Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Royaume-Uni : David Cameron veut policer les médias sociaux

(Billet d'origine publié le 18 août)

A la suite des émeutes et pillages d'il y a une dizaine de jours à Londres et ailleurs en Angleterre, le Premier Ministre britannique David Cameron a fait une déclaration vigoureuse annonçant que son gouvernement examine les moyens juridique et techniques de limiter l'accès à Blackberry Messenger, voire à Twitter et Facebook pour empêcher “les violences”.

Nous travaillons donc avec la police, les services de renseignement et le secteur d'activité pour examiner s'il serait approprié d'empêcher les individus de communiquer au moyen de ces sites internet et services lorsque nous savons qu'ils fomentent la violence, le désordre et la criminalité.

Loin d'une suspension totale ou d'un brouillage des réseaux, une mesure suggérée par la déclaration de M. Cameron consisterait à suspendre les comptes de certains utilisateurs. D'autres parlementaires ont appelé à aller jusqu'à la coupure de ces services, et c'est apparemment ce qu'a étudié la Police Métropolitaine au cours de la semaine passée.

Eva Galperin de la Fondation Electronics Frontier écrit [liens en anglais] que le Premier Ministre David Cameron, en février,

… a assuré que la liberté d'expression devait être respectée “sur la place Tahrir tout comme sur Trafalgar Square.” Le virage à 180 degrés du Premier Ministre sur la liberté d'expression le rapproche malheureusement d'une place de la cohorte montante et mondiale d'hommes politiques et despotes qui cherchent le réconfort dans la censure.

Les blogueurs ont fait remarquer que les sources d'information chinoises sous l'emprise de l'Etat ont approuvé sur un ton plus ou moins “on vous l'avait bien dit” les projets de M. Cameron. Glenn Church, du blog Foolocracy (NdT : ‘Idiocratie’), a écrit :

Lorsque les Chinois expriment un ‘j'aime’ pour une méthode de répression, c'est signe qu'il est temps de changer de tactique. La place Tiananmen n'a rien à voir avec Trafalgar Square.

Access Now tout comme Open Rights Group ont lancé des pétitions en ligne en réaction. Texte de celle de Access Now :

M. le Premier Ministre Cameron, nous NE sommes PAS en Egypte, en Syrie, ou à Bahreïn ! Tout en déplorant les violences, vouloir une coupure de blackberry et twitter est un pas très dangereux dans la mauvaise direction.

Il s'est aussi avéré que le MI5 (le contre-espionnage britannique) a aidé la police à décrypter les messages de Blackberry Messenger, et que l’entreprise qui gère les serveurs de messagerie instantanée de Blackberry, Research in Motion (RIM), a coopéré avec les autorités.

Pendant ce temps, la police anglaise a arrêté un certain nombre de personnes sous la charge d'incitations sur Facebook à commettre des déprédations délictueuses.


Les tribunaux ont commencé à traiter de façon expéditive certaines de ces affaires, et les gens ont été encore plus choqués d'apprendre que deux jeunes hommes, Jordan Blackshaw et Perry Sutcliffe-Keenan (21 et 22 ans) ont écopé de quatre ans de prison pour avoir créé sur Facebook des événements “émeutes”, dont aucun n'a conduit au moindre pillage.

De nombreuses personnes ont dit penser que les tribunaux voulaient faire un exemple avec Blackshaw et Sutcliffe-Keenan. Une page Facebook appelant à leur remise en liberté a déjà des centaines de “j'aime”. (Une page “Qu'ils pourrissent en prison” a également été créée.)

L'information de policiers arrêtant deux hommes qui préparaient une bataille d'eau via Blackberry Messenger a été amplement diffusée.

Citygroundmike, sur Twitter, a écrit :

4 août 2011 : l'Iran arrête des gens à cause d'une bataille d'eau. 14 août 2011 : le police de l'Essex arrête un homme qui préparait une bataille d'eau. Farce

Sans surprise, les utilisateurs de Blackberry Messenger se sont mis à discuter des moyens de se prémunir, comme sur ce forum Crackberry.

Mais les entreprises elles aussi sont placées devant des décisions cruciales. Access Now and Mobileactive a récemment publié “5 mesures que devrait prendre tout opérateur de télécoms respectueux des droits” – les responsables de RIM le liront-ils ?

1 commentaire

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site