Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Danemark : Une loi controversée réintroduit le contrôle aux frontières

Le populiste Parti populaire danois (Dansk Folkeparti/DF), vient d'annoncer la réintroduction des contrôles aux frontières que partage le pays avec l'Allemagne et la Suède. Le gouvernement minoritaire de centre-droit à Copenhague a capitulé et la proposition a été adoptée.

La décision danoise a pris par surprise car précédant d'à peine quelques heures une réunion d'urgence de l'Union Européenne (UE) convoquée sur l'immigration et les Accords de Schengen. Le traité a été signé en 1985, et en 2001 le Danemark désactivait ses contrôles frontaliers avec l'Allemagne.

Borderline between Sweden and Denmark on the Øresunds Bridge. Image by Flickr user mollenborg.com (CC BY 2.0).

La ligne de frontière entre la Suède et le Danemark sur le pont de l'Øresund. Photo sur Flickr de mollenborg.com (CC BY 2.0).

La zone libre de contrôles compte plus de 22 pays de l'UE plus la Suisse, le Liechtenstein, la Norvège et l'Islande, et s'étend du Portugal à la frontière russe sur la Baltique, et de Reykjavik à la frontière gréco-turque.

Il y a eu des appels au Parlement Européen en vue d'exclure le Danemark du régime Schengen à la lumière de cette nouvelle réglementation des frontières. Mais le gouvernement danois a promis que les contrôles frontaliers et douaniers ne s'étendraient pas aux vérifications de passeports, et que ceci restait compatible avec Schengen.

La Commission européenne travaille maintenant à examiner si le Danemark se conforme à la loi internationale, pendant que l'Allemagne a protesté que l'ouverture des frontières ne devrait pas être sacrifiée à des motifs de politique intérieure [en danois] et que la Suède crie au scandale [en anglais].

Une politique anti-immigration stricte

Logo from the Facebook page ‘What about shutting your ass instead of shutting the borders’.

Logo de la page Facebook ‘Et si vous fermiez votre cul au lieu de fermer les frontières’.

Le Danemark a élaboré depuis dix ans une législation anti-immigration extrêmement stricte, et le discours d'extrême droite croissant semble se propager à travers l'UE, à l'Italie, la France et les Pays-Bas.

A aussi pu y contribuer la peur des conséquences migratoires des mouvements du Printemps arabe [en anglais] au début de cette année.

Un groupe Facebook appelé ‘La police des frontières de retour au Danemark’ (Grænsepoliti tilbage i DK) [en danois] a 2.324 membres et soutient le projet du parti DF sur les frontières avec des commentaires comme “Maintenant nous pouvons dormir tranquilles”.

Et si vous fermiez votre cul au lieu de fermer les frontières’  (Hvad med at lukke røven i stedet for at lukke grænserne) [en danois] est le nom d'un autre groupe Facebook – contre la proposition – qui compte 6.263 membres, en augmentation.

Voici quelques-uns des commentaires de mécontents sur Facebook et Twitter :

Lars Rosgaard: Symbolpolitik er desværre den eneste form for politik, der i øjeblikket praktiseres i DK

Lars Rosgaard: La politique du symbole est la seule forme de politique au Danemark en ce moment

Lena Olsen: Valgflæsk for DF (…). Jeg er bare så træt af de tosser

Lena Olsen: Une concession aux électeurs du DF (…). J'en ai tellement marre de ces crétins

Jakob Ellekjær: Det der ødelægger det her land, er dem der styrer det.

Jakob Ellekjær: Ce qui démolit ce pays, ce sont ceux qui le dirigent

@trinemaria: @umbraco Det er SÅ dumt med den grænsekontrol at jeg seriøst overvejer ikke at vende tilbage, hvis jeg slipper igennem!

@trinemaria: @umbraco C'est TELLEMENT idiot avec ce contrôle aux frontières que je pense sérieusement à ne plus revenir si je réussis !

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site