Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Colombie : Mourir pour un téléphone, ça suffit !

“Comme j’y avais configuré mon compte Facebook, mon compte de messagerie ainsi qu’un important groupe de contacts du tchat BlackBerry, le voleur a utilisé mon matériel et a commencé à envoyer des messages, ce qui m’a obligé non seulement à porter plainte mais aussi à envoyer des mails en nombre pour faire part du vol et prévenir de ne pas tenir compte des envois jusqu’à ce qu’on m’annule mon forfait.””.
Une victime de vol de mobile mentionnée dans le blog 24 horas noticias

Image de Jonathan Lyman, utilisateur de Flickr sous JonJon2k8 (CC BY-NC-ND 2.0)

Le vol de mobiles ainsi que leur revente au marché noir représentent pour la Colombie un tel problème d’ordre public que le gouvernement national a décidé cette année d’y faire face par le Décret 1630 de 2011, lequel, ainsi que ceci est détaillé sur le site Geek the planet, établit que :

Seules les personnes autorisées, parmi lesquelles les fournisseurs de réseaux et services, pourront vendre des mobiles neufs et usagés dans le pays ; n’importe quelle personne autorisée que ce soit par les fournisseurs de réseaux et services ou par le Ministère des Technologies de l’Information et des Communications.

Le responsable du Ministère des Technologies de l’Information et des Communications en Colombie, Diego Molano Vega (cité dans le blog Bacalaoconpapa.com), affirme à ce sujet  que :

Avec cette mesure, nous ne voulons pas restreindre la liberté de marché mais protéger le vie des Colombiens et freiner l’effusion de sang qui s’est généralisée avec les vols de mobiles. Je lance un appel aux Colombiens afin qu’ils dénoncent les vols car nous pouvons, à partir de là, lutter contre les délinquants.

A l’avenir, le gouvernement envisage d’établir une liste noire des informations relatives aux mobiles déclarés volés, afin qu’ils soient définitivement désactivés à partir du mois de juillet. De plus, les vendeurs de mobiles devront remettre à l’acheteur un certificat de la Commission de régulation des communications de Colombie(CRC).

Comme il fallait s’y attendre, la mise en œuvre du décret a généré des avis contraires et c’est ainsi que le 25 mai, dans quelques villes comme celle de Neiva, les commerçants sont descendus dans la rue pour manifester, soutenant que celui-ci “va à lencontre du Droit du travail et favorise seulement les grands monopoles“.

Sur Twitter, sous l’étiquette #nomascelularesconsangre (plus de bain sang pour des mobiles!) on peut trouver des déclarations comme celle d’Alexander Vásquez (@alexgreencode):

Je suis un survivant, il y a un an,  dans la  rue 90 N°11, on m’a poignardé à la jambe

Ou celle du Ministre des Technologies de l’Information et des Communications, Diego Molano Vega (@DiegoMolanoVega)

Cela me fait mal en tant que Colombien qu’on tue des Colombiens pour leur voler leurs mobiles

Liens intéressants

- Sur Lanación.com on peut trouver des commentaires de Colombiens sur les manifestations des commerçants de la ville de Neiva.

- Sur Facebook, des photos de la marche des commerçants à Medellín contre la mise en œuvre du Décret (provenant du journal El Colombiano)

 

https://twitter.com/DiegoMolanoVega

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site