Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Thaïlande : Les internautes réagissent à la victoire de l'opposition

C'est la candidate de l'opposition Yingluck Shinawatra qui est en voie de devenir la première femme Premier Ministre de Thaïlande avec l'obtention par son parti Pheu Thai de plus de 260 sièges aux élections générales d'aujourd'hui (3 juillet 2011). Yingluck est la soeur cadette de Thaksin Shinawatra, qui avait été évincé de son poste. Le Premier Ministre sortant Abhisit Vejjajiva a déjà concédé sa défaite à la télévision nationale.

Newley Purnell, Siam Voices, Bangkok Pundit, et Khi Kwai ont blogué en temps réel sur les élections. Les internautes thaïs ont utilisé le mot clé twitter #thaielection pour suivre les informations et résultats électoraux. Richard Barrow a posté des photos sur Posterous et Facebook.

Quelques réactions sur twitter :

@lollylollz: Je ne dis pas que j'approuve les résultats, juste que ça reste la décision du peuple – ne devrions-nous pas simplement l'accepter et aller de l'avant ?

@vahncitis: @gun_zlinger: Vous avez mérité le karma que vous, la majorité, vous avez fait #ThaiElection < < Oui, nous profiterons de ce bon karma.

@georgebkk: RT @notThanongK: N'oubliez pas ça, ce n'est pas gagner qui compte, mais démonter ensuite

@poobist: RT @pisa_fye: notre nouveau Premier Ministre a besoin d'urgence d'une nouvelle équipe pour écrire ses discours et de cours de parole en public !!

@sarendra: Il est temps pour la politique #Thai de se rétablir et d'avancer. Temps pour le Roi et l'Armée de cesser leur ingérence. #Thailand sour:)ra à nouveau

Thaksin a été renversé par un coup d'état en 2006. Il s'est exilé pour échapper une peine de prison pour des charges de corruption. Newley Purnell est curieux du sort de Thaksin maintenant que son parti est à nouveau vainqueur dans les urnes :

On a beaucoup discuté, dans le passé, pour savoir si l'armée accepterait ou non un nouveau gouvernement pro-Thaksin.

Les experts politiques thaïs, dans les débats télévisés de ce soir, ont exclu toute amnistie pour Thaksin.

Nul ne peut prédire ce qui pourrait arriver, ont-ils dit, si le milliardaire exilé revient en Thaïlande.

Mais le Pheu Thai fera-t-il pression pour l'amnistie ?

Nous verrons ce que les prochaines semaines nous réservent.

Siam Voices médite sur les leçons de la campagne électorale qui vient de s'achever et les défis qui attendent le nouveau gouvernement :

Nous aurons très probablement notre première femme premier ministre ; l'opposition (parlementaire et extra-parlementaire) peut pavoiser ; le Parti Démocrate a joué avec sa campagne négative, et perdu tandis que Yingluck a gagné, pas seulement à cause de son frère en exil, mais aussi de sa méthode en douceur ; être un opprimé pur et en colère mène à quelque chose, et les sondages à la sortie des urnes sont de la foutaise, nous devrions prendre garde à ne pas nous laisser tromper par les chiffres mirobolants…

L'important à présent, c'est le choix par le nouveau gouvernement de ses premières priorités et comment il abordera les multiples crises qu'affronte le pays : comment vont-ils maîtriser la hausse des prix alimentaires ? Vont-ils essayer de mettre en place la réconciliation, même au prix de la justice ? Quelle sera la marge de liberté de la premier ministre Yingluck par rapport à ce qui est en-dehors des institutions démocratiques et à l'étranger ? Et au final : la volonté populaire sera-t-elle entendue ?

Andrew Walker et Nicholas Farrelly, qui écrivent pour le New Mandala, espèrent que la Thaïlande va reconstruire sa confiance dans le processus électoral et démocratique :

Le résultat de ce soir est un remarquable retour au pouvoir pour une force politique évincée au bout du fusil dans la nuit du 19 septembre 2006. Dans les années qui ont suivi, elle a été constamment perturbée par les interventions de la monarchie, de l'armée et de la justice. Malgré le bannissement de la politique de plus de 100 de ses figures de proue, le Phaua Thai a réussi à défaire massivement tout ce que le vénérable Parti Démocrate a pu monter contre lui.

La Thaïlande a maintenant une opportunité de commencer à reconstruire une foi dans le processus électoral. Ce serait une tragédie nationale si cette opportunité était gaspillée.

Une électrice montre son bulletin de vote. Photo de la page Posterous de Richard Barrow

Oneditorial a pu voter depuis l'étranger :

Il m'importe peu que le parti pour lequel j'ai voté remporte l'élection ou pas. Je voulais seulement exercer pour une fois mon droit démocratique. Si le parti qui ne me plaît pas gagne l'élection, je les féliciterai sincèrement. Chacun devrait accepter le résultat, qu'il l'approuve ou non ; sinon le pays retournera dans ce même cycle chaotique de Jaunes et Rouges. Personne n'aime les politiciens corrompus. Mais pour régler ce problème, chacun devrait admettre que cela doit être fait à l'intérieur du processus démocratique.

Les Jaunes et Rouges qu'il mentionne sont les Jaunes contestataires anti-Thaksin qui occupèrent l'aéroport en 2008 ; et les Chemises Rouges sont les contestataires anti-Abhisit qui montèrent les barricades de rue de Bangkok l'an dernier.

Robert Amsterdam, un partisan des Chemises Rouges, identifie les difficultés que rencontre l'opposition :

Le résultat de l'élection est d'autant plus sidérant que le Pheu Thai avait tout contre lui. Même avec l'appui total de l'Etat, l'assistance de l'armée, l'invalidation de centaines de milliers d'électeurs, le contrôle des média, l'emprisonnement de nos candidats, et la disqualification par dizaines de  notre personnel politique de premier plan, les Démocrates n'ont pas pu rivaliser avec un parti, et un mouvement, qui ont inspiré et autonomisé des millions de citoyens thaïlandais.

Les élections se sont déroulées généralement dans le calme, malgré quelques problèmes comme des listes électorales incomplètes, des bulletins nuls ou non valides, de longues files d'attente dans les bureaux de vote, et des accusations d'irrégularités de campagne.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site