Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Egypte : L'affaire de l'espion israélien du Caire

Ce billet fait partie de notre dossier spécial sur l’Egypte 2011.

Ilan Chaim Grapel, un immigrant américain en Israël, a été arrêté en Egypte dimanche dernier, et est maintenant en garde à vue pour 15 jours à fins d'interrogatoire par le Parquet de la sécurité d'Etat pour activités présumées d'espionnage en Egypte, tentative de créer des dissensions entre le peuple égyptien et le Conseil Suprême des forces armées, et incitation au conflit religieux entre musulmans et coptes.

Dans un entrerien publié lundi 13 juin 2011, sur le site d'information libanais El Nashra, Yehia El-Gamal, vice-premier ministre du cabinet intérimaire égyptien, a accusé Israël d'être l'instigateur de la tension interreligieuse qui empoisonne l”Egypte (les liens sont en anglais et arabe).

Ilan Grapel in Tahrir Square carrying a poster which calls US President Barack Obama stupid. Source, Ilan Grapel's Facebook account.

Ilan Grapel place Tahrir tenant un panneau traitant le président américain Barack Obama d'idiot. Source : compte Facebook d'Ilan Grapel.

Desmond Shephard rapporte l'information sur le blog Bikya Mis :

Le juge Hesham Badawi du Parquet suprême de la sécurité d'Etat a ordonné la détention pour 15 jours du suspect, dénommé Elan Chaim Grabel, sur le soupçon d’ “espionner l'Egypte dans le but de nuire à ses intérêts économiques et politiques,” a rapporté l'agence de presse MENA.

Les responsables israéliens pour leur part ont réfuté les accusations,et qualifié les informations du Caire de sans fondement.

Le blogueur égyptien Hossam El-Hamalawy n'a pas avalé l'histoire d'espionnage de Grapel, et il a cité des exemples historiques montrant que ce genre de récit est généralement sujet à caution :

Quand étudiants et ouvriers sont descendus dans les rues d'Alexandrie, en novembre 1968, protestant contre le régime nassériens, la presse d'Etat annonça l'arrestation d'espions israéliens impliqués comme agitateurs dans les manifestations (cf. Arab Report and Record, 1-15 décembre 1968: 399).

Ma mère, qui a pris part aux manifestations étudiantes de 1971-72 contre Sadate, se souvient comment les forces de la Sécurité Centrrale les matraquaient en dénonçant les étudiants comme étant des “agents israéliens.”
Durant les 18 jours du soulèvement, une jeune journaliste parut à la télévision “confessant” qu'elle avait été entrainée par le Mossadpour fomenter ces “émeutes” sur Tahrir. Et bien sûr ça s'est avéré un gros mensonge.

Et voilà maintenant que le gouvernement annonce avoir attrapé un nouvel espion israélien collectant de l'information sur les manifestations et fomentant le chaos dans l'intention “de nuire aux intérêts politiques, économiques et sociaux avec des conséquences négatives pour le cours de la révolution”… et le “procureur le soupçonne d'avoir payé les manifestants pour causer des frictions avec l'armée et fomenter des tensions entre musulmans et chrétiens.”

Sérieusement quel mélo.

El-Hamalawy pense que le service de renseignements a ainsi voulu empêcher les gens de critiquer l'armée à l'avenir :

Avec cette dernière affaire, le Mukhabarrat [le service de renseignements] essaie de monter un plan minable, de façon à ce que toute critique publique contre l'armée soit immédiatement décrite comme l'oeuvre d'espions israéliens. Plus important, le Mukhabarrat essaie de convaincre l'opinion qu'il est un service vital, avec la charge de protéger le pays de tout “complot étranger”, pour ne pas connaître le même sort que la police de sécurité d'Etat.

Cher Mukhabarrat, cessez de nous traiter comme des enfants. Qui diable est ce super-agent israélien qui s'en va à lui seul fomenter des manifestations, et monter la rue et les mosquées contre l'armée ? Ouvrez les yeux, devenez adultes.

Les réactions sur Twitter ont été de la même eau. Elles sont même allées plus loin, en se gaussant de toute l'histoire pour laquelle elles ont créé un mot-clé spécial : #ElGasoos (“l'espion”).

@MagedZakher: Oups ! Ils savent maintenant où nous allions manifester ! La place Tahrir devait rester un secret ! Ah, ces espions !

@mand0z: الموساد مافيهوش ولا واحد بيعرف يستخدم يوتيوب عشان كدة بعتوا جاسوس

@mand0z: Au Mossad ils ne savent pas se servir de YouTube, c'est pourquoi ils ont envoyé un espion
@Gue3bara: بعد البحث فى موبايل الجاسوس تم العثور على نمرة نتنياهو مسجلة بإسم:نتنياهو مهمة ملطوشة
@Gue3bara: Quand ils ont examiné le téléphone de l'espion ils ont trouvé le numéro de Netanyahu enregistré sous “Netanyahu – Mission Secrète”
The Spy behind Omar Suleiman

L'espion derrière Omar Suleiman – Photo prise du groupe Facebook Nos excuses M. l'Espion

Dans les premiers temps de la révolution, un groupe Facebook avait été monté par des partisans de Moubarak sous le nom ‘Nos excuses M. le Président’, et depuis, chaque fois que des gens veulent se moquer de quelque chose, ils créent un groupe Facebook qu'ils appellent ‘Nos excuses…’ , d'où ici ‘Nos excuses M. l'Espion‘.

Le fait aussi qu'Ilan Grapel ait un profil Facebook (NdT: la page est actuellement indisponible) public avec tous ses détails, ses photos sur la place Tahrir et d'autres endroits d'Egypte, a renforcé les doutes des Twittos, qui se sont demandés si les vrais espions étaient aussi naïfs.

@RAbdellatif: Excusez mon scepticisme, mais #Israël enverrait-il un espion qui est dans leur armée ET poserait pour des photos en uniforme de l'armée ?

@NohaAtef: Un espion a été attrapé en #Egypt, on l'a vu sur #FB , regardé ses photos, certains ont repris ses profils, d'autres l'ont ajouté :D suivre.

A part ces sarcasmes, et à part ceux qui disent [en arabe] que les ‘Israéliens n'ont pas besoin d'espions alors qu'ils ont déjà ici les équivalents de Moubarak et du FMI, il s'en trouve pour croire que l'histoire de l'espion pourrait avoir du vrai. D'autres accusent la révolution dans ce ratage.

@mrrizkallah: Et si nous avions faux ? et qu'il était un vrai espion ?

@Gemyhood: سواق التاكس فرحان جدا بالقبض على الجاسوس بيقولى شوفت يا باشا اهى المظاهرات دى والثورة كلها شغل اسرائيل
@Gemyhood: Un chauffeur de taxi était ravi de l'arrestation de l'espion, et me disait : vous voyez, ces manifestations et toute la révolution, c'est un truc des Israéliens.

Zeinobia partage l'avis de @mrrizkallah, et sur son blog elle a critiqué ceux qui ridiculisent l'affaire.

Evidemment certains de nos révolutionnaires twittos tournent ça en farce d'une façon qui me sidère personnellement, on dirait qu'ils ont horreur de seulement envisager la possibilité qu'il y ait des espions parmi nous comme dans n'importe quel autre pays, comme si l'Egypte n'en valait pas la peine, et que ce qui s'est passé n'était rien sur le plan géopolitique. Nos révolutionnaires twittos ignorent le fait que cet incident pourrait aussi nuire à la place Tahrir, autant qu'ils refusent de voir que l'incident va faire monter les enchères du SCAF et du Service Général de Renseignements (GIS) dans la rue. “Ironiquement les gens disent que la police devrait s'inspirer du GIS”.

Je n'aime pas le dire, mais il y a une différence entre s'opposer au SCAF pour des raisons politiques et agir de cette façon que je trouve inqualifiable.

Laissons le mot de la fin à Sama Habeeb qui tweete…

@MissPharaoh: Humanité, si tu crois que les”espions israéliens” n'existent pas, tu es naïve. Si tu crois que les “faux espions” non plus,alors tu es encore plus naïve.



Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site