Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Côte d'Ivoire : Un tragique accident endeuille Abidjan

Le vendredi 5 août a été un jour tragique en Côte d'Ivoire. Un autobus de la Société des Transports Abidjanais (SOTRA) assurant la liaison entre les quartiers Vridi et Adjamé est tombé dans la lagune Ebrié avec tous ses passagers. Le bilan provisoire est d'une quarantaine de victimes et de 9 blessés. Un deuil national de trois jours a été décrété.

Wilfried Toussine (@Toussine), un étudiant ivoirien, a dès la matinée de l'accident donné l'information à travers un message succinct sur son blog :

Un accident s’est produit ce matin (05 Août 2011) à Abidjan. Il s’agit d’un bus de la Sotra (Société des transports Abidjanais)  qui a chuté ce matin dans la lagune Ebrié depuis le pont Felix Houphouët Boigny

Il a ensuite proposé  sur son blog tout au long de la journée un live blogging pour suivre l'évolution des secours. On peut y entendre un témoin qui a assisté au drame et trouver le lien vers une vidéo des premiers secours, publiée sur Facebook par Emmanuel René Oyoua, ainsi que vers des photos.

L'information relayée par les réseaux sociaux a fait le tour de la ville et très vite les badauds ont afflué, rendant difficile le travail des secouristes. L'accident de cet autobus serait dû à une manœuvre pour éviter un véhicule sur le pont Houphouët-Boigny.

Abidjan, 5 aout 2011 : les secouristes évacuent blessés et victimes après le drame du pont Houphouet Boigny – Photo du compte @toussine sur Twitpic, reproduite avec autorisation

Le site Internet avenue225 a consacré un article à l'accident intitulé ” Drame sur le pont FHB : Un bus de la sotra (ligne 19) dans la lagune“. La rédaction du site ne pouvait répondre aux questions que tous les Ivoiriens se posent encore en attendant l'enquête officielle.

Que s’est-il réellement passé ? Personne ne le sait encore avec précisions. Mais selon des témoignages, c’est un peu après 5h 30 que le bus reliant Adjamé à Vridi et qui était plein à craquer, aurait effectué une mauvaise manœuvre pour se retrouver totalement immergé dans l’eau. Rien de précis sur les circonstances de l’accident.

La Une du quotidien gouvernemental Fraternité MatinLes rédactions des quotidiens ivoiriens, comme le quotidien gouvernemental ivoirien Fraternité Matin (à droite) ont fait des Unes en noir au lendemain de ce drame, qui a été d'abord relayé par Internet. Les internautes ivoiriens avaient de leur côté créé, le jour même de l'accident, différents avatars sur Facebook et Twitter pour rendre hommage aux victimes de l'accident. On peut voir sur le compte Twitter de Cyriac Gbogou un de ces avatars à fond noir, avec l’ inscription RIP (Repose en paix) et sur Twitter un hashtag a été créé pour parler du drame du bus de la ligne19 et de l'enquête : #civbus19.

Avatar de deuil

Avatar de condoléances

Deux jours après cet accident de bus, qui n'a pas été le seul de la journée, les Ivoiriens sont toujours sans réponses aux nombreuses questions qui les assaillent: Pourquoi ? Comment ? Qui est responsable ? Les autobus de la SOTRA sont-ils encore fiables? Pourquoi les pompiers manquent-ils tant d'équipements ? Des questions pour lesquelles il faudra encore attendre pour avoir les réponses.
Le gouvernement a été très réactif et le chef de l'État ivoirien s'est rendu sur les lieux du drame. Un deuil national de trois jours a été décrété et les festivités du 51ème anniversaire de l'Indépendance, le 7 août, ont été allégées, par respect pour les victimes.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site