- Global Voices en Français - https://fr.globalvoices.org -

Langues : Phil Cash Cash et la langue Nez Percé

Catégories: Amérique du Nord, Etats-Unis, Langues, Médias citoyens, Peuples indigènes, Technologie

Phil Cash Cash [1] estime qu'il ne reste plus que  20-25 locuteurs parlant couramment la langue des Nez Percés. Cela l'inquiète, d'abord en tant que linguiste qui effectue une thèse à l'université de l'Arizona, mais surtout en tant que membre des tribus Weyiiletpu (Cayuse) [2] et Nuumiipuu (Nez Percé) [3]d'Amérique du nord.

Il joue un rôle actif en lançant des initiative pour préserver et revitaliser les langues de tous les peuples indigènes par l'utilisation d'outils collaboratifs Web 2. 0.  Actuellement, il est l'un des administrateurs du forum Langues indigènes et technologie [4], qui propose un espace pour les débats et l'échange d'informations entre “les experts des langues des tribus, les linguistes, les chercheurs et les étudiants.” Il s'occupe aussi d'une collection de vidéos consacrées à la préservation des langues sur son canal YouTube, appelé Weyiiletpu [5].

Phil s'implique aussi personnellement  pour encourager les locuteurs de la langue des Nez Percé  à s'exprimer en ligne. Sur sa page personnelle Google+ [6], Phil  met à jour son statut en deux langues, comme par exemple ce statut sur son récent voyage à Quito, en Équateur, où il a fait une intervention durant la  conférence de la Fondation pour les langues en danger [7]:

watíisx wíhnenu’ ’íin koná Quito Ecuador-pa.
kawó’ c’íiqin ’ew’níiyu’ wiwaqititóoqana (kaa linguists).
kaa ‘íin ciklíitoqo’ kinú’ Sept 18th.
páay’s kiyéeyiku’ yóX wéetes hiwe’nikíin “amazon.”

Demain, je voyagerai jusqu'à Quito, en Équateur.
Je donnerai une conférence devant des indiens (et des linguistes).
Je reviens ici le 18 septembre.
Peut-être que je me promènerai sur cette terre appelé “amazone.”

Ce travail, Phil l'appelle “e-Langues 2.0″ et durant son intervention, il l'a décrit comme :

le concept de l'apprentissage des langues grâce à la connexion numérique et la collaboration entre internautes, soutenu par des technologies Web 2.0. Dans un tel environnement, les utilisateurs peuvent effectuer des recherches seuls, créer, collaborer, pour répondre aux besoins spécifiques qui naissent lorsque l'on étudie une langue ancestrale en danger.