Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Corée du Sud : Forte opposition à la censure des chansons populaires

Des cris de mécontentement se font entendre dans la société sud-coréenne depuis que le gouvernement a censuré certaines chansons populaires. Plus de 2600 morceaux [en anglais] ont été interdits ces deux dernières années, car leurs contenus ont été jugés “dangereux” par le ministre de la Famille et de l'Égalité des sexes.

La plupart des chanteurs n'ont pas eu d'autre choix que d'accepter la décision et de changer leurs paroles pour se plier aux attentes du gouvernement. Cependant, un agent d'artistes a intenté un procès au gouvernement qui avait jugé l'album de son chanteur “pas convenable pour la jeunesse”. Le 24 août, il a gagné ce procès, décision qui a ravi les nombreux Coréens fatigués des censures du gouvernement sur leurs chansons préférées.

“Des contenus pas convenables”

Image of censorship. Created by user tefan-Xp, Wikipedia Commons (CC BY NC 3.0).

Image de la censure. Créé par l'utilisateur tefan-Xp, Wikipedia Commons (CC-BY-SA-3.0).

Quand une chanson est mise sur liste noire, il est interdit de la diffuser à certains horaires, et de la vendre à des jeunes de moins de 19 ans. Ce mois-ci, 24 chansons ont été interdites car elles faisaient référence à l'alcool. Cela en fait près de 160 en un an !

Voici des exemples des paroles qui posent problème au ministère : “Je suis ivre d'alcool pour que tu me manques moins”, et “Quand tu t'endors ivre, tu rêves” (paroles de l'album du groupe Ballad), ou encore “Après avoir bu beaucoup de Soju [alcool coréen]”.

Quand les paroles de la chanson du boysband B2st “Je dois être ivre. Je pense que je dois arrêter de boire” ont été censurées, un des membres du groupe a tweeté [en coréen] : “Je vais devoir chanter uniquement des chansons pour enfants.”

Les musiciens sud-coréens et le grand public rejettent tous cette censure, qu'ils voient comme une restriction de la liberté d'expression des auteurs. Le gouvernement a indiqué qu'ils avaient besoin de créer des limites à titre indicatif afin de protéger le jeune public d'une influence culturelle “négative”.

Le blogueur Kwon Tae-woo remarque [en coréen] que les paroles interdites sont bien moins pires que certains sites osés et violents que l'on peut trouver en ligne :

정말 한심하다. 인터넷 시대에 무슨 가사에 술이 들어 갔다고 노래를 금지시키나? 컴퓨터만 켜면 그보다 더한 내용과 장면들을 얼마든지 접할 수 있는 것을… 왜 아예 인터넷을 '19금’ 으로 하지? […] 겨우 가요가사나 심의하려고 1년에 2194억원(2011년 기준)의 예산을 쓴단 말인가?[…]노래 가사에 술이 들어가면 청소년들이 음주를 한다? 진정 대한민국 청소년들을 단순한 존재로 보고 있구만. 차라리 가출 청소년들에게나 신경을 써라!

C'est pitoyable. Nous vivons à l'ère d'internet, et ils interdisent des chansons à cause de références à l'alcool ? On peut très facilement accéder à des contenus bien plus hardcore en ligne… Tant qu'à faire, il ne leur reste plus qu'à bloquer l'internet, parce que ce n'est pas un lieu approprié pour les moins de 19 ans. Ils dépensent environ 21 milliards et 940 millions de won coréens (près de 20 millions de dollars) pour censurer ces chansons ! [Il fait ici référence au budget annuel du ministère, non pas au total des dépenses concernant la censure] Est-ce que les chansons sur l'alcool poussent vraiment les jeunes à boire ? Les ados ne sont pas si naïfs. Pourquoi est-ce que vous ne vous occupez pas plutôt, au Ministère, de prendre soin des jeunes fugueurs ?
Jin Choi (@dragoncj), enseignant de coréen au Canada, a tweeté [en coréen] :

술이란 단어가 들어가 유해물 판정을 내릴거면 그냥 술 생산과 판매를 중지해야지 왜 애먼 좋은 노래들만 잡나? 그거 들으면 애들이 취하나? 참 알 수없는 잣대와 논리로세.

[Si le Ministère veut sérieusement agir contre le problème de l'alcoolisme chez les jeunes] Ils devraient juste arrêter la production d'alcool et sa vente aux mineurs, plutôt que de s'attaquer à des chansons inoffensives. Est-ce que des mineurs vont vraiment se mettre à boire après avoir entendu ces chansons ? C'est une logique ridicule.

Un manque de directives

Le public coréen se plaint également des critères flous et de de l'incohérence dans la politique de censure du ministère. Alors que les chansons citées plus haut ont été catégorisées comme “dangereuses” à cause de leurs références à l'alcool, d'autres comme “Verre vide” de Nam-jin ou “Un verre de Soju” de Lim Chang-jung ont échappé à la régulation [en coréen], alors que leur thème principal est celui de l'alcool.

Ces incohérences ont poussé le public a envoyer des plaintes au site du Ministère, à un tel point que la page d'accueil du site s'est retrouvée bloquée pendant plusieurs heures le 25 août 2011, à cause d'un trop grand nombre de connexions.

De nombreux internautes, pour se moquer de la censure du Ministère sur les contenus culturels, ont publié des messages pleins d'humour, appelant à la censure d'objets variés. “Interdisez les glaces, puisque l'action de les manger évoque des images érotiques”, “Interdisez Apple, car son logo ressemble à des fesses de femmes”, ou encore : “Interdisez les clés USB, car les insérer dans un ordinateur fait penser à l'acte sexuel”…

Choi Ji-wong, après avoir détaillé les références à l'alcool dans des grandes œuvres littéraires coréennes, a demandé [en coréen] au Ministère de traiter les chansons populaires comme les œuvres littéraires.

[…]문학 작품 속에 등장하는 술입니다. 중고등학생들이 깊이있게 감상하는 작품들이지요. 묻겠습니다. ‘유해’합니까? 부탁합니다. 예술은 예술로 봐 주십시오.

[…] Voici les références à l'alcool dans la littérature coréenne. Ces œuvres littéraires sont étudiées en long et en large par des jeunes collégiens et lycéens. Je vous le demande : ces œuvres sont-elles “dangereuses” ? Je vous en prie, n'essayez pas d'y trouver d'autres messages que celui de l'artiste lui-même.

Kim Jin-joo, étudiante, écrit sur un site d'une association pour la jeunesse :

이에 대해 청소년 보호 위윈회측은 문제 된 단어나 표현 하나만 바꾸면 되지 않느냐는 입장이다. 그러나 미묘한 느낌이 생명인 노래에서 단어 하나를 바꾼다는 것은 결코 쉬운 일이 아니다.19금 판정을 피하고자 억지로 바꾼 가사는 앞뒤 문맥이 맞지 않을 뿐만 아니라  음악의 ‘feel’을 잃어버린다. […]한 고등학생은 무심히 들어왔던 가사에 대해 선정적 해석을 되려 조장하는 것 같다고 비판하기도 했다.

[En ce qui concerne l'opposition à la censure du Ministère] La Commission de la Protection de la Jeunesse se défend : “Il suffit de changer les mots ou expressions posant problème, et c'est réglé. Ce n'est pas bien grave.” Mais changer les paroles d'une chanson n'est pas si simple que ça, c'est un travail artistique très délicat. Les chansons modifiées à contrecœur pour échapper à la censure sonnent souvent faux. Elles sont sans contexte, et n'arrivent plus à transmettre les émotions de la chanson. […] Un lycéen a critiqué la démarche du Ministère qui pousse les auditeurs à retrouver et écouter les versions inconvenantes des chansons censurées. Les paroles sembleraient juste normales s'il n'y avait pas tant de censure.

3 commentaires

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site