Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Colombie : Les internautes s'expriment sur l'industrie minière

[Liens en espagnol] Les gisements d'or, d'argent, d'émeraudes, de charbon et de nickel font partie des multiples richesses que possède la Colombie. Toutefois, la manière de les exploiter par cette grande industrie qu'est l’industrie minière est remise en question dans différentes sphères qui ne voient pas  ce qu'elle apporte de positif pour le bien-être des Colombiens, et ce, tant en raison des tragédies qui surviennent à l'intérieur des mines que de l'inquiétude pour les questions d’environnement, de durabilité et l'absence de bénéfices économiques, politiques et culturels .

Le gouvernement  de Juan Manuel Santos  a nommé Mauricio Cárdenas Santa María, Ministre de l'Énergie et des Mines afin d’entamer une  restructuration importance de ce ministère. Cependant, les déclarations sur les réseaux sociaux, les blogs et  YouTube continuent d'affluer sur Internet.

La Silla Vacía donne des informations sur le nouveau ministre :

Il a été le directeur du Plan d'action national sous le gouvernement d'Andrés Pastrana et a été ministre des Transports, période durant laquelle il a été impliqué dans le scandale  de Dragacol pour un accord professionnel irrégulier.

Sous Mauricio Cárdenas, le ministère des  Transports avait signé en 1998 un accord frauduleux de 26 000 millions de pesos (soit 12,5 millions de dollars US) avec l'entreprise Dragaco, une société de dragage et de construction en Colombie et aux Caraïbes (), laquelle avait été engagée pour effectuer une série de dragages. Le groupe MUMA (@Mumismo) remet en question le nouveau ministre en raison de cela :

PAYS SANS MÉMOIRE… Voyez qui  est le nouveau ministre de l'Énergie et des Mines: “Dragacol tombe” http://bit.ly/pi9EaR

@TuiterosBoyaca fournit un lien du journal El Tiempo sur les dernières informations concernant le département de Boyacá, où, le 21 septembre, une accumulation de gaz a provoqué une explosion qui a entraîné un éboulement dans la mine de charbon “El Diamante 3”, faisant 7 morts et plusieurs blessés :

52 heures après, ils ont extrait les corps des 7 mineurs à Socha (Boyacá) http://bit.ly/qIg1Pw

La vidéo suivante en date du 28 août 2010 et qui a déjà été partagée par des milliers d'internautes, a encore gagné en importance ces derniers jours, vu son lien étroit avec l'extraction minière. “Minería contaminante a cielo abierto en Colombia” /”L'extraction minière à ciel ouvert et polluante en Colombie” est un clip réalisé avec des acteurs et des actrices de la télévision colombienne, pour témoigner de l'inquiétude sur ces questions.  La vidéo comprend leurs déclarations en faveur de la protection de l'environnement et leur prise de position contre la pollution puisque, comme ils l'expliquent, les produits utilisés pour l'exploitation de l'or sont en train de polluer l'air, les fleuves, les populations et l'écosystème en général.

L'Université du Rosaire  de Bogota (@urosarionews) s'interroge sur les conséquences  de l'extraction minière sur l'environnement et dans le même temps renvoie à un texte publié le 19 juillet sur la page intitulée Salle de presse :

A Yanacocha au Pérou, l'extraction de l'or à ciel ouvert a affecté la nature. Cela pourrait-il arriver en Colombie ?  http://bit.ly/qnTaP1

Le blog El Salmón manifeste aussi sa préoccupation pour la durabilité et à l'environnement:

A la mort lente des montagnes enneigées de Tolima, ils cherchent à y ajouter la destruction des écosystèmes du bassin et un avenir incertain pour des milliers de familles qui devront quitter leurs propriétés afin que la locomotive minière se fraye un chemin…

Enfin, l'assassinat du Père Reinel Restrepo, un militant qui s'était déclaré contre l'exploitation des mines de Marmato, dans le département de Caldas – lieu où opère la multinationale Gran Colombia Gold qui y exploite l'or-  et qui conduisait le mouvement d'opposition, a suscité des inquiétudes. Le prêtre s'était  aussi opposé à l'autorisation du développement d'un énorme projet d'extraction aurifère dans sa paroisse et avait averti du fait que cela pourrait bien lui coûter la vie.

Walter Rengifo (@wrengifoc) fait référence aux possibles mobiles qui ont conduit à la mort du Père Reinel Restrepo :

Le curé de Marmato dans le département de Caldas avait révélé quelques jours auparavant qu'il craignait pour sa vie car il avait protesté contre un méga projet d'extraction aurifère et contre  le déplacement des gens pour parvenir à ces fins.

Sur ce même sujet, Samir Ammar (@marmatovive) partage le lien du  blog “Marmato Vive”, où est publié une lettre qui cite la page  web du Projet d'accompagnement et de solidarité avec la Colombie:

MARMATO VIVE : COMMUNIQUE DES ORGANISATIONS CANADIENNES APRÈS L'ASSASSINAT DU PERE  JOSÉ REINEL RESTREPO http://t.co/eVJDtEjs

Le blog No a la mina/”Non à la mine”, citant les actualités de l'ONU , fait savoir ceci :

Reynel Restrepo s'était joint depuis deux ans à la lutte pour les droits des mineurs de Marmato, lesquels s'opposent à ce que les multinationales d'extraction aurifère les déplacent. Le représentant de la junte civile de Marmato a déclaré que le Père Restrepo lui avait dit qu'il avait ces derniers jours fait l'objet de pressions de la Gran Colombia Gold. La multinationale a fait savoir que son travail ne portait pas atteinte à la communauté et a indiqué, par ailleurs, dans un communiqué envoyé hier, qu'elle déplorait la mort du prêtre.

Le même billet inclut une vidéo avec des témoignages d'habitants de Marmato ainsi que des déclarations du prêtre assassiné.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site