Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Togo : Les journalistes dénoncent les atteintes à la liberté de la presse

Des journalistes togolais ont battu le pavé le samedi 6 août pour dénoncer des menaces d’atteinte à la vie qui planent sur certains des leurs. L’appel a été lancé le mercredi 03 août à Lomé par l’association SOS Journalistes en Danger.

Bannière de "SOS Journaliste-en-Danger" au Togo

Depuis quelques jours, des professionnels de l’information et de la communication réunis au sein de SOS journaliste en danger tirent la sonnette d’alarme sur des menaces qui planent sur un groupe de journalistes togolais estimés « critiques envers le pouvoir ».
Ces menaces, à en croire Ferdinand Ayité, le président de SOS journaliste en danger, émanent de l’Agence nationale de renseignement (ANR) et comme l'explique Fabbi Kouassi sur son blog, font état d’un plan visant à :

porter atteinte à l’intégrité physique des journalistes, notamment par les moyens d’accidents déguisés, les empoisonnements, et des affaires montées de toute pièce.

Selon les responsables de l'association, ces menaces ont été confirmées par une lettre anonymes d’alerte, écrite par un présumé agent de la gendarmerie travaillant à l'ANR et adressée aux journalistes visés dans la journée du 21 juillet 2011.
L’appel lancé par ce regroupement de journaliste bénéficie du soutien des organisations de défense des droits de l’homme, de syndicats, de partis politiques et d’autres organisations de presse locales.
Dans une déclaration conjointe, l’Union des journalistes indépendants du Togo (UJIT), le Conseil national des patrons de presse (CONAPP) et l’Observatoire togolais des médias (OTM) disent avoir saisi la Commission nationale aux droits de l’homme (CNDH) pour l’ouverture d’un dossier autour de cette affaire et, encouragent les confrères menacés à jouir de leur droit en saisissant la justice pour la manifestation de la vérité.

Presse écrite au Togo via le Blog de Godwin Afedo

Sur Togoforum, Une synthèse des événements de la semaine décrit le déroulement de cette procédure :

 

Les responsables de l’Union des Journalistes Indépendants du Togo (UJIT), le Conseil National des Patrons de Presse (CONAPP) et l’Observatoire Togolais des Médias (OTM) ont rencontré :

- Dans la journée du Mercredi 27 Juillet 2011, le Ministre de la Sécurité et de la Protection Civile et celui de la Communication

-Dans la journée du Vendredi 29 Juillet 2011, le Président de la HAAC au siège de l’Institution,

-Dans la journée du Lundi 1er Août 2011, le Président de la CNDH, le Ministre de la Communication une seconde fois, la Ministre des Droits de l’Homme, de la Consolidation de la démocratie et de la Formation Civique et le Directeur de la Communication de la Présidence de la République du Togo à leurs bureaux.

[..]

Ces responsables ont au cours de ces différentes rencontres exprimé leur inquiétude sur les menaces qui pèseraient sur certains de leurs confrères avant d’inviter les Autorités à réellement s’impliquer dans la sécurité et la protection de tous les journalistes.

La marche de protestation des journalistes avait essentiellement pour but, à en croire les organisateurs, de dénoncer les prédateurs de la liberté de presse. Ils entendent organiser dans les prochains jours des actions plus corsées pour la sauvegarde de la liberté de presse au Togo.
Au Togo, l’ANR est aujourd’hui au centre d’une vague de dénonciation de violations flagrantes des droits de l’homme.

1 commentaire

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site