Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Egypte : La colère explose sur la Place Tahrir

Ce billet fait partie de notre dossier central en anglais sur la révolution en Egypte en 2011.

Le chaos a explosé sur la Place Tahrir, épicentre de la révolution égyptienne, durant la nuit du 28 au 29 juin et s'est poursuivi pendant la journée suivante. Différents témoignages  circulent en ligne sur ce qui s'est passé, sur comment les choses ont dégénéré en bataille rangée entre entre les familles des martyrs tués durant les manifestations de la révolution qui demandent que justice soit rendue, les manifestants, des casseurs et la police. Les témoignages font état de grenades lacrymogènes lancées contre les manifestants (ou contre les casseurs), suivies ou précédées d'attaques à coups de pierres et de cocktails Molotov.

Les activistes égyptiens ont aussitôt relayé leurs informations par message de 140 signes sur Twitter, avec des photos et des vidéos envoyées en ligne et un décompte des blessés qui augmentait d'heure en heure.

Ramy Raoof a partagé par exemple une information sur le nombre de blessés au cours des affrontements :

@RamyRaoof: Ministère de la santé a annoncé que le nombre de blessés dans les affrontements de la place #Tahrir s'élèvent à 1036 jusqu'ici. #Egypt

Plus tôt, il avait publié ce tweet :

@RamyRaoof: Pour que ce soit bien clair, je n'ai vu aucun “voyou” ici sur la place Tahrir. Seulement des gens contre les forces de la sécurité centrale et la police.

Sally Sami précise :

@Salamander: ceux qu'ils appellent “voyous’ sont les familles des martyrs et activistes qui ont défendu la révolution du  #jan25. Gardez un peu de dignité, défendez la  #tahrir

Dans un billet intitulé 28 juin : La deuxième vague de colère, une activiste, Gigi Ibrahim,  blogue ses impressions sur ce qui s'est passé hier ici. La correspondante de  Al Jazeera Dima Khatib partage aussi ce qu'elle a vu durant les événements de la nuit sur son blog ici, et Amira Altahawi a publié son compte-rendu  ici [en arabe].

Gigi écrit :

J'ai lancé des pierres pour la première fois, depuis le premier rang. Je n'ai pas eu peur. J'étais prête à mourir parce que la liberté ne se gagne pas sans effusion de sang. J'ai suffoqué à cause du gaz lacrymogène, comme d'autres, dont @alaa @Lobna @salmasaid. J'ai quitté la place Tahrir pour télécharger les vidéos que j'avais faites et les photos avant que mon téléphone, mon appareil-photo, mon ordinateur et toutes les batteries soient épuisées. Vous pourrez voir les vidéos que j'ai faites au cours de la nuit ici bientôt.

Mohamed El Dahshan, qui tweete sous le pseudonyme TravellerW, partage une photo d'un homme arrachant les pavés d'un trottoir pour avoir des pierres à jeter contre la police :

@TravellerW: un homme casse le trottoir à mains nues pour faire des munitions. Incroyable.   #Tahrir #Jun28 http://twitpic.com/5id261

Egyptian man picking rocks from the sidewalk

Un manifestant prenant des pierres du trottoir

Mahmoud Salem, qui tweete sous le pseudonyme de Sandmonkey, précise :

@Sandmonkey: Au cas où vous ne comprendriez pas ce qui se passe : pas un seul policier n'est allé en prison ou n'a été jugé pour avoir tué les manifestants du #jan25.

Il explique:

@Sandmonkey: ce qui est en cause, c'est la justice. Nous avons besoin d'un mécanisme judiciaire qui fonctionne. Si cela existe, tout le reste se calmera.

Il appelle aussi à la prudence :

@Sandmonkey: Être très émotif est bien compréhensible et nous rend fragiles devant les manipulations et peu retourner les gens contre nous. Penser logiquement, froidement, stoïquement, est nécessaire.

Sarah El Sirgany parle des théories qui courent sur ce qui s'est passé :

@Ssirgany: Beaucoup d'histoires/théories contradictoires sur comment les choses ont commencé, pourquoi elles ont dégénéré et pourquoi ça continue sur la place  Tahrir. #jun28 (1/2)

Elle poursuit dans un second tweet :

@Ssirgany: Mais l'un des principaux facteurs est la frustration devant la lenteur des procès, et que les policiers accusés aient été libérés #jun28 (2/2)

Sur son blog, Hossam El Hamalawy a publié cette vidéo, ou l'on voit les événements de cette nuit .

Lilian Wagdy a partagé une autre vidéo tournée le jour suivant :

Elle tweete:

@lilianwagdy: Vidéo de la bataille de la place  #Tahrir cette après-midi  http://youtu.be/SjAJSgQ3FYA #Jun28

Ramy Raoof partage aussi un lien vers une vidéo en stream des affrontements avec la police ici.

Vous pouvez suivre sur Twitter le fil de conversation des mots clés #Tahrir et #Jun28


Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site