Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Haïti : Les Casques bleus doivent partir

Une vidéo très dérangeante [avertissement: images choquantes] a circulé en ligne en Haïti. On y voit quatre soldats de la mission de stabilisation en Haïti (MINUSTAH) violer un jeune homme de 19 ans sur la base militaire de Port-Salut, une ville au sud de Haïti.

Selon certains, YouTube a censuré certaines versions de la vidéo, mais même ainsi, tous les habitants de Port-Salut, la plupart des Haïtiens, et beaucoup de Haïtiens de la diaspora l'ont vue sur différents réseaux en ligne. Dans cette vidéo, quatre hommes blancs ou au teint clair, dont l'un porte un béret bleu, maitrisent un homme plus jeune, à la peau foncée, et lui maintiennent les bras derrière le dos tandis qu'ils le sodomisent. On entend le jeune homme appeler à l'aide.

Cette vidéo a naturellement provoqué la révulsion, et conduit à la création d'un mot-clic dédié, #withdrawminustah (retirez la MINUSTAH) sur Twitter. Ce n'est pas la première fois que le scandale arrive par la MINUSTAH ; 6 000 Haïtiens sont morts d'une épidémie de choléra amenée à Haïti par les Casques bleus népalais de l'ONU.

Scandales

Le Réseau National de Défense des Droits Humains (RNDDH), une association haïtienne, a publié un article sur ce viol présumé, en demandant à l'ONU réparation pour ceci et d'autres abus commis en Haïti.  Il demande aussi l'ouverture d'une enquête sur un énième scandale pour les soldats des Nations Unies. Des mineures à Port-Salut seraient enceintes des membres du personnel de la base.

Des journalistes et blogueurs, comme Etant Dupain (@gaetantguevara), Ansel Herz et Uruguyan televison [espagnol] ont depuis révélé des informations sur  les enfants nés de mineures haïtiennes et de soldats uruguayens.

Le journaliste Ansel Herz, qui blogue sur mediahacker, a publié une interview avec les deux jeunes de la ville qui ont transmis la vidéo à la presse haïtienne.  L'un d'eux l'a découverte sur le téléphone d'un Casque bleu, alors qu'il essayait de transférer une chanson sur son téléphone. Il a transféré la vidéo sur son téléphone par liaison Bluetooth en découvrant que la victime de la vidéo était son cousin. Il a depuis reçu ce qu'il dit être des menaces de la part de personnes qui frappent chez lui la nuit selon le Haiti Press Network.

Le Président Michel Martelly a condamné publiquement cet acte , et déclaré qu'il  “choque la conscience nationale”. Le président uruguayen a présenté des excuses officielles [fr,es] aux Haïtiens, en rappelant la contribution de Haïti aux luttes pour l'indépendance de nombreux pays latino-américains :

Le président et le ministre de la défense de l’Uruguay disent s’exprimer au nom du peuple noble, hospitalier et solidaire de leur pays qui reconnait en Haïti une nation sœur, dont la fraternité s’est exprimée au moment de la lutte pour l’indépendance des pays sud-américains.

Le chef du contingent uruguayen de l'ONU et les  quatre prévenus ont été rapatriés et sont en attente de leur procès devant la justice uruguayenne.

Réactions à cette vidéo sur Twitter

Les Haïtiens et les sympathisants d'Haïti ont réagi par la colère. Beaucoup voient dans ce viol (qui doit maintenant être prouvé devant un tribunal) une métaphore de la façon dont l'ONU et des milliers d'ONG étrangères traitent Haïti.

@NegAyiti: Mission des Nations Unis pour le Sacrilège et la Terreur Amère en Haïti= MINUSTAH.

@GioJules, qui blogue sur Haitianist avait ceci à dire :

@GioJules: Nous avons trop de faux travailleurs de l'humanitaire et de pseudo grands journalistes à #Haiti. Tous ceux qui viennent ici pour avoir leur morceau du gâteau, juste pour cracher dessus.

@GraceinTC, une Américaine qui lève des fonds pour une ONG en Haïti spécialisée dans les soins dentaires, est tout aussi ulcérée que les Haïtiens :

@GraceinTC: Dire que la vidéo de la MINUSTAH est “dérangeante” est l'euphémisme du siècle, furieuse, malade, cœur brisé, voila juste un petit aspect de ce que je ressens.

Elle poursuit :

@GraceinTC: Il est ridicule que ceux qui sont en position de “maintenir la paix” causent en réalité beaucoup plus de souffrances qu'on peut l'imaginer

Une autre Américaine, qui travaille pour l'ONG Let Haiti Live, demande une enquête vraiment indépendante :

@melindaayiti: Nous devons exiger une enquête indépendante sur la MINUSTAH – l'ONU et l'Uruguay n'iront pas au bout ! #Haiti #justice #withdrawMINUSTAH

Live-tweet de la manifestation de lundi contre l'ONU

Le lundi 5 septembre 2011, une manifestation s'est tenue à Port Salut, la ville côtière du sud où le viol aurait eu lieu. Des députés, comme Youri Latortue, y ont participé.

Le blogueur et activiste @gaetantguevara (Etant Dupain) a publié des tweets et des photos de la manifestation sur Lockerz.

Image by Etant Dupain (@gaetantguevarra) via Lockerz.

Photo de Etant Dupain (@gaetantguevara) via Lockerz.

@gaetantguevara: Si otorite yo pa't Konnen vrè misión #minustah kounye a yo Konnen #withdrawMINUSTAH http://lockerz.com/s/136088239

@gaetantguevara: si les autorités ignoraient la véritable mission de la  #Minustah, maintenant, ils sont au courant. #WithdrawMinustah http://lockerz.com/s/136088239
Image by Etant Dupain (@gaetantguevarra) via Lockerz.

Photo de Etant Dupain (@gaetantguevara) via Lockerz.

@gaetantguevara: Majistra port salut a di yo pral fe yon petisyon pou mande gouvenman an ak nasyonzini retire #minustah nan port salut

@gaetantguevara: le maire de Port Salut dit qu'il va présenter une demande au gouvernement et à l'ONU pour que la  #Minustah soit retirée de Port Salut.

@gaetantguevara: Moun yo konn sa yo vle. #withdrawMINUSTAH http://lockerz.com/s/136089571

@gaetantguevara: Les gens savent ce qu'ils veulent :#WithdrawMINUSTAH (retirez la MINUSTAH) http://lockerz.com/s/136089571
Image by Etant Dupain (@gaetantguevarra) via Lockerz.

Photo de Etant Dupain (@gaetantguevara) via Lockerz.

Mineures enceintes

Le 8 septembre, Etant Dupain (@Gaetantguevara) a mis en ligne une vidéo d'une femme de Port-Salut et de l'enfant qu'elle a eu avec un Casque bleu uruguayen, stationné à Haïti de 2006 à 2008, et qui est depuis parti.

Sur le blog Bri Kouri Nouvèl Gaye, Etant Dupain a recensé différents enfants ou grossesses résultant des relations avec les Casques bleus uruguayens de  Port-Salut:

Une des choses que les gens dans les rues de Port Salut savent est que les soldats de la MINUSTAH ont engendré beaucoup d'enfants dans le village, et qu'ils ont pour habitude de monnayer des services sexuels contre de la nourriture et de l'argent.
(…)
Cela ne serait pas surprenant si dans quelques années, Port Salut se transforme en une ville où beaucoup des enfants sont moitié Uruguayens et moitié Haïtiens, parce qu'une des choses que les soldats uruguayens ont fait dans la région est de mettre enceintes les femmes sans se préoccuper ensuite des enfants.
(…)
Rose Mina Joseph a 17 ans et est enceinte de 8 mois. Un soldat uruguayen du nom de Julio Posse l'a mise enceinte après  quelques mois de relations. Rose Mina avait seulement 16 ans quand elle est tombée enceinte, maintenant, elle compte les jours jusqu'à la naissance du bébé.
(…)
Johnny Jean [le jeune homme violé] est devenu l'une des nombreuses victimes de la  MINUSTAH mais ce n'est pas le premier acte déshonorant de la MINUSTAH à Port Salut. Le pire, dans la liste des abus que la MINUSTAH a perpétré à Port Salut, c'est que les autorités sont au courant, mais jamais elles n'ont fait quoi que ce soit pour aider les victimes ou dénoncer la MINUSTAH, et à cause de ça, on en arrive au cas de Johnny Jean et cette affaire révoltante.
L'une des raisons pour laquelle la MINUSTAH a créé tant de problèmes à Port Salut, c'est que les Casques bleus n'ont rien à faire. C'est une ville paisible et belle, qui n'a jamais eu la réputation d'être violente.

@Ansel (connu aussi comme Mediahacker) a tweeté le même jour que le bébé de Rose Mina Joseph devait naitre d'une heure à l'autre :

@Ansel: On vient de me dire par téléphone que la jeune fille de 17 ans, Rose Mina Joseph, était à l'hôpital depuis la nuit dernière et qu'elle devrait accoucher très bientôt.  #Haiti

Le retrait de la MINUSTAH ?

Les Haïtiens, que ce soit en Haïti ou dans la diaspora, en ont assez de la MINUSTAH et des milliers d'ONG basées dans le pays, et cela se ressent maintenant depuis longtemps. En mai 2011, Reginald Toussaint (Toussaint on Haiti), qui vit dans le Massachusetts, avait écrit :

A la lecture du rapport récent d'une commision indépendante qui indique que la récente épidémie de choléra en Haïti peut être imputée à la base de l'ONU à Mirebalais, il est évident que l'ONU doit quitter Haïti, maintenant !!!
Je ne fais pas partie des anti-ONU. J'aime l'idée des Nations Unies, et dans l'ensemble, je pense qu'ils font du bon travail. Surtout dans les cas où ils peuvent vraiment servir de force de maintien de la paix. Cependant, dans le cas de Haïti, ils causent plus de mal que de bien. Que ce soit dans le soutien logistique à l'organisation des élections, ou la reconstruction après le tremblement de terre, l'ONU apparait comme  une organisation pléthorique, inefficace, qui souvent ne comprend pas les besoins des Haïtiens.

Ce blogueur de la diaspora a à nouveau abordé ce sujet en juin, pour ajouter :

La présence de la MINUSTAH en Haïti provoque de nombreuses controverses.  A certains moments, elle est apparue comme une organisation inefficace, plus occupée à justifier sa présence qu'à aider Haïti. Cela a surtout été vrai après le tremblement de terre dévastateur de l'année dernière, qui a détruit la plus grande partie de Port-au-Prince.  Pour beaucoup de Haïtiens, ils ont semblé plus préoccupés par leur propre personnel et leur image que par la direction des opérations de secours.

Le même blogueur a réagi au présumé viol de Port Salut avec le tweet suivant, faisant écho aux arguments de Mark Weisbrot, du journal The Guardian :

@RPrestonT: Pourquoi les soldats de l'ONU en Haïti sont-ils appelés les “soldats de la paix” alors qu'il n'y a pas de guerre ?

Des œuvres récentes d'artistes haïtiens reflètent aussi ce malaise envers les ONG, comme le remarque Nadève Ménard sur le blog Tande :

Les Mots Vulnérables a été le nom choisi pour la rencontre à l'Institut français, dans le cadre de la Quinzaine du Livre, le vendredi 24 juin. Un groupe de théâtre a présenté un sketch et plusieurs auteurs  (Edwidge Danticat, Kettly Mars, Verly Dabel, Lyonel Trouillot, et Georges Castera, parmi d'autres) ont lu des extraits de leurs œuvres, et d'autres textes courts.  L'auditoire a semblé particulièrement apprécier l'opinion de Dabel sur la situation post-tremblement de terre, y compris sa critique de la communauté internationale et de différentes ONG.

Une réunion de l'UNASUR a eu lieu en Uruguay, avec les pays d'Amérique du sud qui procurent l'essentiel du contingent de Casques bleus en poste à la MINUSTAH, pour décider de l'avenir de la mission, selon le journal haïtien Radio Kiskeya. Les différents pays ont débattu autour d'un rapport récent, qui recommandait le retrait progressif de la mission. Le Ministre de la défense brésilien a reconnu que “maintenir des troupes à Haïti ne sera pas bénéfique à long terme”.  Durant cette rencontre, les pays ont décidé de demander au Conseil de sécurité de l'ONU le retrait progressif, en commençant par le départ immédiat de 15% du contingent, rapporte Haiti Libre :

Celso Amorim, le nouveau ministre de la défense brésilien, a appelé, durant cette rencontre, à une diminution de 15% du personnel de la mission de maintien de la paix de l'ONU en Haïti, dans l'objectif de transférer aux Haïtiens la responsabilité du maintien de la sécurité dans leur pays. Le ministre brésilien a dit que le Brésil négociait avec l'ONU pour amorcer ce retrait, mais que des troupes seraient maintenues en Haïti jusqu'au moment ou les services de police haïtiens seraient prêts à prendre le relai.

Les différents groupes haïtiens qui forment le  “Collectif pour un dédommagement en faveur des victimes du choléra” organisent différentes démarches contre la MINUSTAH, dont un procès en réparation pour les victimes du choléra, et un tribunal populaire. Selon le site Haitian paper Alterpresse, la commission sur la justice du Sénat haïtien prépare aussi une résolution pour un calendrier du retrait de la MINUSTAH.

Les photos utilisées sont de @gaetantguevara, leurs liens figurent dans ses tweets.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site