Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Tunisie: L'inévitable report des élections du 24 juillet

Ce billet fait partie de notre dossier spécial sur la Révolution tunisienne 2011.

Depuis le renversement de l'ex-président Zine El-Abbidine Ben Ali, les Tunisiens ont eu une attente : des élections libres et équitables, seule garantie pour eux d'une transition vers la démocratie. Le 3 mars, le président par intérim Foued Mbezaa annonça que les Tunisiens éliraient le 24 juillet une assemblée constituante. Or beaucoup ont commencé récemment à s'inquiéter tout haut que d'un point de vue logistique le pays ne soit pas encore prêt à organiser son premier scrutin libre et sans fraude, et on a commencé à parler de report.

Le 22 mai, le président du comité électoral indépendant, Kamel Jandoubi, proposa de reporter les élections au 16 octobre [en anglais], invoquant des raisons avant tout logistiques et techniques, et le fait que le pays “ne présente pas les conditions adéquates pour organiser les élections le 24 juillet comme prévu.”

Le lendemain, à l'issue du conseil des ministres, le gouvernement publia une déclaration où il exprimait son attachement à la date du 24 juillet pour la tenue des élections. Un peu plus tard le même jour, le comité réitérait sa position pour un ajournement.

Au milieu de ces divergences, la rue ne sait plus que penser, alors que l'incertitude plane sur la date exacte des élections, et que les responsables paraissent dans l'impossibilité de tomber d'accord.

@Atriki:Le ping-pong continue entre gvt et #IIE. L'1 insiste sur le maintien, l'otre sur le report wa7na nkawrou binethom [et c'est nous la balle] #TnElec

@MoezTwit:Bon on peut espérer que d'ici le 24 Juillet ils se mettent d'accord sur la date des élection ?

La très grande majorité des blogueurs partage l'avis de Mokhtar Yahyaoui qui tweete :

Tout report des élections n'a qu'un seul sens: Un saut dans l'inconnu et conduire le pays vers le chaos

et ajoute :

Il faut revenir à la rue et clamer haut et fort : “الشعب يريد الإنتخابات” ” le peuple exige les élections

D'autres blâment plutôt le gouvernement intérimaire et le Premier Ministre Beji Caid Sebsi.

@Arabasta1:أطالب باجي قايد السبسي بتحمل مسؤلياته و إحترام تعهداته و الإستقالة من اليوم بسبب عدم قدرته على تنظيم الإنتخابات يوم 24

J'exige de Beji Caid Sebsi qu'il assume ses responsabilités, respecte ses engagements et démissionne aujourd'hui à cause de son incapacité à organiser les élections le 24 juillet

@dr_heny:Si #BCE ne respecte pas ses echeances #tnelec il est appelé à partir.necessité d'un vrai gouv d'union nationale puissant. #Tunisie #kasbah

Le blogueur Hussein Ben Amer écrit :

لا أشك لحظة واحدة في نزاهة وأمانة سي كمال الجندوبي. تاريخه يشهد له، ولكل أعضاء الهيئة المسؤولة على الإنتخابات. هم يريدون الخير للبلاد، لا شك في ذلك. لكن لا بد لنا من تحمل المسؤولية، من طرف الهيئة العليا التي تأخرت في إنجاز القانون، والحكومة التي ماطلت طويلاً قبل المصادقة على القانون الإنتخابي، وكل الأطراف التي شدتنا إلى الوراء بجدالاتها الجانبية العقيمة. كل هؤلاء مسؤلون. والشعب لن يسامحهم إن اضاعوا علينا فرصتنا التاريخية. اليوم مصيرنا بأيدينا، كل يوم يمر يزيد من خطر الرجوع إلى الوراء، وعودة الدكتاتورية، ونكسة الإقتصاد، والإنفلات الأمني، وكل ما يندرج عن غياب الشرعية والخوف من المجهول. فلتعملوا ليلاً نهاراً. إن إلتزم الأمر، أطلبو المساعدة من الخبرات والمنظمات العالمية، لا عار في ذلك. لكن نترجاكم، بروح من إستشهدو، بروح تونس، لا تخذلونا… لا تخذلونا!

Je n'ai aucun doute sur l'honnêteté de M. Kamel Jandoubi. Sa vie parle pour lui, et tous les membres du comité des élections : ils veulent le meilleur pour le pays. Mais nous voulons être responsables. Il a fallu beaucoup de temps au Haut Comité pour la Réalisation des objectifs de la révolution, la réforme politique et la transition vers la démocratie pour sortir la loi électorale et au gouvernement pour la ratifier. Et tous les partis qui nous ont tirés en arrière avec leurs stériles querelles particulières. Eux tous sont responsables, et ils ne seront pas oubliés s'ils nous coûtent cette opportunité historique.

Fatma Arrabica soulève une question essentielle :

وهل تأجيل الانتخابات لمدّة شهرين سيكون كفيلا بانجاز كل المسائل العالقة ؟؟ انّ كلّ ملف من الملفات العالقة يلزمه ثورة

Reporter les élections de deux mois suffira-t-il à résoudre tous les problèmes ? Chacun des problèmes requiert à lui seul une révolution

Mehdi Lamloum n'attache guère d'importance au report du scrutin. Il tweete :

Je ne pense pas que retarder les élections soit une catastrophe. D'ailleurs, peu de tunisiens semblent s'en soucier…

C'est devenu une certitude que les élections du 24 juillet n'auront pas lieu, et tous les yeux sont tournés vers la réaction de la rue.

Ce billet fait partie de notre dossier spécial sur la Révolution tunisienne 2011.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site