Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Biélorussie : Multiples arrestations après une manifestation à Minsk

Une manifestation non-violente à Minsk, organisée via Vkontakte, un réseau social russe populaire en Biélorussie comme dans d'autres pays post-soviétiques, s'est terminée par plus de 450 interpellations [en anglais]. Arrestations, procès et incarcérations en nombre ne semblent pourtant pas avoir découragé les contestataires.

Un rassemblement non-violent organisé en ligne

Le moment choisi pour le rassemblement était le 22 juin 2011 à 19 heures (baptisé du mot-clé Twitter #2206v1900).

So, #Minsk? How about having it like this? - June 22, 2011, photo of the rally by Anton Motolko at Twitpic

Alors, #Minsk ? Et si c'était comme ça ? – 22 juin 2011, photo du rassemblement par Anton Motolko sur Twitpic

Plusieurs groupes Vkontakte ont été créés pour organiser les opérations, dont le plus populaire, “Mouvement du Futur” [en russe] a attiré près de 214.000 membres.

La police ne s'est cependant pas contentée de déférer à la justice les modérateurs de ces groupes, elle a aussi invité [en russe] les simples membres (ceux qu'elle a pu trouver) à des ‘entretiens préventifs,’ pendant lesquels elle s'est efforcée de dissuader les gens de participer aux rassemblements.

Le pouvoir se met aussi à l'internet

Le régime biélorusse, à côté de la violence, de la censure et des procès, a décidé de ne pas se priver non plus de Twitter. En avril 2011, le Ministère de l'Intérieur biélorusse lançait [en russe] son compte @mvd_by [en russe], et le Départment de police de Minsk (@GUVD_Minsk [en russe]) lui a emboîté le pas.

Les deux comptes n'ont pas cessé de tweeter activement pendant toute la manifestation, décourageant ceux qui en avaient l'intention d'y participer, avec l’argument [en russe] que toute révolution organisée par Internet était en infraction directe avec les lois biélorusses. @GUVD_Minsk a directement cité (faisant probablement sa promotion) [en russe] sa Nemesis :

#1.Кто собирается «на плошчу», обратите внимание на посты @InternetRevolt – он в открытую подстрекает вас, но отвечать придется вам!

#1. Quiconque va “sur la place,” faites attention à @InternetRevolt – il vous incite ouvertement, mais c'est vous qui en répondrez !

En particulier, le Ministère a mis en garde contre de possibles sanctions administratives pour la participation à des manifestations non autorisées, déconseillé de vouloir filmer les événements avec les téléphones portables et d'affronter les policiers, et suggéré que chacun se munisse de ses papiers d'identité.

Les recommandations des autorités sur Twitter n'ont pourtant pas réussi à empêcher les gens de rejoindre les manifestations.

#22o6v1900 sur les médias

Selon Reuters [en anglais], près de 1.000 personnes se sont rassemblées pour la manifestation de 22 juin à Minsk. Les vidéos sur YouTube ci-dessous ont été collationnées en un post Storify par l'auteur pour GVAsteris Masouras :

Les rassemblements ont été couverts par de nombreux blogueurs et médias en ligne. Parmi les photos-reportages les plus regardés se trouvent ceux d'Anton Motolko, qui habite Minsk (@motolko [en russe]), euroradio.by [en russe].

Le blogueur toxaby a publié [en russe] des photos où l'on voit des agents de la police spéciale se saisir d'activistes. Il souligne que la police a enfreint le code pénal biélorusse, dont il a traduit en plusieurs langues l'article correspondant.

Police officers about to capture a young man walking peacefully. Photo by LJ user toxaby

Des policiers s'apprêtent à se saisir d'un passant. Photo de l'utilisateur LJ user toxaby

“Le commencement de la fin” ?

Dans un billet circonstancié, Pyotr Kuznetsov, coordinateur du mouvement “Pour la Liberté”, a expliqué [en russe] la signification du rassemblement non-violent du 22 juin :

Во-первых, власть к такому повороту событий не готова, не способна предложить (навязать?) свой сценарий, и поэтому находится в прострации, до сих пор не определившись со своей линией поведения. […]

Во-вторых, власть явно не обладает достаточными физическими ресурсами для подавления движения в масштабах всей страны, и это тоже – стратегический козырь недовольного народа.

И, в-третьих, используя современные средства коммуникации и социализации, организаторы акции поставили власть и спецслужбы в положение заранее проигрывающих: невозможно ногами сотрудников КГБ опередить молниеносное информационное воздействие Интернета.

En premier lieu, le pouvoir n'était pas préparé à la tournure prise par les événements, il n'était pas capable de proposer (ou imposer ?) son scénario, et voilà pourquoi il est en pleine catalepsie, sans avoir déterminé de ligne de conduite. […]

En second lieu, le régime n'a visiblement pas assez de ressources physiques pour écraser un mouvement à l'échelle du pays entier, un atout stratégique pour les mécontents.

Et troisièmement, en utilisant les moyens contemporains de communication et de socialisation, les organisateurs de l'action ont mis le pouvoir et les services spéciaux en position de perdants d'avance : impossible aux agents du KGB de distancer avec leurs jambes la rapidité foudroyante de l'information Internet.

L'ami sur Facebook de l'auteur, Volia Ch., a résumé beaucoup plus brièvement la situation :

C'est le commencement de la fin, je crois…
Asteris Masouras et Tetyana Bohdanova ont contribué à ce billet.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site