Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Syrie : Un nouveau trou noir d'Internet ?

Ce billet fait partie de notre dossier central (en anglais) sur les manifestations en Syrie

Les signalements affluent sur Twitter, selon lesquels on assisterait à une coupure générale d'internet sur tout le territoire syrien aujourd'hui (Vendredi). Les Syriens manifestent toujours contre le régime d'Al Assad et les atrocités commises contre les Syriens. Les manifestations de ce vendredi sont organisées pour condamner la répression dont sont victimes les enfants syriens. Certains font état d'une coupure totale d'internet, d'autres remarquent que Internet est coupé dans certains lieux.

Internet a été utilisé par les internautes de tout le monde arabe, y compris en Syrie, pour alerter le reste du monde des atrocités commises par les gouvernement contre ceux de leurs citoyens qui osaient parler, demander des réformes et la liberté, durant cette vague de soulèvements populaires contre les dictatures et la corruption.

Manifestation à Damas, Syrie (31/05/11). Photo sur Flickr de syriana2011 (CC BY 2.0).

Si le gouvernement syrien coupe Internet aujourd'hui sur tout le territoire, il répèterait ce que l'ancien président égyptien Moubarak a fait en Egypte peu avant les manifestations prévues pour le 28 janvier dernier [en français], ce qui, au contraire, a encouragé davantage d'Egyptiens à descendre dans la rue pour voir ce qui se passait dans leur pays. Le président égyptien déchu, qui sera jugé pour son rôle dans les répressions et la mort de manifestants, a depuis été condamné à une amende par un tribunal égyptien pour avoir interrompu toute connexion Internet et bloqué la couverture des réseaux de téléphonie mobile pendant la révolution égyptienne.

Un des premiers a signaler sur Twitter que l'Internet ne fonctionnait plus en Syrie, il y a environ 7 heures, est Alexander Page,  un journaliste indépendant qui se trouve actuellement à Damas, en Syrie, et a écrit:

Internet coupé à  #Damascus a 3h du matin, pas surprenant, vu qu'on est vendredi #Syria

Voici une heure (midi GMT), Maisa Akbik a tweeté :

Internet est coupé dans la plupart des régions de #Syria, c'est la journée de la colère, dédiée aux enfants martyrs tués par les bouchers du régime.

Maha confirme:

Connexion à Internet a été coupée dans la plupart des villes en  #Syria aujourd'hui

Le tweet de Malath Aumran sur coupure d'Internet en Syrie

Malath Aumran écrit aussi:

#Syria: on dirait que l'internet est complètement coupé en Syrie.

Il ajoute dans le tweet suivant :

#Syria: on signale qu'au moins un cyber-café a eu accès à Internet, à Abu Romani, à Damas, il y a 20 minutes.

Razaniyat confirme:

Le régime syrien a coupé l'internet en #Syria aujourd'hui – Le Vendredi des enfants libre, le 3 juin.

Elle continue :

Les amis, Internet est complètement coupé en Syrie. C'est la première fois depuis que la révolution a commencé.

Dans son tweet suivant :

Le régime a déjà bloqué Internet dans des régions où il y avait des manifestations, mais c'est la première fois qu'il est coupé dans tout le pays  #Syria.

Khalad Karim plaisante quand même :

Ah bon, alors, ils ont combiné un  #Mubarak eux aussi ?

La disparition des Syriens en ligne provoque beaucoup de questions chez les internautes qui les suivent. Omniyya Souriyya s'inquiète :

L'internet est flippant aujourd'hui, il n'y a plus signe de vie de personne … Où êtes-vous, Syriens ? #Syria

Ce billet fait partie de notre dossier central (en anglais) sur les manifestations en Syrie

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site