Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Syrie : La blogueuse gay “Amina” était un Américain marié


Le blog The Gay Girl in Damascus (Fille Gay à Damas) était une imposture : son auteur, “Amina”, s'est révélée être un Américain hétérosexuel, marié, qui n'a pas eu de scrupules à gruger les internautes du monde entier en prétendant que  Amina Arraf avait été enlevée par la police syrienne à Damas, il y a une semaine.

Thomas MacMaster a gardé le silence pendant sept jours entiers, pendant lesquels des activistes, des blogueurs et même des gouvernements recherchaient Amina, craignant le pire. Les doutes ont surgi quand une femme s'est manifestée en Angleterre, accusant “Amina” d'avoir subtilisé ses photos de son compte Facebook privé. La question a alors été posée : la Gay Girl de Damas pouvait ne pas être qui elle disait être.

Sur le site londonien Electronic Intifada, Ali Abunimah a reconstitué les pièces du puzzle puis publié ce billet, accusant Tom MacMaster d'être le possible auteur du blog.

Nous pensons que les informations rassemblées ici sont convaincantes en elles-mêmes et nous avons réussi à les corroborer par des informations supplémentaires de plusieurs sources indépendantes que nous ne publions pas mais qui confortent leur crédibilité.

Nous ne connaissons pas les mobiles de la personne ou des personnes derrière cette imposture.

L'information publiée ci dessous connecte la blogueuse “Amina” à deux personnes identifiées dans la vie réelle : Thomas (Tom) J MacMaster et Britta Froelicher, qui sont mari et femme.

Electronic Intifada a écrit à Tom MacMaster, sollicitant un entretien avec lui au sujet de   “Amina”. Il a répondu :  “Merci, mais comme je l'ai déclaré déjà, ce n'est pas ma femme ou moi même.”

Dans un billet court intitulé Apology to readers (Je présente mes excuses aux lecteurs), Tom MacMaster, s'est pourtant identifié le lendemain 12 juin sur le blog Gay Girl in Damascus [Ndt : dont le titre a depuis été changé, en “hoax”, imposture] comme “le seul auteur de tous les billets publiés sur ce blog” et a justifié son comportement en disant :

Je ne pense pas avoir fait du tort à qui que ce soit. Je pense avoir créé une “voix” importante pour porter les causes qui me touchent profondément.

D'autres pensent plutôt que la fiction de Tom MacMaster a causé des dommages au travail des activistes sur le terrain, aux médias sociaux, et au rôle qu'ils jouent durant les soulèvements dans le monde arabe cette année, ainsi qu'à la crédibilité de la blogosphère du monde arabe. Certains remarquent aussi que cette affaire a détourné l'attention des campagnes en ligne organisées par de réels activistes pour d'autres blogueurs réellement emprisonnés ou menacés, et qu'enfin il met la communauté gay de Syrie en danger.

Sur le blog de la communauté arabe aux États-Unis, Kabobfest, Ali Abbas et Assia Bounaoui ont publié ce billet. Ils écrivent :

Tom MacMaster, dans toute sa splendeur de privilégié Américain blanc hétérosexuel, s'est approprié et a “fait vivre” son avatar Amina comme une militante lesbienne, et de ce fait, fait courir des risques à de nombreux homosexuels syriens. Écrire depuis une maison confortable en Géorgie/à Édimbourg/en Turquie ne comporte pas de risques, et permet beaucoup d'aises quand il s'agit d'être responsable et crédible. Et pourtant, les victimes ne seront pas à la fin les MacMasters du monde entier, les faux grands cœurs saignants et libéraux, mais les personnes sur place, que “Amina” ne représente pas.

Ils poursuivent:

Quelles que soient les molles excuses que MacMaster se cherche nerveusement, Amina n'a jamais été conçue comme un personnage fictif, destiné à “améliorer” la vie des femmes ou de la communauté gay LGBT au Moyen Orient. C'est un fantasme d'Occidental, destiné à exciter et titiller les sensibilités occidentales, pour émouvoir, pas pour agir. C'est en effet le comble d'un nouvel orientalisme, puisqu'il ne re-imagine pas seulement un territoire géographique existant, mais invente un contexte humain tout entier.

Tom MacMaster a publié des excuses plus longues ici, rejetées par les personnes blessées ou troublées par l'imposture, comme Ruwayda Mustafa, une Britannique d'origine kurde, qui a publié ce tweet :

Tom McMasters a présenté des excuses pour l'imposture de  #Amina : http://t.co/McfWpPj Pas une once de compassion. Pathétique.

Abunimah ajoute :

Mon intuition est que la personne derrière l'imposture #Amina a une longue histoire compulsive de mythomanie,  qui ne va pas s'arrêter juste parce qu'il a été attrapé.

Antoun Issa écrit :

Tom MacMaster a exploité les faiblesses de la blogosphère, un principe tout simple, que n'importe qui peut publier du contenu en ligne et en revendiquer l'authenticité #Amina

Et Ahmed Shihab-Eldin souligne :

Oui, #Amina est une imposture, mais nous devons CONTINUER à nous fier aux voix des blogueurs puisque les journalistes ne sont pas autorisés à entrer en Syrie.

Andy Carvin remercie ses lecteurs de lui avoir suggéré les premiers doutes.  Il note:

Je voulais juste remercier publiquement @DannySeesIt de m'avoir contacté il y a une semaine et d'avoir exprimé son scepticisme à propos de l'affaire #Amina. C'est son message qui m'a poussé à me poser des questions.

Pour ma part, j'ai fait ce commentaire :

Les questions que j'ai eu à affronter toute la journée d'hier de la part des grands médias étrangers : puisque #Amina n'est pas Amina, comment cela affecte-t-il la crédibilité des blogueurs ? Quel impact pour la communauté gay LGTB en Syrie et dans le monde arabe ? Quelles faiblesses de la blogosphère arabe cela révèle-t-il ?  Vraiment, vous parlez sérieusement ? … Donc, un farceur quelque part dans le monde décide de se moquer du monde, et maintenant, cela devient une remise en question des blogueurs syriens et de leur crédibilité ;  des gays et lesbiennes syriens et de ce qu'ils vivent ;  de la communauté des blogueurs arabes dans son entier. J'oublie quelque chose ? Ou mon cerveau me joue-t-il des tours bizarres en refusant de se rabaisser à ce niveau, puisque je ne vois pas de relations entre donner tant de temps d'antenne, d'énergie et de réflexions à une imposture et l'attention que des personnes bien réelles, actuellement torturées, emprisonnées, en danger, méritent. L'imposture d'un mythomane est impardonnable. Et donner tant de poids à cette histoire, créer tellement de détours et de distractions à ce carrefour de notre histoire est encore plus impardonnable que ce qu'a fait MacMaster.

A lire :
Understanding #Amina par Ethan Zuckerman (en anglais)


Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site