai n'est pas aussi simple. Ainsi, en Ukraine, c'est le jour du souvenir pour les effroyables sacrifices de l'époque de la guerre autant que de la perte pour l'Ukraine de ses espoirs de se libérer de l'Union Soviétique. En effet, les nationalistes ukrainiens avaient espéré profiter de la guerre pour façonner une Ukraine indépendante.

The Bronze Soldier, Tallinn, Estonia, 1988. Photo by Jens-Olaf Walter (CC BY-NC-ND 2.0)

Le Soldat de Bronze, Tallinn, Estonie, 1988. Photo Jens-Olaf Walter (CC BY-NC-ND 2.0)

Depuis la désintégration de l'Union Soviétique, tant le gouvernement russe que certains Russes d'origine vivant dans les républiques nouvellement indépendantes, ont cherché à défendre l'héritage historique de l'Union Soviétique face à ce qu'ils ressentent comme une représentation historiquement injuste d'un impérialisme de l'Union Soviétique.

Les nationalistes, pour leur part, ont voulu consolider leur position de nations indépendantes face à ce qu'ils voient comme les ambitions impériales néo-soviétiques.

La tension qui couvait est venue à la surface dans la capitale de l'Estonie, Tallinn, en 2007, quand les Russes se sont heurtés ouvertement aux autorités [en anglais] après l'annonce du gouvernement estonien qu'il allait déplacer un monument de la 2e guerre mondiale, le Soldat de Bronze. Peu de temps après, une cyber-attaque russe sans précédent [en anglais] contraignait le gouvernement estonien à la fermeture.

Les échauffourées du 9 mai à Lvov semblent présenter un autre exemple de cette tension latente. Avec ces images de groupes nationalistes ukrainiens s'attaquant aux vieillards anciens combattants de la 2e guerre mondiale, les médias russes tenaient une parfaite occasion de dépeindre les Ukrainiens en fascisants déterminés à profaner la mémoire sacrée des sacrifices russes de la Grande Guerre Patriotique. Ainsi, l'article de Russia Today sur les heurts rapportait  [en anglais] :

 

La fête de la Victoire n'est pas motif à célébration pour tout le monde. En Ukraine occidentale, des membres d'un parti nationaliste ont violemment perturbé une cérémonie où les vétérans rendaient hommage à ceux qui ont péri dans la guerre . . . A la différence de la plus grande partie de l'aire  post-soviétique le 9 mai, la ville de Lvov en Ukraine occidentale est devenue la scène d'une exhibition perverse de néo-nazisme. Plusieurs dizaines de milliers de militants de groupuscules nationalistes radicaux ont bloqué l'entrée des cimetières de soldats de l'Armée Rouge, empêchant les anciens combattants d'y entrer et de rendre les honneurs.

Les heurts ont aussi nourri un vaste débat sur le blog d’Oleg Kozyrev [en russe], après sa publication d'un clip de la télévision russe détaillant les événements. Au long de centaines de commentaires, les blogueurs ont débattu de la signification des affrontements : signes d'un mouvement fasciste, néo-nazi en plein essor en Ukraine ? Ou manifestation d'une petite minorité d'ultra-nationalistes ukrainiens imbéciles ?

Une des parties les plus intéressantes du débat s'est centrée autour d'un billet de blog [en russe] d'Egor Koustov (l'utilisateur LiveJournal ru-indeec), un rédacteur indépendant russophone basé à Lvov. Son récit de témoin direct apporte une version plus complète que celle de la télévision russe :

Меня не интересует политика, но всё же не могу не написать о том, очевидцем чего я стал сегодня от львовского Холма Славы. Жаль, не взял фотоаппарат. Итак, прогуливаясь по Лычаковской, я увидел большую группу людей с красными и российскими флагами, транспорантами, плакатами. Я, конечно, читал, что акция пророссийской партии “Русское eдинство” то ли состоится во Львове, то ли не состоится… запутано там всё у них было. Ну вот, думаю, всё же приехали. […] Они, как по команде, вдруг стали выкрикивать лозунги, оскорбляющие местных жителей. Причём, заметьте, лозунги не политические, а оскорбляющие людей по национальному признаку. Больше всего запомнилось “Хохлы – параша! Победа эта наша!”, “Смерть Галичине!”… были и прочие. Конечно же, спустя пару минут завязалась потасовка. Поскольку численный перевес был, естественно, не на стороне провокаторов, им пришлось убегать. И тут с их стороны раздались выстрелы. […]

Je ne m'intéresse pas à la politique, mais je ne peux pas ne pas écrire sur ce à quoi j'ai assisté. Malheureusement je n'avais pas d'appareil photo. Alors que je me promenais sur Lytchovskaya, j'ai vu un attroupement avec des bannières et des panneaux, ainsi que des drapeaux rouges et russes. J'avais bien sûr lu que le mouvement pro-russe ” Unité Russe” tiendrait ou non un rassemblement à Lvov … [les informations] étaient plutôt confuses. Eh bien, me suis-je dit, ils sont finalement quand même venus. […] Comme au commandement, ils se sont mis soudain à crier des slogans insultant les  gens du cru. Les slogans n'étaient pas politiques, c'taient des insultes sur les nationalités. Celles que j'ai retenues étaient “[les Ukrainiens ne valent même pas un seau de crachats !] C'est notre victoire!” et “Mort à la [Galicie] !”…Evidemment, en moins d'une minute, les bagarres ont éclaté. Comme naturellement ces provocateurs [russes] n'avaient pas l'avantage du nombre ,ils se sont mis à courir, et c'est alors que les tirs ont commencé. […]

La mention par M. Koustov des provocateurs russes a complexifié le récit limpide de la victimisation russe. Dans un billet ultérieur [en russe], M. Koustov a démenti les allégations qu'il aurait écrit son témoignage contre argent, et a affirmé qu'il essayait seulement de défendre l'image de Lvov :

[…] Такую акцию, в которой участвуют провокаторы с обеих сторон, не сложно устроить в любом городе. В Москве тоже бывают массовые беспорядки с участием больших групп скинхедов (в масках, со знамёнами и т.д.), но ведь СМИ после этого не навязывают мнение, что всё население города – фашисты? […]

[…] Ce genre d'affrontements, où les deux côtés provoquent les violences, sont aisés à  monter dans n'importe quelle ville. A Moscou des échauffourées sont souvent initiées par de larges groupes de skinheads (masqués, portant des banderoles, etc.), mais les média n'en tirent pas la conclusion immédiate que la ville entière est composée de fascistes ? […]

Pour M. Koustov, ces heurts n'étaient autres qu'une tempête dans un verre d'eau crée par les médias, produit d'extrémistes des deux bords. Et la rage autour de ces heurts ne donne aucun signe d'apaisement. Deux jours après les affrontements, la Douma russe a publié une déclaration appelant les autorités ukrainiennes à châtier les nationalistes qui les ont provoqués. M. Koustov concluait sur un dicton :

Во времена холодной войны между СССР и США кто-то из политиков (не помню кто именно) сказал: “Фермеру из Оклахомы и крестьянину с Поволжья ведь нечего делить. Поэтому им война не нужна. Она нужна политикам”.

Pendant la guerre froide entre l'URSS et les USA, un homme politique (je ne me rappelle plus lequel) a dit : “Un fermier d'Oklahoma et un paysan de [Povoljie] n'ont aucun motif de se disputer. C'est pourquoi ils n'ont pas besoin de guerre. Seuls les politiciens en ont besoin.”

Voilà peut=être le principal non-dit de ces heurts : M. Koustov et la majorité silencieuse des Russes et des Ukrainiens de Lvov n'ont que faire de ces jeux politiques.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site