Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Sri Lanka : Les “diables à graisse” répandent la panique

Dans de nombreuses zones rurales du Sri Lanka, la panique causée par les Grease Yaka (diables à graisse) se répand à une vitesse folle. Selon certaines sources [en anglais, comme les liens suivants], des agressions commises sur des femmes et des vols perpétrés la nuit par des hommes enduits de graisse sont imputés à ce personnage mythique, ce qui incite les femmes à rester chez elles et les hommes à s'armer. Le Sunday Times rapporte que les “Grease Yakas” ont été mentionnés dans 24 lieux du Sri Lanka où des femmes ont été agressées et que des lynchages ont eu lieu en représailles (contre des  innocents, la plupart du temps).

Padraig Colman raconte :

Ces dernières semaines, notre village sri-lankais (près de Badulla) a été en pleine effervescence. Depuis quelque temps, des rumeurs  courent sur l'agression de femmes. Les habitants sont convaincus qu'il s'agit d'un tueur en série qui se déchaîne. Tewanee et Meenaachi, les dames âgées qui travaillent pour nous, nous ont confié qu'elles savaient de source sûre que des femmes avaient été violées et tuées dans les environs, que leurs seins avaient été arrachés avec les dents et leur cœur extirpé de leur poitrine. […]

Les agressions sont imputées aux bhuthaya, grease yakas ou diables à graisse. Historiquement, un “diable à graisse” était un voleur nu ou ne portant que des sous-vêtements et qui recouvrait son corps de graisse pour qu'on ne puisse pas l'attraper s'il était pourchassé. Récemment, le “diable à graisse” est devenu un rôdeur nocturne qui effraie et agresse les femmes. Certaines des agressions qui se sont produites dans le coin ont eu lieu en plein jour.

Image communiquée par un commissariat, soi-disant sauvegardée dans le téléphone d'un adolescent de 16 ans qui a été arrêté po urvols dans la province de Uva. Avec l'autorisation de Groundviews.

Selon Indi Samarajiva [en anglais] :

Les Grease Yakas, diables à graisse ou bhuthaya sont des hommes (mythiques) qui s'enduisent de graisse, s'introduisent dans les maisons et volent ou violent/tuent des femmes. La police affirme que c'est un mythe mais la rumeur s'est enflammée sur les sites sri-lankais et à l'étranger en un éclair. Les Sri-Lankais ont attaché des suspects aux arbres et il semblerait maintenant que deux personnes aient été tuées à Haputale. Je crois que tout cela devient incontrôlable.

Groundviews décrit la manière dont la panique gagne du terrain :

Les incidents rapportés sont déconcertants et de plus en plus nombreux, en particulier à l'est. Des gens sont tués sans raison apparente. Des “diables à graisse” ont été arrêtés, les gens s'organisent pour se faire justice eux-mêmes (ce qui a, ironiquement, donné lieu à plus de morts), des couvre-feux sont imposés, les forces anti-terroristes sont sur leurs gardes, mais la panique généralisée subsiste. De célèbres journalistes ont signalé que ces incidents révélaient “l'effondrement invraisemblable de la confiance dans le maintien de l'ordre“. Dimanche dernier, les médias traditionnels ont couvert cette histoire inquiétante (Que diable se passe t-il? Les apparitions du Grease Yaka: les faits contre le mythe) mais il règne généralement, au sein de la population, une confusion qui alimente l'anxiété et la peur.

Dans un autre billet, Indi écrit:

Ce que soulève le grease yaka, ce sont les problèmes plus larges que le système judiciaire sri-lankais ne traite pas, et les foules qui se forment sont composées de gens qui se font “justice” eux-mêmes. Cela se produit quotidiennement, mais il s'agit maintenant d’ une épidémie sévère qui se focalise sur le grease yaka.

Les gens font eux-même la loi et voici une vidéo de Youtube importée par azeez838 qui montre une foule tandis qu'elle s'en prend à un homme soupçonné d'être un diable à graisse à Mahiyawa.

Beaucoup d'utilisateurs de Twitter sri-lankais se joignent à cette frénésie :

@RehanRyan: seulement des hommes grease yaka??? pourquoi pas des femmes grease yaka?? :)

@hajara_: Grease Yaka seulement au Sri Lanka, soyons fiers, nous avons maintenant notre propre identité… Pas de Superman, de Spiderman, de Batman, rien que des ‘Grease Yakas’ :D

HalikAzeez: Direction Pottuvil pour enquêter sur les grease yakas. Je prie pour qu'ils ne ME prennent pas pour l'un d'eux.

HalikAzeez: J'ai parlé à une victime, agressée par un grease yaka. Je me suis rendu dans une autre maison. Les agressions semblent réelles. Et bien organisées. Repérage, embuscade et fuite

D'après la police, des opportunistes utilisent cette peur qu'éprouvent les gens du peuple et se servent du déguisement des “grease yakas” pour semer la zizanie un peu partout. Des communiqués récents suggèrent que plus de 100 individus, dont on suppose qu'ils sont des “grease yakas”, ont été arrêtés dans différents endroits du Sri Lanka.

Cependant, des rumeurs et des théories conspirationnistes se répandent dans tout le pays. Au Parlement, un député a prétendu  qu'il existait un lien entre le gouvernement et ces incidents. Padraig Colman relate qu'il existe même une rumeur selon laquelle l'offrande du sang de 1000 jeunes femmes est nécessaire pour que le président continue à gouverner et les Grease Yakas auraient été déployés pour accomplir cette mission.

C'est dans ce contexte que la police sri-lankaise a dû avertir la population que “toute personne ou organisation qui colporte de fausses rumeurs concernant les ‘Grease Yakas’ sera arrêtée et poursuivie en justice”.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site