Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Zambie : L'appel aux dons pour les obsèques de Chiluba rend perplexe

Gardant en mémoire les graves abus qui ont eu lieu à peine deux ans et demi auparavant sur l'utilisation des fonds ayant servi à financer l'enterrement du président en exercice, Levy Mwanawasa, les internautes zambiens ont reçu avec incrédulité de la part de leur gouvernement un appel au don d'environ 1 million de dollars pour couvrir les frais funéraires de feu leur dernier président Frederick Chiluba [tous les liens sont en anglais].

Le gouvernement a décidé que l'enterrement de Chiluba ferait l'objet d'une cérémonie officielle, comme c'est le cas pour les personnes occupant ou ayant occupé par le passé les postes de ministres adjoints, ministres et de plus hautes fonctions. Habituellement, le gouvernement règle une partie, si ce n'est l'intégralité, de la note.

Le Dr Frederick Chiluba, ancien président zambien, après avoir été acquitté des six chefs d'inculpation l'accusant d'avoir détourné 500000 dollars américains. Photo par Harrison Tuku, copyright Demotix (16/08/09).

Le Dr Frederick Chiluba, ancien président zambien, après avoir été acquitté des six chefs d'inculpation l'accusant d'avoir détourné 500000 dollars américains. Photo par Harrison Tuku, copyright Demotix (16/08/09).

Dans la plus pure tradition zambienne, les donations se font sous forme de dons d'argent et de biens comme de la nourriture. Dans le cas de Chiluba, quasiment tous les Zambiens en âge de comprendre un peu la politique le connaissait. Bien évidemment, un appel pour aider à l'organisation de ses obsèques attirera l'attention des hommes d'affaires, des sociétés et autres partisans qui mettront généreusement la main à la poche pour la cérémonie funéraire.

Pour le monde des affaires, être vu en train de faire un don à une telle cause a deux avantages. Le premier, c'est de s'assurer une bonne publicité, et le second, c'est d'être dans les petits papiers du gouvernement en place, avec l'espoir de gagner ses faveurs. Pour les citoyens ordinaires qui peinent à nourrir leur famille, il s'agit ni plus ni moins que d'une taxe supplémentaire.

Les propos du lieutenant-général Ronnie Shikapwasha, porte-parole du gouvernement et ministre de l'Information, ont été cités par le Lusaka Times ; il dit que le gouvernement avait besoin d'environ 4,6 million de kwachas (devise zambienne), soit environ 1 million de dollars américains pour les funérailles et que jusque là, entre 2 et 2,5 millions de kwachas avaient été collectés.

Il a déclaré que l'argent servirait à l'enterrement et réglerait les coûts administratifs et logistiques de la cérémonie, et que c'est pour cette raison que le gouvernement faisait appel au soutien financier et matériel de partisans.

Comme prévu, l'annonce de Gen Shikapwasha ne fut pas du goût des lecteurs :

Commentant son discours, Wanya Wanya dit:

Je l'ai dit, filefwaya ukulyamo (ils veulent une réduction). Comment diable un enterrement peut-il couter un million de dollars en Zambie??

Les questions affluent, comme l'explique The Kimbaguist :

D'où viendra cette somme colossale ? A t-elle été ‘budgetisée’ ? Faites simple messieurs ! Baissez les allocations de tous ceux qui assisteront aux funérailles. Avez-vous prévu de nourrir toute la population de Lusaka ? Certains ministres sont déjà en train de terminer leurs projets et nouvelles résidences grâce aux revenus de ces obsèques. C'est indécent !

Un collaborateur du journal ironise en encourageant les gens à contribuer aux coûts de l'inhumation, puisque le gouvernement n'avait pas rassemblé les fonds avant juin et qu'il arrive que les fonctionnaires ne soient pas payés pendant plusieurs semaines. mweembe déclare :

Hé, vous les riches, il faut participer, le gouvernement a urgemment besoin d'argent. Puisque pour le moment, il n'a pas encore effectué les virements de salaires des fonctionnaires, l'état a véritablement besoin d'argent pour nos salaires, pas pour les obsèques. Ça, ce sera couvert par les intérêts des comptes aux Bahamas.

Un autre contributeur, Pepecho Suffering, soulève les questions de l'origine de l'argent recueilli par l'état :

Le gouvernement a rassemblé jusqu'à maintenant entre 2 et 2,5 milliards de kwachas…

Qu'en pensez-vous, monsieur je-sais-tout ? S'agit-il de l'argent des contribuables ou seulement des donations venant de vos partisans ? S'il s'agit de fonds publics, comment avons-nous prévu de les utiliser ? Les dépenses ne sont pas un problème, mais il faut apprendre à rendre des comptes pour chaque ngwee dépensé (1 kwacha=100 ngwee) !! Et ne pas reproduire ce qui a été fait lors du décès de Mwanawasa.

Former President of Zambia Frederick Chiluba greeting supporters in Lusaka, Zambia. Photo courtesy of Lusaka Times.

L'ancien président de la Zambie, Frederick Chiluba, saluant ses partisans à Lusaka en Zambie.

Plus tôt l'année dernière, un audit du gouvernement avait établi un rapport sur la façon dont l'argent fut dépensé lors des funérailles du président Mwanawasa, décédé en 2008, deux ans après le début de son second mandat. En plus de faire construire, avec l'aide du gouvernement chinois, un couteux mausolée, le MMD (Mouvement pour la démocratie multipartite) avait fait convoyer le corps par avion dans huit des provinces centrales à l'extérieur de Lusaka.
Le Zambian Watchdog avait rapporté à l'époque que la principale responsable de l'audit, Anna Chifungula, avait déclaré que 20 milliards de kwachas (environ 5 millions de dollars US) débloqués par le ministère des Finances pour gérer en 2008 les dépenses médicales et funéraires de feu le président Levy Mwanawasa avaient été frauduleusement utilisés et avaient disparu.

Dans son rapport des comptes publics pour l'année 2008, Chifungula a expliqué que durant la période de l'audit, l'irrégularité la plus fréquente consistait à effectuer des dépenses sans justificatif. Le rapport d'audit dit en partie que : “Un montant total de 1 030 904 720 kwachas a été payé par le ministère du travail pour fournir des denrées et services durant les obsèques du président. Sur la somme totale, le ministère a dépensé 759 852 000 kwachas en matelas, tapis, tables basses et chaises pour lesquels aucune facturation n'apparait.”

Sur le moment, le rapport d'audit fit de nombreux mécontents, comme en attestent les commentaires laissés dans l'article suivant :

On peut lire dans THE SAINT:

C'est un rapport accablant. Nous soupçonnions tous que les obsèques de feu notre président n'étaient qu'un prétexte pour siphonner les fonds publics et maintenant, il est clair que c'était le cas. “Des justificatifs de paiement étaient soit manquants, soit non fondés, soit liés à des factures non réglées”, voilà l'histoire de comment le gouvernement zambien dépensait l'argent. La responsable de l'audit a fait part des mauvais usages faits, année après année, avec l'argent des contribuables, mais les coupables restent à l'abri… Peut-être devrions-nous tous refuser de payer des impôts si notre argent est aussi mal utilisé, jusqu'à ce que quelqu'un prenne la responsabilité de cette perte. Puis-je demander au président, en toute humilité, que les coupables soient poursuivis pour cela ? Franchement, c'est pire que de la pornographie. Ce vol détrousse les pauvres de services qui auraient pu améliorer leur quotidien. Mais, ceci étant dit, pourrais-je suggérer la suppression de ces dépenses funéraires? Pourquoi les Zambiens, en particulier les plus âgés (les plus de 60 ans), s'intéressent-ils autant aux cérémonies mortuaires? C'est comme si les gens préféraient rester assis à pleurer le défunt plutôt que d'avoir des activités productives pour nourrir la famille. 20 milliards de kwachas dépensés pour un homme mort! Pardonnez-moi de le dire mais ça me donne la nausée. C'est à peine moins de trois  millions de Livres sterling ! Avec cette somme, on aurait pu équiper le centre hospitalier universitaire d'un scanner à résonance magnétique, d'un autre scanner de pointe et de 5 lits de pointe aussi pour le service des soins intensifs ! Tout cet argent a été dépensé pour un homme qui est décédé, et dont le patrimoine aurait largement suffit à payer ses propres obsèques. Je n'en reviens pas !

Le contributeur ci-dessous avait parlé trop vite ! A peine un an après avoir écrit ce qui suit, le président Chiluba décédait et le gouvernement mentionnait les millions de kwachas nécessaires à la cérémonie funéraire et demandait aux citoyens de faire des dons :

Volcanologist avait écrit :

Profiter de la mort d'un homme pour gagner de l'argent, c'est une honte. Les coupables doivent être confrontés et jugés. Ça n'existe pas, ce n'est pas dans notre culture de faire ce qu'ils ont fait. Je suis déçu. Et qui a dit que des obsèques devaient coûter 20 milliards de kwachas ? Tout cela est grave et je souhaite voir nos gouvernants mourir à la retraite, et non pas quand ils sont en fonction.

Sur Twitter, @missbwalya est choquée par l'idée qu'un million de dollars soit nécessaire aux funérailles :

Besoin de 1 million de dollars pour les obsèques du président Chiluba? Allez, soyons sérieux ! #Zambia

@GNdhlovu demande :

Quelles sont les dispositions légales concernant les obsèques d'un homme d'état? #Chiluba #Zambia.

@Thembinkosi veut savoir si le gouvernement compte construire une pyramide en l'honneur de Chiluba :

Ils lui construisent une fichue pyramide ? RT @missbwalya: Besoin de 1 million de dollars pour les obsèques du président Chiluba ? Allez, soyons sérieux !#Zambia

@OtienoHongo se demande si le gouvernement ne le transporte pas en avion jusqu'au paradis :

RT @OtienoHongo: #Africa RT @missbwalya: Besoin de 1 million de dollars pour les obsèques du président Chiluba! #Zambia < << Ils l'emmènent en avion jusqu'au paradis ?

@stretchdj estime que les frais d'obsèques coutent cher :

Il faut être le plus objectif possible concernant les obsèques de #chiluba. Ça coûte cher. Nous avons dépensé 20 millions de kwashas pour le décès de mes sœurs.

L'encre du rapport d'audit sur les abus liés au décès du président Levy est à peine sèche que déjà le pays pleure son dernier président ; seulement, bientôt, il y aura un nouvel audit qui fera probablement le jour sur d'autres abus à venir pendant la période de deuil.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site