Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Arabie Saoudite : A Djeddah, une femme défie la loi en conduisant

[liens en arabe] En Arabie Saoudite,les femmes n'ont pas le droit de conduire. A Djeddah, une Saoudienne a défié cette loi en conduisant ses enfants à l'école. Les internautes débattent de son geste et beaucoup applaudissent Najla Hariri pour son héroïsme.

La question de savoir si les femmes devraient être autorisées à conduire est un débat récurrent depuis des années dans cette pétro-monarchie conservatrice. Les autorités religieuses ont toujours considéré qu'accorder ce droit aux femmes les “condamnerait” et toute la société avec elles. Les libéraux, et la majorité des femmes, soutiennent quant à eux que c'est un droit de base que les femmes devraient avoir naturellement, et spécialement celles qui ne peuvent pas se permettre d'employer un chauffeur.

A picture of Najla Hariri taken from her Twitter account @hariri65.

Une photo de Najla Hariri prise de son compte Twitter @hariri65.

Le défi de Najla Hariri a déclenché une tempête sur internet et le débat entre ceux qui critiquent son geste et ceux qui saluent son courage et sa lutte pour prouver que la société a tort d'interdire aux femmes de conduire a continué sur Twitter. Mme Hariri a répondu avec modestie aux louanges en disant sur son compte Twitter :

أعزائي، جعلتم مني رائدة ورمز، أنا لست أي من ذلك، انا أم وجدت نفسها في احتياج لأخذ زمام المبادرة، ففعلت من غير بطولات ولا انجازات

Vous faites de moi une meneuse et une icône alors que je ne suis rien de cela. Je suis juste une mère qui avait besoin de faire quelque chose, alors j'ai fait ce que j'ai fait sans chercher à être héroïque.

Le blogueur saoudien Fouad Al-Farhan a commenté les actions de Mme Hariri en disant :

ما قامت به الأستاذة نجلاء حريري من قيادة سيارتها يوم أمس في جدة وتوصيل أطفالها هو حق حلال ومشروع ومصادرة الحق ظلم

Ce que Mme Najla Hariri a fait à Jeddah en conduisant ses enfants à l'école en voiture est un droit légitime [Halal] et lui dénier ce droit est injuste.

Un autre utilisateur saoudien de Twitter, Abdulrahman Kattoa, a loué ce que Najla avait fait, la décrivant comme une nouvelle Rosa Park, l'Afro-Américaine activiste du mouvement des droits civils :

ما يكسر حاجز الخوف إلا الشجعان زي ما كسرت الأمريكية في الباص الاضطهاد العنصري في أمريكا

Seule la bravoure détruit la peur, de la même façon qu'une femme américaine a brisé l'oppression raciste dans un bus.

Un médecin saoudien, Rami Niazy, a exprimé sa déception de voir les Saoudiens encore en train de débattre la question de savoir si les femmes devraient être autorisées à conduire. Il a écrit dans un tweet :

كلما تذكرت أننا لا زلنا نناقش المرأة تسوق ولا لأ في سنة ٢٠١١ ٬ اشعر بإحباط شديد. الناس طلعوا القمر من ٤٠ سنة

Quand je pense que nous sommes encore en train de débattre la question si les femmes devraient avoir le droit de conduire en 2011, je me sens terriblement déçu. C'était il y a 40 ans que nous avons envoyé des hommes sur la lune !

L'éditorialiste saoudien Essam Al-Zamel a commenté le débat sur le droit des femmes à conduire sur son compte Twitter en disant :

أتمنى أن لا يحول التيار الإسلامي قيادة المرأة إلى صراع بين الاسلاميين والليبراليين. فقيادة المرأة تخص المرأة وليس الليبراليين

J'espère que les mouvement islamique ne va pas transformer la question des femmes au volant en un désaccord entre islamistes et libéraux parce que c'est une question concernant les femmes, pas les libéraux.

Le chroniqueur koweîtien Abdullah Zaman a addressé un tweet en anglais à Mme Hariri louant son courage:

Najla, je vous envie pour ce que vous avez fait aujourd'hui.  Vous avez eu le courage d'être le symbole de la volonté pour les femmes.

L'activiste politique saoudien Waleed Abu Alkhair a souligné l'importance de ce que Mme Hariri avait fait :

باختصار سياقة نجلاء حريري لسيارتها في وسط جدة ووقت الذروة ولمسافة طويلة دون أي مضايقات يبدد ما يشاع عن مجتمعنا أنه سوف يؤذي المرأة إن ساقت

En résumé, le fait que Najla Hariri ait conduit sa voiture sur une grande distance au milieu de Jeddah et aux heures de pointe sans être importunée devrait mettre fin aux rumeurs qu'il arriverait malheur aux femmes si elles conduisaient.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site