Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Bangladesh : Sabrina Sultana, une blogueuse extraordinaire

Sabrina Sultana blogue au Bangladesh et adore écrire. C'est une blogueuse parmi des millions de blogueurs qui s'expriment en ligne grâce à Internet. Mais Sabrina n'est pas comme les autres, elle blogue avec son cœur.

Pourquoi utiliser de tels mots ? Parce qu'en réalité, ses mains sont paralysées, elle ne peut utiliser que deux doigts. Mais on sent son cœur battre dans tout ce qu'elle écrit.

Sabrina Sultana

Pour mieux connaitre Sabrina et son blog, commençons notre voyage à Chittagong, la ville portuaire du  Bangladesh où Sabrina est née et où elle réside actuellement.

Depuis son enfance, Sabrina a toujours aimé écrire. Un article dans The Daily Azadi, un journal local de Chittagong  [bengali] rappelle :

সাবরিনার লেখালেখি শুরু হয়েছিল ১৯৯৮ সালে দৈনিক আজাদীর জনপ্রিয় ফিচার পাতা আজমিশালীতে। প্রথম প্রকাশিত লেখার শিরোনাম ছিল ‘স্বপ্ন কখনো সত্যি হয় না।’

Le premier article de Sabrina a été publié en  1998 dans une chronique très lue du Daily Azadi, Ajmisali. Le titre de cette histoire était : “Les rêves ne se réalisent jamais”.

Mais la maladie a ensuite frappé :

’বেণী ঝুলিয়ে দুরন্তপনায় সারা বাড়ি মাতিয়ে রাখা সাবরিনা সাত বছর বয়সে মাসকুলার ডিসট্রফি নামে এক রোগে আক্রান্ত হয়ে চলৎশক্তি হারান। এই রোগ ধীরে ধীরে ক্ষয় করে দিচ্ছে তার শরীরের প্রতিটি অঙ্গ-প্রত্যঙ্গের শক্তি।

C'était une adolescente qui  secouait toujours ses longues nattes et égaillait la maison par ses farces. Mais elle a été atteinte il y a sept ans par une maladie appelée dystrophie musculaire. Peu à peu, la maladie a détruit la mobilité de ses muscles.

De nouveaux problèmes ont commencé quand Sabrina a perdu sa mobilité. Elle a du quitter l'école et s'est retrouvée confinée entre les quatre murs de sa chambre. Mais son esprit était toujours alerte. Quand Internet est arrivé au Bangladesh, Sabrina a compris que  c'était une opportunité de s'échapper de ces quatre murs et elle a recommencé à écrire.

Aujourd'hui, personne ne peut arrêter Sabrina. Elle écrit beaucoup, contribue à différents blogs, à un journal, à Facebook, etc. Sabrina publie principalement sur des plateformes de blogs bangladaises, comme  Amar blog, Sachalayatan, Prothom-Alo blog, Choturmatrik, Shobdoneer etc.

Vous pouvez vous demander : si ses muscles ne fonctionnent plus, comment peut-elle écrire ?

Md. Jakir hosain ecrit dans un billet titré “Que Sabrina soit un exemple”:

ব্লগিং করতে গেলে ভাবনার সাথে সাথে, শারীরিকভাবে কোমরের জোর যেমন থাকতে হয়। ঠিক তেমনি থাকতে হয় চোখের জোর। সাথে সাথে থাকতে হয় দুটি হাত এবং এর আঙ্গুলগুলোর নাচন, শক্ত এবং নিরেট কিবোর্ড এর সারাটা অংশ জুড়ে। সেখানেই সাবরিনার কষ্ট সবচেয়ে বেশি হয়। জিজ্ঞেস করেছিলাম- কি সমস্যা হয়? উনার উত্তর- তেমন কিছু না। হাতের আঙ্গুলগুলো একটু টাইপ করলেই টনটন করে সাথে প্রচণ্ড ব্যথা হয়। অনেক প্রচণ্ড ব্যথা হয়। থেমে পরি একটু টাইপ করেই।আবারও একটু পর শুরু করি। তখনও অবশ্য ব্যাথাটা যায় নি। তবুও লিখতে হয়। এমনও হয় মাথায় ঘুরছে একটি বিষয় নিয়ে লিখা। তা প্রকাশ করতে করতে হয়ত পনেরদিনও লেগে যায়। নিজের সবল আঙ্গুলগুলোর দিকে তাকিয়ে পালটা প্রশ্ন ছুড়ে দেই বিনীতভাবেই- আপনি মুখে বললেন আর অন্য কাউকে দিয়ে লিখিয়ে নিলেই তো হল। উনার উত্তর- এই কাজটুকুন না হয় আমি নিজেই করি।

Un blogueur a besoin d'être suffisamment apte physiquement, outre être capable de penser. La vision est aussi très importante. Avec la force de la main et le pouvoir qu'ont les doigts de danser. Ces capacités humaines créent des mots sur le clavier. Sabrina a mal quand elle utilise ses doigts. Je lui ai demandé : “Quels problèmes rencontrez-vous pour écrire ?” Elle a répondu humblement : “Pas beaucoup. Mais après avoir tapé sur les touches, j'ai très mal aux doigts qui écrivent. Alors, je m'arrête un peu, puis je recommence. Je ressens toujours la douleur, mais je m'y habitue et je ne m'arrête pas. Par exemple, je peux avoir une idée en tête, mais cela peut me prendre quinze jours avant que je publie mon texte.”. 

Je regarde mes doigts, qui fonctionnent parfaitement, et je lui demande :  “Est-ce que ce ne serait pas plus commode de dicter à quelqu'un ?’ Elle répond : “C'est mieux pour moi si je fais cette petite chose simple seule”.

Le Bangladesh est un pays très peuplé, de  150 millions d'habitants. Il n'y a pas d'infrastructures et d'aides pour les personnes handicapées. Les bureaux publics ou privés, les écoles, les transports, les équipements publics, les lieux de loisirs ou touristiques, les marchés : à peu près tous ces lieux sont hors d'atteinte pour les personnes handicapées.  Sabrina  écrit pour ceux qui ont besoin d'aide.

Le blog de Sabrina

Sur son blog, Sabrina parle au nom de ceux qui n'ont pas le droit à une vie normale. Elle défend les droits des handicapés et s'exprime pour ceux qui ne peuvent exprimer leurs souffrances avec des mots. Elle confie aussi ses propres sentiments, avec des mots simples et magiques.

Voici comment elle se décrit sur son profil de blog.

আমার কতো দাবি! কতো চাহিদা! কিছুই পাইনা। যেদিকে হাত বাড়াই সেদিকে অন্ধকার। সব জায়গায় নিয়ন্ত্রণ। সামাজিক নিয়ন্ত্রণ। রাষ্ট্রীয় নিয়ন্ত্রণ। প্রাকৃতিক নিয়ন্ত্রণ। সব নিয়ন্ত্রণে আমি বাঁধা আর গুমরে গুমরে কাঁদে আমার আশা আকাঙ্খা। ভালোবাসা!”

Je demande beaucoup ! Tellement de besoins. Mais j'en suis privée. Où que j'aille, je vois l'obscurité. Les restrictions sont partout : restrictions sociales, restrictions de l'état, restrictions imposées par la nature. Je ne peux plus bouger avec toutes ces restrictions. Mes espoirs et attentes, et aussi mon amour, pleurent tous en silence.

Actuellement, le rêve de Sabrina est de faire quelque chose pour les handicapés au Bangladesh. Elle s'adresse à ses lecteurs sur le blog de  Choturmatrik :

আপনি কি জানেন, আমি কেমন আছি? জানতে কি চান?
আমি ভালো আছি। বরাবরই আমি ভালো থাকারি চেষ্টা করি, ভালো না থাকার এ পৃথিবীতে! শুধু ভালো থাকতে হয় বলে। এই তো, বেশ হাসি মুখেই পার করে দিচ্ছি আমার দিন-রাত্তিরগুলো। কিন্তু ভালো থাকার এবং ভালো রাখার চেষ্টারত এই “আমি”র ভেতরে যার বসবাস আপনি কি জানেন, সে “আমি”টা দিনে দিনে কেমোন যেনো শুকিয়ে যাচ্ছে!?

Vous savez ce que je fais ? Vous voulez le savoir ?
 

Je vais bien. J'essaie d'être positive, dans ce monde cruel, parce que je dois aller bien pour vivre. Ne vous inquiétez pas, je passe mes journées et mes nuits à sourire. Mais savez-vous qu'à l'intérieur de cet esprit positif, le vrai “moi” est en train de mourir ?

Sabrina a découvert que  “non” est un mot puissant dans son pays :

সমাজের হয়েও যেনো ভিন্ন এক জগতের বাসিন্দা আমি। আমারি কোন লক্ষ্য নেই, সমুজ্জল ভবিষ্যতের স্বপ্ন নেই। এমন কোন জায়গা নেই যাবার, যেখানে অন্তত খানিকটা সময় স্বস্থির শ্বাস ফেলা যায়। আমার অধিকারের জায়গাগুলোতে সিলমোহর এঁটে দিয়েছে ছোট্ট একটি শব্দ ‘না’G স্কুল-কলেজ-বিশ্ববিদ্যালয় ‘না’। সাংস্কৃতিক কিংবা সামাজিক অনুষ্ঠান ‘না’। বিনোদন কেন্দ্র বা খেলার মাঠ ‘না’। যাতায়াত ব্যবস্থা ‘না’। না, না, না-শুধু ‘না’! আপনি কি অনুভব করতে পারছেন, ‘না’ শুনতে শুনতে হাঁপিয়ে উঠেছি আমি, আমরা? এতটুকু ভাবার চেষ্টা করেছেন কি কখনো- আপনিও হতে পারতেন আমাদের মত একজন কিংবা হয়তো আপনারই কোনো আপনজন। প্রতিবন্ধিতা বুঝি অভিশাপ! তাই যদি না হয়, তবে এদেশের নাগরিক হয়েও যা আপনার অধিকার তা থেকে আমি কেন বঞ্চিত হবো?

Bien que j'en fasse partie, je suis une étrangère dans cette société. Je n'ai pas de but dans la vie, pas de futur. Il n'y a pas d'endroit où je puisse aller pour être un peu en paix pendant un moment. Tous mes droits sont niés par un mot puissant :  ‘non’. A l'école, au collège et à l'université, c'est “non”. Dans les événements culturels et sociaux, c'est “non”. Dans un centre de loisir ou sur un terrain de sport, “non” est visible tout le temps. Etre dans les transports en commun, ils disent ‘non”. Ne sentez-vous pas que nous sommes fatigués de tous ces ‘non’ ? Avez-vous jamais essayé de réaliser que vous pourriez être comme nous, vous ou les personnes qui vous sont chères ?  Être handicapé au Bangladesh est une malédiction. Si (vous dites) que ce n'est pas vrai, alors, en tant que citoyenne de ce pays, pourquoi n'ai-je pas de droits ?

Elle a aussi écrit une lettre ouverte au premier ministre du Bangladesh, publiée sur un de ses blogs, où elle lui demande :

আমাদের জন্য এমন কিছু করুন যাতে আমার মতো প্রতিবন্ধীরা আবারো স্বপ্ন দেখার সাহস অর্জন করে। কিছু একটা অবলম্বন করে বাঁচার সুযোগ পায়। যে ভয়াবহ যন্ত্রণার মধ্যে দিয়ে এখন আমাকে দিন যাপন করতে হয় আমি চাই না আর কোন প্রতিবন্ধী মানুষ বা তার পরিবার সে যন্ত্রণা ভোগ করুক।

Faites quelque chose pour nous, pour que les personnes handicapées comme nous puisse rêver à nouveau. Ils ont le courage de vivre malgré leurs capacités limitées. Je ne veux pas qu'une personne handicapée connaisse tous les problèmes que je rencontre chaque jour.

En 2009, avec l'aide de quelques amis, Sabrina a lancé une campagne pour les personnes handicappées. Le  Bangladesh Systems Change Advocacy Network (B-Scan) a ouvert un groupe Facebook dans l'espoir que cette petite initiative puisse déboucher sur de grandes choses. Cette organisation a maintenant son propre site et travaille pour les handicapés au Bangladesh et leurs droits.  B-scan mène aussi des activités sur le terrain, comme l'aide aux pauvres et aux handicapés avec des dons d'argent, de fauteuils roulants, ou selon les besoins, et dans la plupart des cas, la blogosphère bangladaise fait des dons ou relaye le message.

Malgré toutes ses activités, Sabrina n'a pourtant jamais cessé d'écrire. Ecrire est son grand amour, bloguer est sa passion. Sa passion se communique à ses lecteurs et ses efforts ne restent pas ignorés. Cette année, durant le concours international de blogs, les BOBs de la radio allemande Deutsche Welle, le blog de Sabrina a été nommé parmi les meilleurs blogs dans la catégorie World's best blogs. Les Bangladais se sont massés derrière elle et ont écrit plus de 150 billets sur leurs blogs pour demander à leurs lecteurs de voter en ligne pour elle.  En fin de compte, elle n'a pas remporté le prix du public (elle est arrivée deuxième) ou le prix du jury, mais ce concours lui a permis d'attirer l'attention des médias locaux, qui ont publié des articles sur elle.

Sabrina est reconnaissante de ce soutien, et elle pense que cela sera utile pour faire reconnaitre les droits des handicapés au Bangladesh, en sensibilisant toujours plus de personnes. Selon ses propres mots :

আমাদের বিশ্বাসের ভিত্তি আরো মজবুত হচ্ছে……আমাদের স্বপ্নের বাংলাদেশ একদিন অবশ্যই প্রতিবন্ধি মানুষের বাস যোগ্য দেশ হিসেবে গড়ে উঠবে।

Je peux y croire vraiment maintenant…..Notre pays rêvé, le Bangladesh, sera un jour vivable pour les personnes handicapées.

credit photo Salma Mahbub

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site