Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Tunisie : Les blogueurs arabes discutent de la Syrie

Ce billet fait partie du dossier spécial de Global Voices sur la révolte en Syrie 2011.

La Syrie a été présente dans les esprits et les paroles de nombreux participants de la troisième Rencontre des blogueurs arabes cette semaine à Tunis. L'euphorie née des révolutions en Tunisie et Egypte a été refroidie par les débats sur la Syrie, où la violence du régime va croissant, avec un bilan approchant les 3.000 morts [en anglais], sans qu'une issue soit en vue.

Plusieurs séances de la rencontre ont été consacrées à la Syrie. Mercredi, les blogueurs ont débattu de l'impact du cyber-activisme en Syrie, avec pour thème central l’Armée Electronique Syrienne [en anglais], le collectif de hackers pro-régime qui s'est illustré récemment par le piratage du site internet de l'Université Harvard. Relevant que le président Bachar Al Assad avait remercié l'Armée Electronique de son action, Amira Al Hussaini a commenté : “FOU.”

Un graphisme utilisé par des cyber-activistes syriens pour réclamer la fin de la répression

Un participant syrien a affirmé que l'impact des cyber-activistes en Syrie a été “minimal,” et, citant un autre participant, @weddadya remarqué qu'une “bonne partie de l'impact des cyber-activistes de #Syrie s'est strictement limité à la mobilisation des médias étrangers, ils ne sont pas des organisateurs sur le terrain.”

Les discussions ont aussi touché à la question de l'authenticité, avec des Syriens de l'intérieur soulignant la légitimité des voix de la diaspora, comme l'a tweeté @redrazan :

Considérer les voix des Syriens de l'intérieur comme authentiques, et celles de la diaspora comme l'étant moins, est idiot. #Syria

Citant sous couvert d'anonymat un participant syrien, @ahmed a tweeté :

Comment les Syriens de l'étranger peuvent-ils aider les contestataires sur le terrain en Syrie ? Y a-t-il des moyens de le faire ? #ab11

Les blogueurs ont aussi parlé d'organisation en Syrie, où les manifestations sont souvent promptement dispersées et les mouvements restreints. @ahmed a traduit et transcrit les remarques des participants syriens, notant les difficultés et relevant que les Syriens “ont inventé les “manifestations volantes”, qui durent à peine 2 minutes, sont filmées & mises en ligne.”

La Syrie “me touche au coeur”

Jeudi matin, un des participants syriens, qui venait de séjourner dans le pays, a fait un exposé sur la situation désespérée, ce qui a amené le blogueur jordanien Naseem Tarawnah (@Tarawnah) à s'exclamer :

Incontestablement, la #Syrie a été le sujet le plus émotionnel de #AB11 & en tant que Jordanien ça me touche au coeur. #BlessSyria (Bénie soit la Syrie)

Citant l'orateur, Tarawnah a aussi écrit que, au bout de plusieurs mois, “aucun mouvement d'opposition n'a démontré sa capacité à briser le régime,” et il demande, “Et maintenant, où aller ?”

La blogueuse syro-espagnole Leila Nachawati a aussi cité l'intervenant, pour expliquer :

Un participant syrien a décrit les manières dont le gouvernement syrien essaie d'enflammer le confessionnalisme pour provoquer une guerre civile.

Malgré l'horreur de la situation, l'intervenant syrien a insufflé de l'espoir dans le débat. Aux dires de Lilian Wagdy, le blogueur a aussi proclamé que le seul espoir pour la #Syrie est que la révolution d'#Egypte réussisse, et que les Syriens ne veulent pas ” ‘coexister’, mais ‘vivre’ ensemble.”

Ce billet fait partie du dossier spécial de Global Voices sur la révolte en Syrie 2011.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site