Russie : Questions après le naufrage d'un bateau de croisière

Dans l'après-midi du dimanche 10 juillet 2011, le bateau de croisière “Bulgaria” a chaviré sur le lac de barrage de Kouibychev sur la Volga. Selon les chiffres officiels [en russe], 129 passagers sont toujours portés disparus et se seraient noyés.

La réaction des gens aux catastrophes en dit souvent beaucoup sur les temps et circonstances où ils vivent et leurs attentes devant l'avenir. Dans une Russie sujette aux désastres, ces événements tragiques sont souvent une occasion de faire étalage d'unité nationale pour honorer les victimes, généralement entourées d'un grand respect et de prévenances. C'est ainsi que le Président Dmitri Medvedev a décrété [en russe] le 12 juillet 2011 journée de deuil national.

Cependant, à lire la blogosphère russe, le pressentiment national semble l'emporter sur le deuil, car, pour de nombreux blogueurs ce naufrage arrive comme un symbole du destin futur de la Russie.

Volga steamer the "Bulgaria" on its way up river. Image by Wikipedia.

Le vapeur "Bulgaria" remontant la Volga. Photo Wikipedia.

En premier lieu cependant, c'est l'état déplorable du bateau qui a fait l'objet d'une intense discussion, tant dans la presse que sur les blogs. En dépit d'informations contradictoires, l'impression générale est d'un cercueil flottant. Les données relativement mesurées – et variables – sur le “Bulgaria” dans le Wikipedia russe sont très parlantes : construit en 1955, pas de cloisons étanches, pas de révisions majeures, changement de nom l'an dernier, quitte le port avec une gîte de 5 pour cent à tribord, moteur gauche hors service, 208 personnes à bord au lieu du maximum assigné de 140 ; cette accumulation l'a fait couler en pas plus de trois minutes.

Pas besoin d'être marin pour voir que le “Bulgaria” ne pouvait pas tenir l'eau, et on ne peut qu'imaginer la course d'obstacles de ses gérants pour esquiver les inspections de sécurité et autres contrôles de sécurité.

Courroux et fureur se déchaînent aussi parmi les blogueurs. Voices from Russia donne voix [en anglais] aux nombreux cris de vengeance, mais exploite aussi la tragédie en appelant à une Russie plus autoritaire :

Inutile de le dire, des têtes vont tomber après ça. Les parties responsables vont prendre une leçon, les petits… ils vont avaler tout le sens et les pleines conséquences de la каторга (katorga : les travaux forcés) à la Colonie pénitentiaire 1313 de la république de Sakha… ou ils vont goûter les plaisirs divers et variés de la Colonie pénitentiaire 3131 sur la péninsule Anadyr. Ils ont combattu la loi et la loi a vaincu ! C'est pas bien de faire l'idiot avec VVP [V.V. Poutine]… il arrive des choses (comme des rochers qui éclatent sous le soleil arctique). On est pas au pays des merveilles républicain du Texas… où Kenneth Lay, la célébrité d'Enron (pote de GWB et “chrétien” Born-again tapageur”) n'a pas passé une journée en prison. Soit on fait comme en Russie, où les hommes d'affaires mécréants vont en prison… soit c'est comme au Texas, où les hommes d'affaires flibustiers sont dorlotés. En 2012, vous aurez le choix… choisissez bien… car vous n'aurez pas de “deuxième chance”.

A l'inverse de ce discours, un grand nombre de blogueurs montrent leur méfiance des autorités publiques, et pointent leur bilan notoire de mauvaise gestion de l'information même lorsque confrontées à des crises et catastrophes patentes. C'est ainsi que l'information officielle initiale sur le naufrage du Bulgaria a parlé d'accident mais sans victimes.

Un commentaire précoce de l'utilisateur LJ 999allan999 s'en fait l'écho par la simple présentation [en russe] d'un assortiment de dépêches sur l'accident sous le titre suggestif :

Как обычно. Сначала официально-бодрое «жертв нет»…

Comme d'habitude. D'abord officiellement un gaillard «pas de victimes»…

L'utilisateur LiveJournal shri_boomer – lui même officier de marine – est dans la même veine [en russe], mais exprime aussi sa répugnance pour les passagers des autres bateaux qui filmaient ceux du Bulgaria en train de se noyer :

Во время этой трагедии, поразила не только неспособность государства, дать какую-то вразумительную информацию обществу, но и то, что мимо тонущего судна спокойно проходили другие теплоходы, а люди стоявшие на палубе снимали трагедию на видеокамеры и телефоны. Эта дикость, от которой мурашки бегут по коже, свидетельствует только об одном: люди настолько зачерствели, что перестали быть людьми.

Pendant cette tragédie, j'ai été frappé non seulement par l'incapacité de l'Etat à donner à la société une quelconque information intelligible, mais aussi que d'autres navires aient tranquillement dépassé le vapeur en train de couler, et les gens debout sur le pont filmaient la tragédie avec leurs camescopes et téléphones portables. Cette barbarie, qui donne des fourmillements, ne témoigne que d'une chose : les gens se sont endurcis au point de cesser d'être humains.

Evoquant seulement les catastrophes les plus récentes, shri_boomer continue [en russe] à stigmatiser la tendance du pouvoir à passer par pertes et profits tout ce qui ne marche pas et à resserrer son contrôle sur ce qui semble fonctionner, même si personne ne va obéir :

Налицо все признаки того, что питерская ОПГ, теряет контроль в управлении страной [—]. Каждый день государственная власть поражает нас новшествами по усилению безопасности граждан и обустройству России.
Взорвалась бомба в Домодедово – досмотр пассажиров ужесточить, Домодедово отобрать. [—]
Списать самолеты «Ан», списать вертолеты Ми-8, списать речной флот. Да, что там, списать устаревшего девяносто процентов трамвайно-тролейбусного парка страны, десятки тысяч автобусов, миллионы километров водопроводных труб и линий передач, сотни ТЭЦ и ГЭС. Все это нужно списать, а досмотр пользователей ужесточить. [—]
После всего этого можно будет списать население. И тогда наступит настоящий День Траура. Жаль только, что соблюдать его будет некому, ибо придет Время Троглодитов.

Tous les signes sont là que la bande de St. Pétersbourg perd le contrôle de la direction du pays [—]. Chaque jour le pouvoir d'Etat introduit de nouvelles mesures pour renforcer la sécurité des citoyens et l'amélioration de la Russie.
Une bombe explose à [l'aéroport de] Domodedovo : contrôle plus strict des passagers, fermeture de Domodedovo.
Mettre une croix sur un avion «An», mettre une croix sur les hélicoptères Mi-8, mettre une croix sur la marine fluviale. Mais oui, et avec ça, mettre une croix sur 90 pour cent du parc obsolète de tramways et trolleybus du pays, des dizaines de milliers d'autobus, des millions de kilomètres de canalisations d'eau et de lignes de transmissions, des centaines de stations électriques et d'usines hydro-électriques. Tout cela doit être mis à la casse, et le contrôle des usagers renforcé. [—]
Après ça, autant passer aussi la population par pertes et profits. Alors nous aurons une véritable Journée de Deuil. Mais malheureusement, il n'y aura personne pour l'observer, à moins qu'on revienne au temps des cavernes.

Dans un état d'esprit similaire, l'utilisateur LiveJournal dr_lunikoff compare [en russe] l'époque de la disparition de l'Union Soviétique et la situation actuelle :

В связи с этим вспомнился стишок 1989 года, который ходил тогда у нас по рукам и из-за которого нас чуть из школы не выгнали. Стишок был выучен наизусть (чтоб не быть пойманным с крамолой на руках), потому и запомнился. Он описывал самые заметные ужасы катастройки (в частности, гибель теплохода “Адмирал Нахимов” в 1986 году) и до ужаса был похож на сегодняшние реалии:

Утопили пароход,
Пропустили самолет,
Наркоманов развели,
СПИД в Россию завезли
И какая-то пи..да
С рельсов валит поезда…

En rapport avec ça, je me suis souvenu d'un petit poème de 1989, qui passait alors de main en main et nous a presque fait renvoyer de l'école. On apprenait le poème par coeur (pour qu'on ne nous attrape pas la sédition dans les mains), et c'est pour que je l'ai retenu. Il décrivait les horreurs les plus connues de la katastroïka [mot combinant catastrophe et perestroïka], (notamment la perte du navire “Admiral Nakhimov” en 1986) et il a une ressemblance effrayante avec les réalités d'aujourd'hui : 

Ils ont coulé un bateau,
Perdu un avion,
Multiplié les toxicomanes,
Apporté le SIDA en Russie,
Et toutes les autres m…es
Et les trains déraillent…

Pour conclure, Viktor Perfilov de Kazanskie vedomosti résume [en russe] l'ambiance :

Я невольно вспоминаю ту известную фразу Путина о АПЛ “Курск”, хотя в то время мне и 10 лет не было
– Что случилось с Вашей лодкой?
– Она утонула

А Медведев пока не нашел, что сказать на сей счёт. Системный кризис [—] проявляется всё больше, а положение лучше не становится. И лучше при нынешней ситуации вряд ли станет…

Je ne peux m'empêcher de me rappeler la célèbre phrase de Poutine sur le sous-marin “Koursk”, même si je n'avais même pas dix ans à l'époque :
– Qu'est-il arrivé à votre bâtiment ?
– Il a coulé.
Et Mededev n'a toujours rien trouvé à dire là-dessus. La crise systémique est de plus en plus visible, et la situation ne s'améliore pas. Et dans les circonstances actuelles, elle a peu de chance de le faire.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français

Non merci, je veux accéder au site