Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Chine : La campagne “anti-rumeurs” des médias d'Etat

Au début du mois d'août, la chaine nationale contrôlée par l'état China Central Television (CCTV) a lancé une campagne contre les plate-formes de médias sociaux [en anglais] comme Sina Weiblog (une plate-forme de micro-blogging similaire à Twitter), les accusant d'être des outils de propagation de rumeurs et de fraudes en ligne.  Les internautes avaient rapidement réagi,  spéculant sur les motivations politiques de la chaine de télévision et prenant la défense des plate-formes de médias sociaux.

Le chaine de télévision a récemment changé de cible et s'attaque maintenant à Baidu [en chinois], le plus grand moteur de recherche en Chine, en critiquant son modèle économique, qui tend à diffuser des publicités parfois douteuses.

Le PDG de KDnet, Xiao Zengjian, pense que cette campagne vers l'opinion publique a pour but de préparer le lancement d'un nouveau moteur de recherche, Tuiso (推索), qui est géré par CCTV et People Net.  De son côté, Beifing, un analyste des nouveaux médias, remarque que cette nouvelle campagne pourrait être l'approche choisie par les médias d'état pour poursuivre leur stratégie en s'en prenant à une société internet qui  bénéficie de moins de soutien de la part des internautes que d'autres plate-formes de micro-blogging.  Quoi qu'il en soit, l'objectif final est d'imposer un ensemble de régulations d'internet et en particulier des médias sociaux.  (via Deutsche Welle's report [en chinois])

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site