Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Philippines : La folle chasse au gecko miraculeux

Ces derniers mois, chasser le gecko Tokay [en français], que l'on appelle tuko en filipino, est devenu une obsession aux Philippines, provoquée par des rumeurs selon lesquelles des sites marchands payeraient des sommes élevées pour ces lézards capturés vivants. La rumeur se base sur une autre croyance : ces geckos sont supposés guérir l'asthme et le VIH/SIDA [liens en anglais].

Le ministère de la santé a déjà publié des mises en garde, rappelant que la valeur thérapeutique supposée des geckos est sans fondement.

Cette pratique folklorique, qui consiste à utiliser des geckos comme traitement contre le SIDA et l'asthme, persiste encore aujourd'hui, et provoque l'inquiétude du ministère de la santé. Il n'y a aucune preuve que cette pratique guérit des maladies comme le sida ou soulage les symptômes de l'asthme. Nous ne la préconisons donc pas comme cure contre quelque maladie que ce soit.

Le sénateur Manny Villar s'inquiète de l’extinction de l'espèce que cette frénétique chasse au gecko pourrait entrainer aux Philippines.

Même si les geckos ne sont pas classés comme espère en danger ou vulnérable, elle est maintenant menacée, à cause de cette chasse qui pourraient la rendre vulnérable, ou la faire disparaitre.

Photo sur Flickr de gaikokujinkun sous licence CC (CC BY 2.0)

Cebu and Davao Journey parle d'amis qui se sont mis très sérieusement à chasser le gecko.

J'ai entendu parler pour la première fois de ce délire du tuko à la radio, à Davao, il y a quelques mois, quand un chroniqueur a dit que ce lézard se vendrait entre 100 000 et  200 000 Pesos. J'avais peine à croire ce que le présentateur disait. C'est plus tard que j'ai réalisé que ça marchait. Des amis m'en ont parlé, ils m'ont dit qu'ils passaient leur temps à chercher des tuko, dans l'espoir de devenir millionnaire du jour au lendemain.

Walking Newspaper, blog tenu par un biologiste, est totalement opposé à la vente de ces animaux :

Bon, si s'inscrire en ligne et recevoir une avance en cash par Internet est aussi facile qu'en attraper un, je préfère arrêter d'aller à l'école, m'installer dans la jungle et attraper des geckos pour le restant de mes jours. C'est triste, les geckos sont nos amis, je parle en tant que biologiste, ils ne sont pas faits pour être vendus.

Les annonces alléchantes sont toujours en ligne, mais alors qu'il a été déjà prouvé qu'il s'agit d'une arnaque, Tjsdaily remarque que beaucoup de Philippins y croient toujours :

Il y a un milliard de raisons qui font que cette arnaque du gecko est juste cela : une arnaque. Malheureusement, la plupart des Philippins ne savent pas comment procèdent les escrocs et reconnaitre leurs méthodes.

Le blogueur a aussi fait une capture d'écran du site où des prix incroyables sont proposés pour des geckos vivants.

Des geckos Tokay qui valent des millions de pesos

Our Philippine Trees espère que les  ‘exploiteurs’ ne trouveront pas les geckos dans leur cachette :

La rumeur du tuko va probablement pousser des Philippins entreprenants à piéger des spécimens dans les provinces.

J'espère que les tukos vont rester collés là où ils sont, et qu'ils donneront du fil à retordre à ces exploiteurs. Que les geckos s'accrochent et restent collés jusqu'à ce que leur peau épaisse se décolle !

Just my Personal Opinions n'a jamais pu trouver une personne qui a pu vendre un gecko pour un prix élevé :

C'est vraiment vrai ? J'ai beaucoup d'amis qui chassent le “tuko”. Mais aucun d'entre eux ne peut me donner des preuves qu'il y a des acquéreurs “millionnaires”…ou me citer une connaissance commune qui a réussi à en vendre un pour ce prix.

Le prix d'un million de Pesos pour un seul “tuko” de bonne taille me fait penser qu'ils ont trouvé quelque chose de plus intéressant qu'un traitement contre le sida ou le cancer…si c'est vrai. A moins que quelqu'un ait lancé cette “folie du gecko ” pour détourner l'attention des gens ?

My Life in Cebu préfère éviter les chasseurs de geckos :

Personnellement, je ne chasserai pas le tuko, et je n'en achèterai pas un, même pas pour 100 pesos. Le tuko me fait toujours peur, et je le respecte et l'apprécie comme attrapeur de moustiques. Je ne laisserais pas des gens rentrer chez moi juste pour chasser ces lézards. Le marché du tuko rapporte peut-être beaucoup de cash à certains, mais je préfère garder mon emploi ;)

Tokek Sabah a publié 10 articles sur la chasse au gecko aux Philippines.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site