Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Afrique : L'Afrique doit envoyer des troupes et des colis de secours en Angleterre !

[liens en anglais] Suite au décès d'un jeune home de 29 ans, Mark Duggan, à Tottenham le 4 août 2011, des émeutes ont éclaté à Londres et dans d'autres villes d'Angleterre où des foules sont descendues dans la rue et ont pillé des magasins.  Voici un extrait des réactions des blogueurs africains qui partagent leurs perspectives avec humour.

Hayibo traite les émeutes par la parodie.  Selon Hayibo, l'Union Africaine aurait décidé d'envoyer des troupes et des colis de secours à l'Angleterre…

L'Union Africaine a adopté aujourd'hui la résolution unilatérale d'envoyer des troupes et des colis de secours en Angleterre alors que les émeutes se propagent de Londres à d'autres grandes villes.  La porte-parole Charity Khumalo a déclaré “Nous ne pouvons plus garder notre réserve pendant que ces sauvages se battent.”

Lors d'une réunion d'urgence ce matin sur le sujet des émeutes en Angleterre, l'Union a déclaré qu'elle “ferait tout ce qui est en son pouvoir pour aider à ramener la civilisation en Angleterre”.

Toujours selon Hayibo, l'Union aurait aussi lancé un nouveau programme appelé “Adoptez un enfant anglais” :

Par exemple, nous avons lancé un programme “Adoptez un enfant anglais”, explique Khumalo en montrant aux journalistes des brochures avec des visages d'enfants anglais.  “Si vous donnez ne serait-ce que 50 rands (monnaie africaine) par mois, vous pouvez être sûr que le petit Johnny de Peckham recevra une éducation élémentaire, une boite de préservatifs et une paire des dernières Nike.”

“On peut comprendre pourquoi ils s'en prennent les uns aux autres” explique le porte-parole aux journalistes. “Vous regardez dans le miroir et vous voyez des dents qui ont besoin d'un dentiste.  N'importe qui dans cette situation voudrait envoyer des briques dans les vitrines de Starbucks.”

Si vous ne le saviez pas, la population de Grande Bretagne est plus violente que celle d'Afrique du Sud :

Les autorités de la police sud-africaine disent que les récents rapports selon lesquels la société anglaise est plus violente que la société sud africaine sont la preuve que la nouvelle politique officielle de brûler les registres porte ses fruits.  “En Angleterre, tous les adolescents ont des couteaux sur eux” dit un porte-parole.  “Grâce à Dieu, nos jeunes n'ont que des fusils d'assaut.”  Il ajoute qu'avec des mitraillettes AK-47, les  coups de couteau mortels sont exceptionnellement rares.

Comment on fait une émeute en Angleterre. Photo de The Urban Massive (OFM)

Comment est-il possible que l'Angleterre soit une société plus violente quand on prend en compte les statistiques des meurtres et des viols en Afrique du Sud ? Voici la réponse :

“Oui, la GB a 900 meurtres par an tandis que nous en avons environ 19 000.

Et oui, la GB a 50 000 viols par an quand nous en avons 600 000.

Mais si vous lisez bien nos manuels d'instruction, vous vous rendrez compte que ce qui est appelé “meurtre” est en fait un incident interpersonnel embêtant comprenant un arrêt cardiaque assisté non planifié.

C'est vraiment davantage un accident médical qu'un crime violent.  Une sorte de faute professionnelle commise par des non professionnels en quelque sorte.

Comment on fait une émeute en Afrique du Sud. Photo de The Urban Massive blog (OFM)


Moses Kemibaro, un blogueur kényan dit que le premier ministre anglais a recours au double langage quand il propose d'interdire les médias sociaux :

Par conséquent, la proposition du premier ministre David Cameron d'interdire aux émeutiers anglais l'utilisation des médias sociaux par les émeutiers anglais est un choc… Cela vient d'un des dirigeants du monde libre qui a soutenu ce qui est arrivé dans les pays où le Printemps Arabe s'est fait sentir et où des réformes démocratiques sont en cours, une transformation dans laquelle les médias sociaux ont joué un rôle clé.  Il s'agit clairement de deux poids deux mesures puisque les médias sociaux peuvent être utilisés pour une bonne cause comme pour une mauvaise cause, même en Angleterre.

Kumekucha prévient les habitants de Nairobi qui se moquent des émeutes londoniennes :

Si vous habitez Nairobi, je suggère que vous vous réveilliez rapidement de votre coma.  Je vous ai vu devant vos télés, en train de faire des blagues sur ce qui arrive à Londres, avec les émeutes et le chaos.  Cela semble vous réjouir au plus haut point qu'il y ait des émeutes dans leur capitale.  Eux qui nous ont qualifiés de sauvages après ce qui s'est passé en 2008.

Les problèmes, observe Kumekucha pourraient éclater à Nairobi à tout moment :

Tandis que vous lisez ceci, l'inflation atteint des sommets et le shilling kényan n'a jamais eu si peu de valeur.  En même temps (et l'attention des médias a été détournée par d'autres sujets) le prix du pétrole a dépassé 110 shillings le litre et continue à augmenter.  Même la classe appelée moyenne le ressent.

Depuis l'Afrique du Sud, le News Time a quelques conseils pour les politiciens d'Afrique du Sud :

Les évènements de Londres et du reste de l'Angleterre devraient être suivis de près par les politiciens d'Afrique du Sud pour qu'ils réalisent le besoin de changement dans ce pays pour pouvoir répondre aux défis du présent et du futur.

D'urgentes mesures doivent être prises à cette fin pour combler la faille qui traverse les systèmes judiciaires et militaires et les autres services de sécurité, qui sont actuellement handicapés par des questions qui ne font pas, ou ne devraient pas faire partie de leur mission.

Fiona Leonard, une blogueuse basée au Ghana et auteur à Global Voices, a étudié le mot clé #iflondonwereinafrica (si Londres était en Afrique) sur Twitter, qui demandait aux utilisateurs comme ils auraient réagi si les émeutes avaient eu lieu dans une capitale africaine :

@T_Rouma: #iflondonwereinafrica ce serait déclaré zone de conflit
@lebomashile: #iflondonwereinafrica il y aurait des restrictions sur les voyages – les seules personnes qui s'y rendraient seraient des journalistes rebelles et des secouristes
@lebomashile: #iflondonwereinafrica les causes des émeutes seraient décrites comme “tribales” ou/et “mauvais gouvernement” par la presse internationale
@KingNovaMiu: #iflondonwereinafrica De sérieuses discussions pour déplacer les Jeux Olympiques en Australie ou un autre pays “sûr” auraient déjà débuté

Elle conseille aux Africains de prendre en charge leur propre actualité :

Et peut être que nous pourrions commencer à raconter une autre histoire nous-mêmes :

#iflondonwereinAfrica les pays de la région seraient volontaires pour trouver une solution collective
#iflondonwereinAfrica les voisins ouvriraient leurs portes à ceux qui sont dans le besoin
#iflondonwereinAfrica une des premières questions que l'on poserait serait : que pouvons-nous faire pour aider ?

Pourquoi la violence est-elle traitée différemment en Afrique ?  se demande Sarpong Obed du Ghana:

Quand les attaques “xénophobes” se sont multipliées en Afrique du Sud avant la coupe du monde de la FIFA en 2010 on nous a servi un amer cocktail d'histoires sur l'insécurité pour les étrangers qui voudraient assister aux matchs et sur le besoin de les déplacer ailleurs sur le continent.  Même les attaques sur l'équipe de football togolaise en Angola pendant la Coupe des nations en 2010 ont servi aux médias occidentaux  pour remettre en question la sécurité dans la lointaine Afrique du Sud.

Pour Sarpong Obed,une question demeure :

La question demeure. Devrait-on retirer les Jeux Olympiques à Londres ?

Un échantillon des réactions des lecteurs du Nigeria Village Square.
Bamaguje attend la réaction de l'OTAN :

J'attends que l'OTAN commence à bombarder l'Angleterre pour soutenir les “rebelles” et empêcher Cameron de stopper la rébellion.
L'OTAN devrait viser 10 Downing street pour tuer Cameron et sa famille… comme ils le font pour Khadafi.

“Ou est l'OTAN ?” demande Benjani :

On récolte ce qu'on sème.  Où est l'Otan dans tout ça ?
L'Italie, la France, l'Espagne, le Danemark et les US devraient envoyer leurs armées à Londres pour protéger les hooligans et les manifestants.  Imposer un blocage aérien et interdire les avions et les tanks.
Ce qui est clair c'est qu'on ne peut pas laisser les manifestants faire ce qu'ils veulent, que ce soit à Londres ou à Benghazi.

La blogueuse ghanéenne Nana Wireko identifie six leçons que nous devons tirer des émeutes :

#1 Quand la barbe d'un voisin est en feu, allez chercher de l'eau et protégez la vôtre.

D'accord, vous vous rappelez ce que la presse britannique disait avant la Coupe du monde en Afrique du Sud ?  L'Afrique était qualifiée de jungle… où les gens se mangeaient les uns les autres… un endroit où il était impossible d'organiser un match de football.  Certains pensent encore que l'Afrique est un pays.  Hmmm…  L'Afrique du Sud a été critiquée pour toutes les mauvaises raisons.  Dans moins d'un an les Jeux Olympiques de Londres vont démarrer.  Ai-je besoin d'en dire plus ?  Quand votre voisin est au sol, ne le frappez pas mais aidez le plutôt à se relever.  La presse britannique devrait en tirer les conséquences.  C'est une leçon.  C'est une leçon très importante !

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site