Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Egypte : Khaled Said, un an après

Ce billet fait partie de notre dossier central (en anglais) sur la révolution égyptienne en 2011.

Il y a un an, le 6 juin,  Khaled Said, un Égyptien de 27 ans qui vivait à Alexandrie  a été torturé à mort par deux policiers qui voulaient le fouiller et en avaient le droit aux termes de la loi d'urgence. Sa mort a provoqué la colère des Égyptiens, mais personne à l'époque n'imaginait qu'un an plus tard, Moubarak, le Ministre de l'intérieur, et d'autres piliers du régime policier seraient à leur tour derrière les barreaux. En ce jour, les Égyptiens se sont souvenus de l'anniversaire de la mort d'un de ceux par qui la révolution est arrivée.

Sur Twitter, les  Égyptiens ont partagé leurs sentiments à cette occasion. Voici quelques réactions.

@Mohamed_Atwa: #KhaledSaid Merci d'avoir lancé la révolution. Merci d'avoir réveillé l'être humain en moi. Allah yer7amak ya rab [Que Dieu bénisse ton âme]

@mariamarafat: A ceux d'entre vous qui ont oublié, #KhaledSaid a été l'étincelle qui a fait exploser la révolution égyptienne. Le moins que nous puissions faire et de nous souvenir de lui en ce jour.

Carlos Latuff: Khaled Said and Mubarak

Illustration du dessinateur brésilien Carlos Latuff : comment la mort de Khaled Said a fait tomber le régime de Moubarak

Wael Ghonim a partagé une photo de l'une des premières manifestations organisées pour condamner le meurtre de Khaled Said. Le petit nombre de participants ne peut se comparer aux millions d'Égyptiens descendus dans la rue durant la révolution égyptienne, cependant, c'était l'étincelle qui allait plus tard conduire au soulèvement populaire.

Pour certains des manifestants qui s'étaient réunis l'an dernier, il s'agissait de leur toute première manifestation. Ahmed Khair Eldeen écrit que la mort de Khaled Said a changé la mentalité de tout le pays, et que la peur de connaitre le même sort a été plus forte que la peur de manifester :

بعدها بأيام أصبح اسم خالد سعيد معروفا لدى كل الشعب المصرى، تحولت صورة الولد الجميل الذى لقى مصرعه بتلك البشاعة الى أيقونة وضعها الشباب بديلا لصورهم على فيسبوك وخرجت الفتيات والسيدات لأول مرة فى مختلف مدن مصر وشوارعها فى مظاهرات ينددن بما جرى وربما كان فى مخيلة كل واحدة منهن رعبا أن تتكرر تلك الحادثة لشقيقها أو ابنها

كانت المظاهرات التى خرجت فى أعقاب واقعة خالد سعيد دليلا على تغير طرأ فى ردود أفعال الشعب المصرى وادراك كل فرد ان الدور قد يجىء عليه أو على ابنه أو أخيه فى يوم من الأيام
Quelques jours après, le nom de Khaled Said est devenu connu de tous les Égyptiens. Les photos de ce beau jeune homme qui avait été brutalement tué sont devenues des icônes que les jeunes ont mis comme photo de profil sur leur page Facebook en place de la leur. Les jeunes filles et les femmes sont descendues dans la rue pour la première fois pour condamner ce qui s'était passé, elles avaient peur qu'exactement la même chose n'arrive à leurs frères ou à leurs fils.

La manifestation qui a eu lieu après la mort de Khaled Said a prouvé à quel point l'attitude des Égyptiens avait changé et que tout le monde avait pris conscience que le prochain Khaled Said pouvait être lui, un fils, un frère.

Amnesty International et Human Rights Watch ont condamné son meurtre et appelé à des enquêtes. Mais aujourd'hui, des mois après, les responsables de sa mort et ceux qui ont assassiné les manifestants durant la révolution ne sont toujours pas punis.

@nagoul1: Nous sommes #BackInBlack (noir sur noir) pas seulement à cause de #KhaledSaid, mais aussi pour tous ceux qui ont assassiné les manifestants du  #Jan25 et sont toujours en liberté.

Mariam Arafat est triste que Khaled Said ne soit plus de ce monde pour voir les changements que sa mort a apportés et Mai Shams El-Din le remercie.

@maishams:Il est mort pour que nous puissions vivre. RIP #KhaledSaid


Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site