Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Blogueur de la semaine : Yaya Coulibaly

Yaya Coulibaly est agronome à la Station de recherche agricole de Cinzana-Gare [en anglais], un village situé à 37 km de la ville de Ségou au Mali. La mission de la Station est d'améliorer les variétés cultivées pour assister les communautés rurales locales dans leurs pratiques agricoles. Yaya est aussi un participant au projet soutenu par Rising Voices Ségou Villages Connection [en anglais], dans lequel il a été partie prenante à diverses formations menées par Boukary Konaté, en vue de raconter ce qui se passe dans ces communautés rurales de la région de Ségou malgré de nombreuses difficultés en matière d'accès à internet. Il a créé un compte Twitter (@YCoulibaly), où il a commencé à twitter en français sur cette partie de son pays qui lui est si familière du fait de son travail. Il est aussi un contributeur du blog du projet sur Ségou Infos [en français].

Yaya Coulibaly de Toujours Pas Sages

Dans cet entretien par courriel, Yaya évoque ses expériences, ses visions d'avenir, et les besoins en nouvelles technologies du Mali rural.

Rising Voices : Raconte-nous un peu sur toi-même, bref qui es-tu, ce que tu fais dans la vie… et ainsi de suite

Y. C. : Je suis Yaya Coulibaly, je réside à Cinzana-Gare, un village situé à 37 km de Ségou ville. Je suis agronome à la station de recherche agronomique de Cinzana – Gare au Mali. Notre mission est de créer des variétés améliorées et de les mettre à la portée du monde rural pour le développement de l’agriculture.

Parle-nous de ton parcours avec l'équipe des Toujours Pas Sages et Ségou Infos: Comment as-tu intégré l'équipe , pourquoi l'as-tu fait, que faites-vous exactement …..et ton travail en particulier, comment collectes-tu les infos – est-ce facile de contacter les gens ? C’est un peu genre journaliste local ?

J’ai rencontré Boukary Konaté @fasokan, l’initiateur du projet Toujours Pas Sages Mali, lors d’une de ses formations des populations locales à internet. C’est suite aux échanges autour des objectifs visés par Ségou infos que j’ai adhéré à l’équipe formée par Boukary. Vu toute la nécessité de la mise en place d’un espace d’information, de communication et de partage d’expérience, j’ai trouvé que cette idée peut résoudre en grande partie, la désinformation dans les villages et surtout informer les citadins et d’autres pays en ligne, sur les activités quotidiennes de nos localités. La pertinence et l’originalité de l’initiative sont deux facteurs qui m’ont surtout motivé à faire chemin avec Ségou Infos.

Mon rôle dans le groupe, comme d’ailleurs tous les membres, consiste à recueillir l’information sur les actualités, les traditions, la culture, les cérémonies traditionnelles et les envoyer à Boukary par SMS qui les publie sur le blog Ségou Infos. Même si ce n’est pas facile, on fait de nos mieux pour envoyer une image par rapport à l’information envoyée.

Tu es agronome et c'est bien loin de ce que tu fais maintenant dans Ségou Infos du coup, à quel point estimes-tu que ta carrière bénéficie de la formation que tu as reçue ? A quel point estimes-tu que la nouvelle technologie occupe un rôle dans notre vie quotidienne ?

En ce qui concerne la collecte des informations, ça se fait de différentes manières :
Des choses peuvent se passer en notre présence et nous pouvons envoyer cette information sans avoir recours à quelqu’un parce que tout s’est passé devant nos yeux.
Des choses peuvent également se passer dans les villages un peu loin de nous. Quand nous les apprenons, nous nous rendons là-bas pour prendre l’information à la source. Des fois, si le déplacement n’est pas facile, nous téléphonons à quelqu’un qui peut dans le village nous donner une version concrète de l’information.
Dans le cadre des traditions et de la culture, nous causons avec des vieilles personnes qui sont leurs gardiens. Quelquefois, en tant qu’enfants africains, nous avons des notions dans ce domaine que nous avons apprises depuis très petits. Nous pouvons, à partir de SMS, partager ces notions avec d’autres personnes. Ce n’est pas facile de contacter les gens. Notre société rurale n’est  pas habituée à ces genres d’activité, ce n’est pas facile pour eux de comprendre et de livrer les renseignements. C’est cela d’ailleurs qui justifie la lenteur d’envoi des informations sur le blog. Mais, comme nous tenons à la réussite de l’idée et avec la bonne volonté de Konaté, nous allons petit à petit faire comprendre l’initiative aux populations pour que les choses soient faciles. Ici, les crieurs publics sont les moyens de communication traditionnels connus dans les villages. Ce que nous faisons est un peu du genre journalistique et très moderne alors, c’est une nouvelle idée chez nous.
Le premier bénéficiaire, c’est moi, mais ces activités avec le téléphone et en groupe m’ont permis de réaliser d’autres activités avec le téléphone en plus de la communication vocale.
Au service, j’ai de temps en temps accès aux machines et à l’Internet, mais je n’y avais pas de grandes notions. Avec les formations à l’envoi d’information par SMS, à la prise de photos et de vidéos par téléphone et par appareils photos numérique, faites à Cinzana-Gare et à Dioro par Boukary dans le cadre du Projet Toujours Pas Sages et du projet de connexion des villages de Ségou avec le blog Ségou infos, j’ai eu de très grandes notions qui aujourd’hui, me permettent de réaliser facilement certaines activités dans le cadre de mon travail et de mes propres activités quotidiennes sur Internet. J’ai beaucoup découvert grâce à ces différentes formations et vois que les nouvelles technologies peuvent permettre aux villages de communiquer avec le reste du monde et de leur faire participer aux échanges d’information, d’expérience et de compétence dans le monde moderne.

Photo de la formation à Dioro – Image du blog Ségou Info sur Rising Voices

Segou infos est né du quasi manque de contact ou de communication au Mali notamment entre les villes (surtout Bamako) et les communautés rurales du pays, comment à ton avis,  cette initiative peut-elle être améliorée et développée et avoir une plus grande envergure ?

Les activités quotidiennes dans les villes maliennes sont quotidiennement couvertes par les médias comme la télévision, les radios et les journaux.

En matière de communication et d’information, les radios de proximité jouent également un grand rôle dans les localités rurales. Malgré tout cela, un grand fossé existe entre les villes et les villages. Le blog Ségou Infos veut briser le grand mur entre les villages de Ségou et la capitale Bamako en matière d’information sur les activités quotidiennes des populations locales.

Aujourd’hui, les informations sont seulement envoyées par SMS et avec des téléphones pas très appropriés (des téléphones avec des petites touches). Le travail serait encore plus facile si c’est avec des Smartphones dont les claviers sont plus larges. L’option 3G des Smartphones réduirait encore le temps d’envoi et surtout des images à l’administrateur du blog.

La multiplication de l’Internet Mobile conçu par Boukary est un grand système qui facilite plus le travail. Si chaque participant a à sa disposition le matériel de ce système de connexion à Internet dans les villages, nous pouvons déjà dans les villages, animer le blog comme ça se fait en ville.

Cinzana Gare, Ségou – Photo Ségou Infos Blog sur Rising Voices

Pourrais-tu en quelques lignes nous décrire la vie à Ségou ?

Ségou est la quatrième Région du Mali avec beaucoup d’ethnies mélangées : les Bozos, les Somonos, les Bamanans, les Peuls… Les principales activités sont l’agriculture, l’élevage, la pêche. La culture du riz, la pêche et jardinage sont beaucoup favorisés par le fleuve Niger.

La langue bambara est très répandue sur le sol de Ségou. En plus de ces activités, celles du commerce sont beaucoup pratiquées, avec la foire hebdomadaire de Ségou-ville et dans d’autres marchés de certains villages autour de Ségou. Ces marchés permettent aux populations de Ségou de beaucoup contribuer au développement de la Région.

Ségou étant un ancien royaume, la Région contient des sites touristiques qui valent la peine d’être découverts. Une des grandes forces de Ségou est le sens de la sociabilité, d’entraide, de solidarité et de l’hospitalité envers tous ceux qui arrivent chez nous. Nous trouvons à présent dans certaines familles dans les villages de Ségou, une maison construite uniquement pour accueillir les étrangers.

Un dernier mot aux lecteurs de Global Voices qui sont des 4 coins du monde…

Comme derniers mots, je remercie d’abord Boukary Konaté qui, à travers son courage et son attachement à sa localité d’origine nous a fait découvrir de nouvelles notions matière d’Internet.

C’est également l’occasion pour moi de dire que ces activités ont été ont une occasion pour nous participants, de découvrir Global Voices et Rising Voices et leurs grandes activités réalisées en matière d’information et de la promotion des nouvelles technologies à travers le monde. Ainsi, je demande aux lecteurs de ces espaces d’information de nous soutenir avec des téléphones et ordinateurs d’occasion afin que nous puissions atteindre l’objectif visé : faire connaitre les activités locales au reste du Monde.

Merci à Thalia pour la communication des propos recueillis en français

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site