Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Brésil : la marche pour la liberté dans 40 villes

Cet article a été traduit pendant l'année scolaire 2012 par Paulain Norbert Tekunju Songwah, étudiant FTSK à Germersheim, en Allemagne, sous la direction de Catherine Chabasse dans le cadre du projet « Global Voices ».

Cet article fait partie de notre dossier SlutWalks 2011.

La marche pour la liberté a eu lieu dans 40 villes brésiliennes, le samedi 18 juin 2011. Une multitude de groupes, de collectifs, de mouvements, d’organisations, et de nombreux citoyens en colère ont exprimé leur indignation. L’élément qui a provoqué ces soulèvements soudains était la violente répression de la Marche pour la marijuana de Sao Paulo par les forces armées, le 21mai. [ La chaîne TV Trip a tourné une magnifique vidéo de la marche pour la Marijuana ] La violence était telle qu’elle a éveillé la colère de milliers de jeunes gens, qui se sont organisés à travers des réseaux sociaux tel que Facebook et qui ont participé, le week-end d’après, à la première marche pour la liberté à Sao Paulo

 Première marche pour la liberté à Sao Paulo. Photo de Marcel Bertoldi/Fora do Eixo sur Flickr (CC BY-NC-SA 2.0).

Première marche pour la liberté à Sao Paulo. Photo de Marcel Bertoldi/Fora do Eixo sur Flickr (CC BY-NC-SA 2.0).

L’appel [en portugais] à la marche de la liberté était adressé à tout le monde et invitait à revendiquer la liberté d’expression :

Quando a tropa de choque bateu nos escudos e, em coro, gritou CHOQUE! a Marcha pela Liberdade de Expressão do último sábado se tornou muito maior. Não em número de pessoas, mas em importância, em significado. Foram liminares, tiros, estilhaços, cacetadas, gases e prisões sem sentido. Um ataque direto, cru, registrado por centenas de câmeras, corpos e corações. Muita gente acha que maconheiros foram reprimidos. Engano… Naquele 21 de maio, houve uma única vítima: a liberdade de todos.

Quand les troupes anti-émeute ont frappé leurs boucliers et crié en choeur CHOC !, la marche pour la liberté d’expression, samedi dernier, a pris de l’ampleur, non pas en termes de participants mais parce qu’elle a gagné en importance. Il y a eu des sommations, des coups de feu, des éclats, des bagarres, des grenades lacrymogènes et des arrestations inutiles et arbitraires. Une confrontation directe et violente, filmée par des centaines de caméras, mémorisée par des centaines de corps et de cœurs. Nombreux sont ceux qui pensent que les fumeurs de marihuana ont été opprimés. Faux… En ce 21 mai, il y a eu qu’une seule victime : la liberté de tous.

Le mouvement qui, à la base, était à la fois spontané et politique, était marqué par l’absence de hiérarchie, d’organisations ou d’idées politiques. Mais la révolte s’est propagée comme une épidémie sur 40 villes brésiliennes.

 Quarante villes se sont rassemblées pour la liberté, le samedi 18 juin 2011.

Quarante villes se sont rassemblées pour la liberté, le samedi 18 juin 2011.

La majeure partie de la magistrature brésilienne a décidé d’intervenir et le 15 juin, la Cour suprême a rendu son jugement au cours du procès autorisant l’organisation de manifestations pour la légalisation de la marijuana. Cette décision était la garantie que les manifestants pouvaient se rassembler sans faire l’objet d’attaques à coup de matraques, de gaz poivré ou de bombes. Júlio Delmato, un membre de Coletivo DAR (DAR signifie « l’éveil de la raison »), croit que la deuxième marche de São Paulo était une victoire sur l’oppression.

Este sábado marcou não só o dia nacional de marchas pela liberdade como também a primeira vez em que pudemos sair às ruas em São Paulo e falar sobre políticas de drogas sem mordaça.

Ce samedi ne s’est avéré non seulement comme étant la journée nationale des marches libres, c’était aussi la première fois que nous avons pu sortir dans les rues de São Paulo et parler de la politique concernant la drogue sans être bâillonnés.
 Marche pour la liberté à Curitiba. Photo d’André Rodrigues, accessible sur le blog Tudo de Fotografia.

Marche pour la liberté à Curitiba. Photo d’André Rodrigues, accessible sur le blog Tudo de Fotografia.

Dans chaque ville, des revendications locales se sont ajoutées à celle de liberté d’expression. La marijuana était une revendication parmi tant d’autres. Les activistes ont notamment manifesté contre la construction de la centrale hydroélectrique prévue à Belo Monte, [en anglais], contre la nouveau code forestier voté récemment, pour la démocratisation des médias, pour de meilleurs transports publics, pour l’égalité des sexes, contre l'utilisation sans discernement de pesticides et pour la lutte contre l'homophobie. Même les médias traditionnels n’ont pas pu éviter de parler de la marche pour la liberté, par contre les médias alternatifs ont fait des reportages détaillés. Le Circuito Fora do Eixo [portugais], un réseau culturel avec 72 sites sur l’ensemble du territoire brésilien, a diffusé en direct des reportages sur différentes marches dans plusieurs villes. Le journal Brasil de Fato [portugais], créé lors du Forum Social Mondial qui rassemble uniquement des informations sur les mouvements sociaux, parle également de la marche :

[A marcha em Curitiba] está sendo organizada por grupos de artistas independentes, partidos políticos, feministas e grupos de LGBT, anti-racistas, ambientalistas, do movimento estudantil e de comunicação. “De forma geral, podemos observar o protagonismo da juventude tanto na organização da marcha quanto nos movimentos que a compõe”.

[La marche de Curitiba] est organisée par un groupe d’artistes indépendants, des partis politiques, des groupes féministes et des groupes LGBT, des antiracistes, des écologistes, et des étudiants. On observe globalement que les jeunes jouent un rôle éminent dans l’organisation de la marche et des mouvements associés.”

Le journaliste Xico Sá mentionne dans son blog 22 motifs [portugais] pour participer à la marche pour la liberté. En voici quelques uns :

I)Temos que retomar o prazer pelas ruas, seja em um passeio, seja em um ensaio de revolta. A velha lição do flâneur, do que vaga ou do que atira pedras. VII) O protesto pode sim virar uma festa. Quando isso acontece é ainda mais perigoso para o Establishment entediado e careta. IX) É livre a participação de todos as legendas, mas que levemos de partidos para a avenida apenas os nossos pobres e resistentes corações. XI) É numa passeata que você pode encontrar de verdade o amor da sua vida. Aquele amor acima de qualquer suspeita ideológica. XIII) Sim, protestamos mas não somos chatos, tiramos la buena onda, preste atenção como agora somos ainda mais anarquistas. XIV) O blasé datou, é hora de escancarar a bocarra e mostrar que tem peito e uma alma capaz de escândalos. XVII) Como a liberdade é um mote muito amplo, aproveite para protestar contra tudo e contra todos. XVIII) Se der vontade, tire a roupa. XXI) Triste da geração que passa pela vida sem fazer um barulho ou uma confusão bem grande na existência. XXII) Protestar é sexy, é Eros derrotando a morte de quem aceita o pijama como um precoce paletó de madeira.

I) Nous devons nous réapproprier le plaisir des rues, peu importe si cela se fait par des promenades ou par des tentatives d’insurrection. Le vieil exemple des flâneurs, des vagabonds ou des lanceurs de pierres. VII) La protestation peut se transforme en une fête. Quand c’est le cas, c’est encore plus dangereux pour l’ordre établi traditionnel et ennuyeux. IX) La participation est gratuite pour tous, il suffit d’amener notre cœur si bon et si constant dans les rues. XI) Dans une marche de protestation, tu peux trouver l’amour de ta vie. Cet amour allant au-delà de tout soupçon idéologique. XIII) Oui, nous protestons mais nous ne sommes pas ennuyeux, nous sommes cools et remarque que nous sommes de plus en plus anarchiques. XIV) L'indifférence est révolue, le temps est venu d'ouvrir la bouche et de montrer que nous possédons des poitrines et des âmes capables de faire scandale. XVIII) Si tu veux déshabille- toi XXI) Triste est la génération qui vit toute son existence sans faire de vacarme ou semer une grosse confusion. XXII) Protester, c’est sexy, Eros a vaincu la mort, qui vous met un pyjama bien avant de vous faire entrer dans le cercueil.
 Marche pour la liberté au Brésil. Photo de Marcus Franchi Nogueira sur Facebook (avec son aimable autorisation)

Marche pour la liberté au Brésil. Photographiée par Marcus Franchi Nogueira sur Facebook (avec son aimable autorisation)

Indymedia Brazil, le collectif qui ont organisé la marche pour la liberté à Natal ( Rio do Norte) a invité ses compatriotes à participer à la marche [portugais] :

Nossas reivindicações não têm hierarquia. Todas as pautas se completam na perspectiva da luta por uma sociedade igualitária, por uma vida digna, de amor e respeito mútuos. Somos todos pedestres, motoristas, cadeirantes, catadores, estudantes, trabalhadores. Somos todos idosos, índios, travestis. Somos todos nordestinos, bolivianos, brasileiros, vira-latas. E somos livres.

Nos revendications n’ont pas de hiérarchie. Tous les points à notre ordre du jour poursuivent l’objectif de lutter pour une société égalitaire, une vie digne, pleine d'amour et de respect d’autrui. Nous sommes tous piétons, automobilistes, personnes en fauteuil roulant, éboueurs, étudiants, travailleurs. Nous sommes tous personnes âgées, autochtones, travestis. Nous sommes tous du Nord-Est, Boliviens, Brésiliens, sans abri. Et nous sommes libres.

Dans la capitale brésilienne comme à Natal, la marche pour la liberté a été exécutée en même temps que le Slut Walk, une manifestation de femmes revendiquant le respect de leur corps et de leurs vêtements.

Cuiabá Marche de la liberté. Photo de Ederson Deka sur Flickr (CC BY-NC-SA 2.0).

Marche de la liberté de Cuiabá . Photo de Ederson Deka sur Flickr (CC BY-NC-SA 2.0).

Bien que moins de gens que prévu ne soient venus, à Cuiabá, la capitale du Mato Grosso, la marche s’est déroulée dans les rues principales, où se trouvent les bistros et clubs les plus huppés. Avec les cris, les affiches et les sifflets quasi traditionnels, c’était une des plus importantes protestations des derniers temps qui a prouvé que la théorie de l'apathie de la jeunesse était fausse. Le Mato Grosso est connu pour être un Etat dans lequel les politiciens sont réactionnaires et qui est dirigé par un petit groupe de parlementaires formant une «oligarchie moderne”. Celle-ci prend les décisions dans les secteurs qui devraient être réservés aux citoyens. Comme indiqué sur le blog Rad Rocker [portugais] la marche au Mat Grosso a été accompagnée de slogans particuliers :

Marchinhas do tipo “Livra, livra, livra a sociedade desse Riva” e “Walter Rabelo, cadê você, eu vim aqui só pra te ver” foi o jeito animado encontrado para criticar o governo e o descaso com a sociedade cuiabana.

Des slogans comme”Délivrer la société de ce Riva ” et “Walter Rabelo, où es-tu ? C'est pour toi que nous sommes venus ” exprimaient de manière vivante la critique envers le gouvernement et la négligence dont il fait preuve face à la société de Cuiabá.

Beaucoup d’histoires, de revendications et le souhait que les choses changent. Les manifestants se sont époumonés à réclamer la justice, la démocratie et les droits de l’homme au Brésil. Cela a clairement montré que la patience d’un peuple qui souffre tout en restant heureux a des limites. Comme Xico Sá le disait, la protestation peut devenir une fête, et cela correspond à ce que veut le Brésil. Des millions de jeunes ont protesté avec des nez de clown, des posters et des costumes de carnaval pour montrer qu’ils en avaient MARREde tout ce qui marche de travers.

 La marche pour la liberté à Belo Horizonte. Photo de Junia Mortimer/Coletivo, disponible sur Flickr (CC BY-NC-SA 2.0)

La marche pour la liberté à Belo Horizonte. Photo de Junia Mortimer/Coletivo, disponible sur Flickr (CC BY-NC-SA 2.0)

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site