Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Kenya : Facebook va-t-il supprimer le compte d'un baron de la drogue ?

[Liens en anglais] Un blogueur kenyan, Daudi Were, vient de soulever une question intéressante : le gouvernement américain va-t-il appliquer le “Kingpin Act” (la loi contre les caïds de la drogue) contre Facebook pour avoir apparemment fait affaire avec John Harun, un ressortissant kenyan accusé au début de l'année d'être un baron de la drogue (Voir le communiqué de presse de la Maison Blanche) ?

Le “Kingpin Act” interdit à tous les trafiquants de drogue, à leurs entreprises et à leurs complices l'accès au système financier américain ainsi que toute transaction commerciale ou financière avec les entreprises américaines ou ressortissants des Etats-unis.

Daudi fait quelques observations intéressantes dans son post intitulé “Facebook va-t-il supprimer le compte de Mwau” :

En d'autres termes, le “Kingpin Act” identifie les gros trafiquants de drogue à travers le monde, leurs organisations et leurs complices et empêche toute transaction financière entre eux et les entreprises américaines ou les ressortissants américains

Daudi ajoute :

Facebook est un réseau social géré et appartenant à Facebook, Inc, une entreprise privée. Facebook, Inc a été créée en 2004 et a son siège à Palo Alto, en Californie. C'est une entreprise américaine dont les actionnaires sont, entre autres, Mark Zuckerberg, Accel Partners, Digital Sky Technologies, Greylock Partners, Meritech Capital Partners et Microsoft.

Rappelons que selon les termes du “Kingpin Act”, les ressortissants des Etats-unis et les entreprises américaines n'ont pas le droit d'être liés commercialement à des trafiquants de drogue. Ceux qui enfreignent cette loi encourent des amendes allant de 1 à 10 millions de dollars et, ce qui n'est pas rien, une peine de prison de 30 ans.

Hier soir, j'ai noté que de la pub pour John Harun Mwau était apparue sur Facebook, avec le message ci-après :

La réussite et la richesse ne sont qu'un état d'esprit. Venez découvrir sur ma page Facebook les principes qui m'ont guidé vers le succès.

C'est de la pub commerciale, qui implique généralement une forme de transaction financière, le type de transaction interdite par le “Kingpin Act”.

Il poste ensuite une question importante qui mérite une réponse de la part de Facebook :

Le monde est un village. Personne ne peut prévoir à quel moment “un important trafiquant de drogue” va acheter de la pub en utilisant vos services. La vraie question en l'occurrence est de savoir ce que vont faire des entreprises américaines comme Facebook et Microsoft lorsqu'elles vont découvrir que des individus avec lesquels elles ne sont supposées avoir aucune transaction achètent leurs services ?

Jke du blog KikuyuMoja fait ce commentaire :

Facebook et Mwau : aha ! bonne question ! Je voudrais bien voir quelqu'un de l'ambassade américaine répondre à cette question. Peut-être qu'ils vont prétendre que la pub n'a pas été achetée par Mwau mais par ses sympathisants (ce qui n'est pas la même chose, n'est-ce pas ?).

Réponse de Daudi :

@JKE — la loi vise les trafiquants, leurs entreprises et leurs complices. Donc les amis, les amis des amis, les sympathisants, etc., tout ce monde pour moi tombe sous le coup de la loi.

La désignation de John Mwau comme baron de la drogue en juin dernier avait suscité tout un buzz en ligne.

Réagissant à la nouvelle, le blog Kenyan Jurist avait écrit à l'époque :

La désignation de Mwau comme parrain de la drogue fait de lui un paria, et toute transaction financière avec lui devient risquée, surtout si elle tombe sous le coup des lois américaines. Cela s'applique à toute transaction internationale où l'argent aurait par exemple à transiter par les Etats-unis. C'est aussi un avertisssement lancé au gouvernement du Kenya pour qu'il prenne au sérieux le problème du trafic de drogue.

Le blog Kenyan Stockholmpublié la lettre de Barack Obama relative au “Kingpin Act”, ce qui a suscité 21 commentaires.

Suite à l'attaque présumée du véhicule de Mwau, le blogueur Wesley Rants a écrit :

L'idée selon laquelle Obama en a après la fortune personnelle du “parrain” et que par conséquent sa vie serait en danger montre à quel point ils sont littéralement aux abois, vraiment.

Quant à sa demande adressée au gouvernement pour qu'on lui affecte des agents de sécurité supplémentaires, n'ai-je pas lu que le chauffeur était accompagné d'un garde du corps dans la voiture ? Tous les parlementaires ne bénéficient-ils pas d'un garde du corps à nos frais ?

Peut-être que nos parrains locaux devraient suivre l'exemple des parrains mexicains qui se font fabriquer de véritables tanks de guerre.

Le “Kingpin Act” est-il simplement une opération de communication ? Les Kenyans sont impatients de voir quelle réponse officielle sera apportée à la question soulevée par Daudi Were.

1 commentaire

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site