Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Côte d'Ivoire : Le limogeage surprise de Brou Aka Pascal à la tête de la RTI

La décision  est tombée comme un couperet ce week-end de fin juillet : Le directeur général de la RTI (Radio Télévision Ivoirienne), Brou Aka Pascal, a été démis de ses fonctions par le président de la République Alassane Dramane Ouattara. Comme une trainé de poudre la nouvelle a fait le tour du web et les commentaires aussi divers que nombreux ont fait leur chemin.

Nombreux sont les ivoiriens qui ont été choqués par cette décision annoncée par un communiqué laconique :

Cette décision est la conséquence de graves dysfonctionnements observés dans la gestion quotidienne de la RTI. Ces dysfonctionnements ont atteint leur paroxysme le samedi 30 juillet dernier. En effet, la direction générale de la RTI n’a dépêché aucune équipe de reportage pour assurer la couverture du retour du président de la République de sa visite aux États-Unis d’Amérique

Nommé au plus fort de la crise post-électorale ivoirienne à la tête de Télévision Côte d'Ivoire (TCI) puis conduit à la direction de la RTI après la chute de Laurent Gbagbo, Brou Aka Pascal avait la  lourde mission de redémarrer une télévision en lambeau tant au niveau humain qu'au niveau matériel.

Capture d'écran du débat télévisé sur RTI pour les éléctions présidentielles en novembre 2010

A une semaine du redémarrage de la nouvelle RTI, nombreux sont les Ivoiriens et observateurs qui sont surpris par ce limogeage. Sur les réseaux sociaux comme dans les rédactions, le constat est clair: cette décision tombe mal.

Ainsi le site Internet afreekelection sur son compte Twitter qualifie cette décision d'incongrue :

Côte d’Ivoire – Limogeage du DG de la Télévision nationale : Une décision incongrue http://t.co/5lAdvC5 #civ2010 #frci #ado #senegal #rti

Dans son article le site va plus loin en posant des questions de fond sur cette situation :

 Aussi incongru que cela puisse paraître, comment peut-on imputer à un Directeur Général la responsabilité de l’absence d’une équipe de reportage fût-il pour la venue du chef d’Etat ? On ne peut réduire la fonction du Directeur Général à de simples programmes de reportages.

L'internaute ivoirien Jean (@Axiome1) reprend un sondage du portail ivoirien Abidjan.net sur son profil pour argumenter le désaccord des internautes ivoiriens:

#CIV2010 Sondage: Limogeage de Brou Aka Pascal (abidjan.net) >> Trop sévère à 61.60% ou 1049 votes // Approprié à 30.59% ou 521 votes

Ce qui alimente le scepticisme le plus c'est les véritables raisons du limogeage de ce journaliste qui avait animé le débat historique entre Laurent Gbagbo et Ouattara Alassane au second tour de l'élection présidentielle en novembre 2010.

Pour l'hebdomadaire Jeune Afrique, “L'indépendance de Brou était gênante“. Dans cet article, ce journal nous annonce que le débarquement de Brou Aka Pascal est la conséquence de sa volonté de présenter les réalités quotidiennes des Ivoiriens, ce qui n'aurait pas été du goût des nouvelles autorités.

Quelles que soient les motivations de cette décision, elle passe mal au niveau de l'opinion nationale  et nombreux sont ceux qui attendent de voir la suite.

Pour l'heure, la passation de fonction à eu lieu le mardi 2 août 2011 dans les locaux de la RTI et le nouveau directeur général (par intérim) Aka Sayé Lazare promet une télévision nouvelle sur  le compte officiel Twitter de la RTI (@RTI_Officiel)

“Nous ferons les changements indispensables à l'émergence d'une #RTI nouvelle dès le 6 août 2011″ Aka Sayé Lazare #civ2010

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site