- Global Voices en Français - https://fr.globalvoices.org -

Kenya : Les blogueurs rendent hommage à Wangari Maathai

Catégories: Afrique Sub-Saharienne, Kenya, Développement, Environnement, Médias citoyens, Politique

Les blogueurs africains rendent hommage à Wangari Maathai [1], lauréate du Prix Nobel de la Paix, écologiste et activiste politique kenyane décédée dimanche [2]des suites d'un cancer.

Repose en paix Mama Afriquedit [3] Susan :

La nouvelle du décès après une longue bataille contre le cancer du Pr. Wangari Maathai, Prix Nobel de la Paix, est choquante. Je me demandais pourquoi elle n'avait pas été très présente dans les actualités récemment, alors que les enjeux politiques de 2012 se font brûlants et que les Kenyans ont besoin de l'opinion de femmes comme elle. Cette femme humble et noble va sûrement manquer aux Kenyans.

Repose en paix, Mama Afrique.

Taabu note [4] que Wangari a été la première dans presque tous les domaines :

Elle est venue. Elle s'est battue. Elle a vaincu. Elle a été la première dans presque tous les domaines où elle s'est engagée cœur et âme. Première femme d'Afrique centrale et australe à décrocher une thèse. Première femme africaine à obtenir le très prisé Prix Nobel de la Paix en 2004 pour ses efforts dans le domaine de l'écologie. Et à présent une flamme pleine de vigueur s'est éteinte. Les bras cruels de la mort ont arraché Wangari Maathai à nos rangs. Quel dommage !

La mort de cette femme distinguée marque la fin d'une époque incarnée par l'amour de Wangari pour la nature / les arbres et pour l'environnement mais avant tout son incessant combat pour la justice sociale et la liberté. Mort, jusqu'où va ta cruauté ? Mais nous te ferons honte en choisissant de célébrer la vie productive de  Wangari Muta Maathai, une icône qui vécut en avance sur son temps.

Mwalimu Mati relate [5]un souvenir qu'il a de Wangari Maathai :

Il y a une semaine, un ami des Nations Unies me demandait de tenter de retrouver le Pr. Wangari Maathai car ils avaient échoué à cette tâche. Ma mission était de lui faire savoir que le Fonds des Nations Unies pour la Population sollicitait sa présence pour une cérémonie spéciale tenue le 31 octobre 2011 et réunissant sept leaders mondiaux (dont des chefs de gouvernements et d'états, en fonction ou retraités) pour marquer le passage de la barre des 7 milliards d'habitants sur notre planète. Le bureau de Wangari Maathai n'en avait soufflé mot mais il est maintenant évident qu'elle n'aurait pas pu se rendre à New York pour l'occasion. A mon réveil ce matin, j'ai appris la nouvelle de son décès.

Je connaissais Wangari Maathai depuis mon enfance. Elle était une grande amie de l'âge de mes parents et c'est pourquoi j'apprécierai toujours la manière dont, après que je me sois joint aux rangs de la lutte, elle m'a toujours traité, avec un respect réservé à ses pairs, et ce, même quand je n'avais aucune idée de ce que je faisais.

Simon remercie [6]Wangari en swahili :

Asante kwa yote,…
…..hasa kwa kutukumbusha,…
……. nguvu ya MTU MMOJA katika JAMII!
Pumzika Mama!

Merci pour tout….
…..et surtout pour nous avoir rappelé
….. le pouvoir d'UN INDIVIDU dans la SOCIÉTÉ
Repose-toi Mama !
Mwangi se rappelle [7] du jour où Wangari fut battue par des vigiles pendant une manifestation à Nairobi :

En 1989, les manifestations de Maathai forcèrent le Président Daniel arap Moi à abandonner son projet personnel d'ériger une tour de bureaux de 62 étages dans un parc de Nairobi. En 1999, elle fut battue et fouettée par des vigiles pendant une manifestation contre la vente de terres boisées proches de la capitale, Nairobi. Le fameux Freedom Corner (le coin de la liberté) demeure jusqu'à nos jours un endroit de référence sacré d'où la plupart des manifestations avaient soit commencé, soit s'étaient terminées.

SW Maina la décrit [8] comme une femme qui a refusé de plier :

Une sincère croyante. Une combattante. Une icône de courage. Elle s'est battue pour l'environnement – nos forêts – contre des ennemis plus puissants – des vigiles armés de bâtons, des policiers à la gâchette facile, un gouvernement myope et imbécile – et tout ce qu'elle avait étaient ses bottines en cuir caractéristiques et ses pousses d'arbres – et elle a vaincu. Son héritage continue. Elle a servi d'exemple à de nombreux activistes en ne pliant devant aucune pression dans la quête du développement durable, un développement qui ne détruise pas l'environnement, et elle a aussi été l'inspiration de nombre de femmes africaines. Pour être fortes. Pour avoir confiance en elles. Pour être fières d'être des femmes africaines.

Opalo se souvient [9] avoir vu Wangari à la télévision étant enfant :

Je me rappelle avoir regardé la télévision, étant enfant, et vu une femme qui était à la tête du mouvement ‘greenbelt’ (la ceinture verte) être pourchassée par des policiers armés. Tout ce que je savais, c'est qu'elle se battait pour protéger des promoteurs la forêt de Karura et le Freedom Corner à Nairobi. Cette femme était Wangari Maathai, la première femme d'Afrique de l'Est à obtenir une thèse. Le Prix Nobel de la Paix lui sera par la suite décerné, à la grande fierté de tous les Kenyans.

Gukira identifie les leçons-clés [10] que son œuvre représente pour l'humanité:

Wangari nous a appris à être audacieux : à parler et à agir sans crainte  face à d'insurmontables circonstances. A nous préoccuper d'un futur qui n'a pas encore vu le jour. A nous préoccuper d'inconnus dans des mondes qui n'ont pas encore émergé. A agir avec conviction. A nous préoccuper des espaces publics que nous partageons et à nous assurer que ces espaces demeurent publics. En effet, l'histoire de l'espace public au Kenya est inextricablement liée au nom de Wangari.

Elle nous a permis d'imaginer l'action alors même que nous pensions l'action impossible. Elle a agi pour créer la beauté.

Wangari est une source d'inspiration [11] pour S. Wangene :

Quand j'étais petite fille, Mme Wangari apparaissait souvent à la télévision à cause de son travail. Je la voyais souvent se battre, pleurer pour la cause de l'environnement. Ce n'est qu'après avoir grandi que j'ai compris sa passion, ce pour quoi elle vivait, ce qu'elle avait à cœur. Cette femme est une personne qui s'engageait corps et âme quels que soient les obstacles. Elle est une source d'inspiration pour moi.

C'est ainsi [12]que Sokari souhaite que ses lecteurs se souviennent d'elle :

En son honneur, continuons à planter des arbres, à planter les graines de vie, à planter la bonne gouvernance, à planter l'amour de notre prochain.

C'est exactement ce à quoi s'emploie Naomi Mutua [13] :

Suite au décès de Wangari Maathai, j'ai pensé qu'il relevait du bon sens d'inciter les gens à planter des arbres et j'ai pensé aussi que si nous pouvions le faire ensemble, ce serait encore mieux.

C'est ainsi que le projet a progressé jusqu'à présent :

a) J'ai consulté les gardes forestiers de la forêt de Karura. Ils vont mettre à notre disposition terrain d'un acre ainsi que les plants nécessaires. Nous allons mener à bien ce projet à Karura pour des raisons logistiques. Cependant, cela ne veut pas dire que vous ne pouvez pas aller ailleurs et planter des arbres de votre propre chef. Plantez-en autant que vous pouvez !

b) Il nous faut collecter au moins 280 000 Shillings (environ 2058 Euros) dont 80 000 Shillings (environ 588 Euros) seront utilisés pour débroussailler le terrain afin que vous puissiez y accéder à pied pour planter des arbres et 200 000 Shillings (environ 1470 Euros) pour entretenir les jeunes pousses. Je n'ai pas encore pris en compte le coût d'installation de toilettes provisoires et de poubelles sur le site ni le coût l'eau pour les jeunes pousses (y a-t-il des volontaires ?).

Mise à jour à propos de l'initiative de Naomi [14] :

Salut tout le monde,

Un grand merci pour le soutien que vous avez apporté à la campagne #WangariTrees (les arbres de Wangari)

Jusqu'à présent, nous avons collecté 58 050 Shillings (environ 426 Euros) par le biais du système de paiement par téléphone mobile Mpesa et de promesses de dons. On est encore loin de l'objectif car nous avons besoin de 280 000 Shillings (environ 2058 Euros) pour s'assurer que 1 100 arbres soient plantés et entretenus pendant 3 ans sur un terrain d'un acre dans la forêt de Karura.

Le numéro de paiement par MPesa auquel envoyer vos dons est le 0717-704133, enregistré sous le nom de Naomi Mutua.

Hot Secrets publie [15] une liste de personnalités et de célébrités qui ont offert leurs condoléances à sa famille :

Le décès de Wangari Maathai a été déploré par de nombreuses personnes. Ce thème étant parmi les plus populaires sur Twitter, des milliers de personnalités et de célébrités ont offert leurs condoléances à la famille pour cette douloureuse perte.

La page Twitter de Nelson Mandela rend hommage à la légende  en partageant un lien vers la page Facebook de la fondation où se trouvent des photos de son intervention lors de la 3ème Conférence Annuelle Nelson Mandela .

La disparition d'un colibri [16] est un poème dédié à Wangari par Mburu Kamau :

The bird hummed where eagles feared,
Sang the taboo words,
Tuned to the emancipation of masses,
With an ecstatic difference.

She walked where angels feared,
Talked the language of the voiceless,
When the breeze blew against all odds
And put on a brave march.

As the dawn for our liberation – the Second Birth,
She stood for the truth, with fearless attitude,
And earned a viper’s wrath.

 

L'oiseau chantait quand les aigles s'effrayaient,

Il chantait les mots tabous,

A l'écoute de l'émancipation des masses,

Avec une différence extatique.

Elle a marché là où les anges prenaient peur,

Parlé la langue des sans voix,

Quand la brise soufflait contre vents et marées,

Et entamé un courageux périple.

A l'aube de notre libération – la Seconde Naissance,

Elle s'est engagée pour la vérité, avec une attitude audacieuse,

Et s'est attiré les foudres d'une vipère.