Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Tunisie : Un fonctionnaire arrêté pour avoir critiqué le Ministère de l'intérieur

Ce billet fait partie de notre dossier central (en anglais) sur la révolution tunisienne en 2011.

Samir Feriani, un haut fonctionnaire de police du Ministère de l'intérieur tunisien a été arrêté sans ménagements par la police et amené dans une caserne militaire de Tunis le 29 mai.  Quelques jours plus tôt, il avait publié dans le magazine “Al-Khabeer” deux lettres adressées au peuple tunisien, dans lesquelles il critiquait “de graves dysfonctionnements” du ministère. Dans ces lettres, il  écrit que ceux qui détiennent aujourd'hui les postes clés du ministère de l'intérieur sont responsables des crimes commis dans la province de Kasserine, où plus de 60 manifestants ont perdu la vie durant le soulèvement tunisien. Il affirme aussi que des documents confidentiels  démontrant les relations du président déchu Ben Ali avec les services de l'armée israélienne auraient été volontairement détruits par les fonctionnaires du ministère.

Samir Feriani

Cette arrestation a choqué les blogueurs tunisiens qui croyaient que les arrestations pour l'expression d'une opinion appartenaient au passé, depuis la fin de l'ancien régime. Voici quelques réactions sur Twitter :

 

@riadheh:ça se passe en Tunisie post ZABA [Ndt: ZABA est le surnom de Zine El-Abidine Ben Ali]

@walidsa3d:#SamirFeriani est le Bradley Manning de Tunisie, nous devons soutenir sa cause.

@Anis_BenHamida: Début de la révolution à l'intérieur du #MI ? #Tunisie

@MehdiAyadiCorra: Samir Feriani,haut fonctionnaire de police,kidnappé pour avoir dénoncé les pratiques du #MI.Il va croupir dans les geôles #Tunisie

@emnamejri:Liberté pour Samir feriani http ye5i winhom nos journalistes, wini la société civile, les partis politikes #Tunisie

Yessine Ayari (@yassayari), a interviewé l'épouse de M. Feriani, Leila Friani, qui raconte que son mari a quitté son domicile le dimanche matin, mais n'est jamais revenu, et qu'elle a été informée de son arrestation le lendemain lundi. Yessine Ayari l'a interrogée sur les circonstances de son arrestation. Elle a répondu : “Il était dans sa voiture, et deux autres voitures le suivaient. […]Il a été arrêté d'une manière horrible, comme si c'était un kidnapping.” Elle dit aussi qu'il est accusé d'avoir “révélé des informations confidentielles.”

Sur Facebook, des blogueurs activistes ont aussitôt créé des pages pour témoigner de leur soutien à  Feriani et demander sa libération immédiate. Parmi ces pages web, Libérez Samir Feriani’ et Tous Unis avec Samir Feriani.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site