Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Bahamas : Dans l'enfer de l'ouragan Irene

Alors que l'ouragan Irene, le premier de la saison cyclonique dans l'océan Atlantique Nord, continue de balayer les Bahamas [en anglais, comme les liens suivants], des blogueurs font part de ce qu'ils vivent.

Peu de temps avant que l'ouragan n'atteigne les îles – et ne sachant pas les dégâts qu'il pouvait occasionner – Weblog Bahamas avise:

Nous avons publié quelques messages qui seront visibles jeudi et vendredi, puisque nous ne sommes pas sûrs d'avoir de l'électricité ou de pouvoir accéder à Internet.

Le post se conclut sur une note optimiste, incitant les Bahamiens à ne pas prendre de risques :

Pourvu qu'Irene y aille doucement ici. Nous savons qu'il y aura des dégâts matériels mais nous espérons qu'il n'y aura aucune perte humaine à déplorer.

Le fait est qu'Irene a effectivement causé des dégâts : Rick Lowe a publié cette information de dernière minute hier (mercredi 24 août) “avant que l'électricité ne soit définitivement coupée”:

Pendant que nous sommes assis à Nassau, sur l'île de New Providence à 20h20 où il n'y a guère que de la pluie et une légère brise, les autres habitants des Bahamas et des îles du sud sont durement frappés.

Il faudra au moins un jour ou deux pour commencer à avoir une vision globale des dégâts étant donné que la ville sera soumise à de rudes conditions climatiques.

Nous espérons également que les îles du nord s'en sortiront bien, mais cela ressemble désormais à un vœu pieux.

Si Nassau s'en sort relativement indemne, ce sera le meilleur scénario possible pour le pays car la capitale pourra approvisionner rapidement les autres îles.

Blogworld a réalisé un remarquable collage de photos, de vidéos et de tweets sur l'ouragan en pleine action et a publié des informations très utiles:

La situation se détériore à Nassau. On rapporte des dégâts considérables sur les arbres et les toits partout dans les Bahamas. Les coupures de courant sont également fréquentes dans toutes les îles, du sud-est au nord-ouest.

Les internautes qui s'expriment sur le post de Blogworld décrivent de fortes rafales de vent, des dégâts matériels considérables, des arbres abattus et des lignes électriques arrachées. Plusieurs toits ont été soufflés et certaines zones ont été inondées. Vers la fin de son post, Nicolette Bethel exprime sa frustration quant au manque d'informations données à la population, du moins par les médias publics:

Pas grand chose à dire en ce qui concerne Nassau : un peu de vent, une légère pluie et des grenouilles.

La couverture médiatique faite par la télévision nationale est honteuse. Elle se limite au bulletin d'informations habituel à 19h, à quelques programmes spécifiques en début de soirée et à des rediffusions d'ouragans antérieurs. Aucune information en continu à la télévision. La radio fait mieux. Je ne sais pas quel est le problème mais je suis sûr qu'on accusera l'économie. Mais avec tous ces investissements à l'étranger, comment se fait-il que nous n'ayons pas d'argent à consacrer pour informer les Bahamiens dans tout l'archipel ? Pourquoi faudrait-il que nous dépendions de médias privés, en particulier quand nous payons des impôts pour maintenir en vie la compagnie audiovisuelle des Bahamas et pourquoi semblent-ils toujours avoir suffisamment d'informations et de caméras pour couvrir les propos des hommes politiques?

Je dis ça mais je ne dis rien.

Womanish Words partage ces sentiments et suggère que les médias sociaux devraient combler ce vide:

Les volets sont fermés, l'électricité est coupée et le groupe électrogène fonctionne, la pluie commence à tomber et il y a effectivement des rafales de vent. Je n'aime pas ça du tout.

Je ne sais pas comment se portent les autres îles. Comme prévu, la couverture faite par les médias locaux est épouvantable et celle des médias internationaux est inexistante. [sic] Coucou tout le monde, nous existons et nous avons de l'importance ! Ce dont les habitants des Bahamas ont besoin c'est d'être présents  sur le web ! Nous SOMMES les médias ces derniers jours, nous devons faire part de la situation sur les blogs et sur Facebook depuis chaque île et raconter ce qu'il nous arrive ! Cet endroit est tellement silencieux.

Sous les hashtags #Hurricane #Irene #Bahamas, Twitter a fourni beaucoup d'informations et de mises à jour mais les blogueurs ont également posté des commentaires aujourd'hui, de 6h à un peu plus de 10h du matin:

Il est 6h du matin et je me réveille après une bonne nuit de sommeil, me sentant à la fois reconnaissante et coupable. Le vent souffle fort, à plus de 120 km/h. Peut-être plus. L'électricité vient tout juste d'être coupée. David me dit que la tempête s'éloigne de New Providence mais il se peut que ce soit juste son “côté optimiste”. J'ai encore l'impression que le pire est à venir… Le vent se lève au moment où j'écris.

Je sais que beaucoup d'autres personnes sont dans ce cas et même dans une situation bien pire à l'heure actuelle. J'aimerais voir ce qu'il se passe dehors. Bon sang, il y a de fortes rafales de vent et des débris qui tombent. La tempête est juste au dessus de nous maintenant. C'est dans les prochaines heures que nous allons subir les plus fortes rafales.

7h24 du matin, on tient bon à New Providence : Ça alors! C'était une rafale de 150 km/h, des débris volent dans les airs, des objets percutent le toit, il pleut à verse. A travers une fente dans le volet, je vois mes grands arbres emportés par le vent. Il fait vraiment mauvais dehors. Je me sens un peu tendue.

Info de dernière minute sur l'ouragan Irene – Nassau le 25 août 2011 à 10h15: eh bien on dirait que Nassau et l'île de New Providence s'en sont relativement bien tirés. Tout bien considéré, nous avons une sacrée chance.

Les îles du sud ont dû être durement frappées mais au moins on ne déplore pas de pertes humaines jusqu'à présent.

Heureusement, nos communautés vont se serrer les coudes pour surmonter cette épreuve.

Des amis vivant dans les îles Abacos nous disent qu'ils s'attendent à ce que l'œil de l'ouragan passe juste au dessus de Marsh Harbour aujourd'hui si bien qu'ils en ressentiront les effets dévastateurs jusqu'à demain tôt dans la matinée, semble t-il.

Notre archipel subit certainement le pire de ce que cet ouragan peut produire.

Il est 10h23 du matin et je suis sur le point d'écrire que je pense que le pire sera derrière nous une fois qu'une autre forte rafale sera passée. Mais oui, Irene s'éloigne de nous, le vent se calme pour de bon. Il semble que de petits arbres soient tombés mais nous sommes tous indemnes. New Providence a encore été épargnée. Nous avons survécu.

Global Voices va continuer de surveiller la situation; la tempête passe actuellement au dessus des îles se situant au nord des Bahamas.

La vignette utilisée pour ce billet, “Photo de l'ouragan Irene le 24 août 2011“, provient de NASA Goddard Photo and Video. Sous une licence Creative Commons 2.0 Generic (CC BY 2.0). Voir la galerie de photos NASA Goddard Photo and Video’ sur flickr.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site