Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Tunisie : Des blogueurs dans la course électorale

Ce billet fait partie du dossier central de Global Voices sur la la révolution en Tunisie 2011.

Les Tunisiens s”apprêtent à aller aux urnes le 23 octobre pour élire une assemblée constituante chargée d'écrire la nouvelle loi fondamentale de leur  pays.

Le scrutin de cette année différera des précédents qui se concluaient par l'obtention fréquente d'environ 90 % des voix par le parti de Ben Ali : cette fois la compétition a l'air acharnée et on s'attend à des résultats serrés.

Après la chute de l'ancien régime, les restrictions à l'éligibilité ont été desserrées. Selon la Commission électorale indépendante, 1.700 listes à l'intérieur et à l'extérieur du pays se disputeront les 218 sièges de l'assemblée constituante.

Sept blogueurs ont décidé de participer à la course électorale.

Adib Samoud. Photo de sa page Facebook

Adib Samoud:
Jeune photographe, vétérinaire et écologiste, M. Samoud conduit une liste indépendante du nom de “عيون حريصة” [Regard attentif]. Il veut instaurer une éco-constitution qui protègera les droits inaliénables à la nature.

Amira Yahyaoui Photo source : sawtmostakel.com

Amira Yahyaoui: (@Mira404)

Cette jeune femme de 27 ans conduit une liste indépendante en France, au titre “Sawt Mostakel” (Une voix indépendante). Elle est une militante des droits humains qui a combattu la censure sous le régime Ben Ali. Elle présente ainsi sa candidature :

Jusqu’alors, mon engagement politique en Tunisie se faisait dans l’opposition. Aujourd’hui je veux proposer et construire. Je suis tête de liste de Sawt Mostakel, avec un réel projet que je suis prête à aller défendre à la Constituante

Imen Braham. Photo : sawtmostakel.com

Imen Braham: (@__Imen)

Ingénieure agronome et défenseure de l'environment qui croit en un gouvernement ouvert, plus connue sous le nom de Moonsgirl (‘fille de la lune’), 28 ans, elle est, comme Amira Yahyaoui, candidate sur la liste “Sawt Mostakel.” Imen Braham affirme :

Les jeunes doivent s’engager dans la vie politique puisque c’est notre avenir qu’on décide aujourd’hui avec cette assemblée. Être cinquième de la liste Sawt Mostakel constitue pour moi le meilleur moyen d’afficher mon engagement pour les valeurs de la liste et de défendre notre vision d’une Tunisie où le citoyen prend le pouvoir.

Mehdi Lamloum. Photo de son profil Twitter

Mehdi Lamloum: (@MehdiLamloum)

Stratège internet et vidéo-blogueur, il utilise essentiellement son blog Pink Lemon (‘Citron rose’) pour traiter de communication numérique, d'Internet et de médias. Emna El Hammi présente ainsi M. Lamloum :

D’autres blogueurs ont choisi, contre toute attente, de faire leur entrée sur la scène politique et d’afficher publiquement leur engagement malgré leur silence pendant les années où les voix manquaient. Ces blogueurs qui s’autocensuraient au temps de Ben Ali, par fatalisme ou par peur, veulent aujourd’hui saisir cette opportunité de participer à la construction d’une Tunisie à leur image. C’est le cas du blogueur Mehdi Lamloum, dont le blog Pink Lemon est une référence dans le domaine du webmarketing et de la communication

Riadh Guerfali Photo de son profil Twitter

Riadh Guerfali: (@Astrubaal)

Ce co-administrateur du blog collectif Nawaat est docteur en droit public. M. Guerfali est un fin connaisseur du droit constitutionnel et des institutions politiques. Sous le règne de Ben Ali, il a souvent fait usage de son blog Astrubal pour dévoiler les violations par l'ancien régime du droit national et international, assurant aux Tunisians le droit d'accès à l'information et à Internet. Emna El Hammi écrit de lui :

Riadh Guerfali est non seulement apte à imposer ses idées en matière de protection des libertés individuelles mais possède en plus les outils juridiques nécessaires à l’élaboration de cette nouvelle constitution.

Tarek Kahlaoui: (@t_kahlaoui)

Lui aussi candidat indépendant, à la tête d'une liste intitulée “Sawt Echabab” (Voix de la jeunesse), M. Kahlaoui est professeur au département d'Histoire et d'Art de l'université Rutgers dans le New Jersey (USA).C'est un défenseur de la liberté d'expression, dont le blog a été censuré en 2010. Le 8 septembre, c'est en ces termes qu'il a annoncé sa candidature sur sa page Facebook :

قررت الترشح لانتخابات المجلس التاسيسي.. . الاستحقاق الانتخابي منعطف تاريخي لتونس.. المساهمة فيه باي شكل مهم لإنجاحه و الترشح احد اشكال هذه المساهمة

J'ai décidé de me présenter aux élections pour l'assemblée constituante…Cette élection est un tournant historique pour la Tunisie… C'est important d'y contribuer pour en faire une réussite et être candidat à l'élection est un moyen de le faire

Yassine Ayari: (@yassayari)
Blogueur et cyber-activiste, M. Ayari a été, aux côtés de Slim Ammamou, retenu des heures par la police le 21 mai 2010, pour avoir préparé une manifestation contre la censure prévue le lendemain de leur arrestation. Il a écrit récemment un billet sur son blog sous le titre “Je ne suis pas que blogueur”, où il explique ce que bloguer signifie pour lui :

je ne suis pas “blogueur”, je suis un jeune tunisien, qui pense qu'il a des choses intéressantes a dire et a faire et qui veux participer a construire une meilleure Tunisie. […]j'aspire a être un homme publique qui a un blog, pas un blogeur qui veux faire la politique.

Ce billet fait partie du dossier central de Global Voices sur la la révolution en Tunisie 2011.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site